×
google news

Avertissement de Larcher à Macron: France

Gérard Larcher, le président du Sénat représentant les Républicains (LR), reste fortement insatisfait de la décision prise par Emmanuel Macron il y a un mois de dissoudre l’Assemblée nationale. Lors de ses rencontres, il exprime librement son indignation envers l’initiative risquée prise par le président le 9 juin et ses impacts ultérieurs. « Je pensais que le rôle du président était d’éclaircir la scène politique… », se désole l’élu des Yvelines, mentionnant que l’Assemblée nationale, qui compte « trois minorités », est plus compliquée que jamais. « Cette dissolution est un véritable gaspillage pour la nation. On ne prend pas la France à la légère », dénonce-t-il, se lamentant que la torche olympique, attendue le 14 juillet au Palais-Bourbon, ne puisse être reçue par le président actuel de l’Assemblée, qui ne sera élu que le 18 juillet.

Le mardi 9 juillet, juste avant le souper, Emmanuel Macron a reçu de nouveau Gérard Larcher à l’Elysée, suite au deuxième tour des élections législatives. Larcher lui a conseillé de prendre son temps avant de mettre en place un nouveau gouvernement. « Il est essentiel d’avoir de la sérénité et de la responsabilité, pour le bien du pays, affirme-t-il. Donnons-nous du temps pour que la logique prédomine sur les impulsions. »

Alors que le président espère créer une vaste coalition pour gouverner, comme il l’a noté dans sa lettre aux Français le mercredi 10 juillet, le président du Sénat a établi les limites des Républicains, précisant que son parti politique n’a aucune intention d’intégrer le gouvernement pour le moment, ni de faire partie d’une coalition imposée de manière unilatérale.

Gérard Larcher soutient un cheminement législatif basé sur des textes individuels, obligeant chaque faction de l’Assemblée Nationale à prendre position sur les projets de loi présentés pour le vote par le nouvel gouvernement. La droite introduira des idées concernant divers thèmes (comme la sécurité et l’immigration, la justice, la simplification, le pouvoir d’achat…) et il incombera au futur premier ministre – qui détermine et met en oeuvre la politique nationale – de signaler si ces propositions sont adoptées ou non.

Larcher est furieux de l’insouciance d’Emmanuel Macron. Il a averti que si le Nouveau Front Populaire (NFP) – qui a remporté les élections le dimanche 7 juillet, mais est loin d’une majorité absolue – devait prendre la tête du gouvernement à Matignon, il considérerait cela comme une attaque sur la démocratie et demandera immédiatement une motion de censure contre un tel gouvernement. « Si le premier ministre est issu du NFP, nous nous y opposerons, » avertit le président du Sénat, ajoutant que l’implication de La France Insoumise (LFI) dans cette alliance de gauche est un blâme qui disqualifie immédiatement les autres partis politiques de la coalition.

Il reste 60,77% de cet article à lire. La suite de l’article est accessible aux seuls abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1489
Politique

Échec RN à l’Assemblée: Stratégie Étonnante

22 juillet 2024
Le parti d'extrême droite, Rassemblement National (RN), qui avait tendance à repousser ses "échecs", un terme banalisé après leur déception lors des élections législatives, semble maintenant jouer avec ses défaites.…
example 1427
Politique

CIO temporise pour JO-2030 Alpes françaises

21 juillet 2024
Le Comité International Olympique (CIO) a invité le public à faire preuve de patience le samedi 20 juillet, face aux incertitudes concernant la nomination prévue des Alpes françaises pour accueillir…