×
google news

« Bourdouleix se retire après tour écoeurant »

Gilles Bourdouleix a abandonné le combat le lundi 1er juillet en soirée. Il l’a fait à sa manière, via un SMS envoyé à un reporter d’Ouest-France, l’un des seuls journalistes avec qui il consent à communiquer. « Dégoûté par une campagne électorale répugnante qui manque de respect à la démocratie et à nos citoyens, j’ai décidé de retourner à la maison », a-t-il écrit. Il a aussi ajouté de façon mystérieuse qu’il n’y aurait pas d’autres explications, seulement des actions judiciaires liées aux infractions commises par un candidat. Même si l’on peut déduire que cette attaque est probablement dirigée contre Denis Masséglia. L’actuel député, un macroniste de la première heure qu’il vilipende sans cesse depuis sept ans, a eu l’audace de le surpasser dimanche lors du premier tour des élections législatives (33,70% pour l’un, 30,54% pour l’autre).

C’est une véritable humiliation pour Bourdouleix, maire de Cholet (ville qu’il gouverne depuis 1995), maintenant soutenu par le Rassemblement national (RN), qui a même été défait dans sa propre ville (32,74% contre 28,19%). Il n’est d’ailleurs pas apparu à la mairie le soir des résultats, préférant confier à un de ses adjoints le soin d’annoncer ces chiffres honteux.

Malgré son annonce discrète mais spectaculaire de retrait, lundi a connu une série d’événements surprenants dans la 5ème circonscription de Maine-et-Loire. Ce jour-là a été animé par France Moreau, candidate du Nouveau Front populaire (NFP), qui s’est qualifiée dimanche pour le second tour avec 21.33% des votes. Après avoir déclaré son retrait suite à la publication des résultats, cette enseignante de sciences de la vie et de la Terre, de 62 ans, a changé d’avis le lundi matin sous la pression de l’hierarchie nationale de La France insoumise (LFI) lui demandant de maintenir sa candidature, arguant que Gilles Bourdouleix du RN, n’avait pas remporté le premier tour.

Tournure imprévue

Cette volte-face a déclenché une vague de critiques de l’ensemble de la gauche ainsi que des « insoumis » locaux, déjà mécontents d’avoir vu imposée la candidature de France Moreau à Cholet. « Cette décision est mortelle et contraire à nos principes », a déclaré Claire Schweitzer, élue LFI d’Angers et de la région. « Continuer avec la même paire sans consulter les forces existantes ni les activistes ‘insoumis’ ? Certainement pas avec notre soutien ! »

Dans le même esprit, les autres porte-paroles des partis affiliés au NFP ont publié une déclaration en milieu d’après-midi demandant à la candidate « insoumise » de retirer sa candidature. « Cette persistance dans le contexte actuel est non seulement imprudente, mais surtout en totale opposition avec notre désir commun de former un front républicain chaque fois que c’est nécessaire pour contrer l’avènement de l’extrême droite au pouvoir », précise le communiqué sur lequel figurent les logos du Parti Socialiste, des Écologistes, du Parti Communiste, de Place Publique, de la Gauche Écosocialiste et aussi du Parti Radical de Gauche et de Génération.s. Les auteurs de la lettre ont même souligné que France Moreau ne pouvait plus bénéficier du soutien de ces partis.
Il reste encore 28.74% de l’article à lire. La suite est uniquement accessible aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1548
Politique

Tubiana renonce candidature Premier Ministre

23 juillet 2024
Laurence Tubiana a reconnu l'existence de divergences au sein du Nouveau Front Populaire (NFP) et s'est retirée de la course au poste de Premier ministre dans une lettre publiée sur…
example 1531
Politique

Tubiana refuse poste première ministre NFP

22 juillet 2024
C'est un autre coup dur pour le Nouveau Front Populaire (NFP), qui arrive au pire moment alors que des discussions, qui avaient été suspendues une semaine, ont repris le week-end…
example 1513
Politique

« La gauche peut-elle gouverner unie? »

22 juillet 2024
Dans une interview avec Le Monde, Rémi Lefebvre, un professeur de sciences politiques à l'Université de Lille et auteur de Faut-il désespérer de la gauche ? (Textuel, 2022), a examiné…