×
google news

« Résultats Législatives 2024: RN Devance NFP »

Le RN et ses collaborateurs (34 %) prennent le dessus sur la coalition de gauche NFP (28,1 %) ainsi que le parti présidentiel (20,3 %) dans les résultats directs des élections législatives de 2024. Le parti d’extrême droite domine le premier tour des élections anticipées. Les instituts de sondage rapportent une participation finale comprise entre 65,5 % et 69,7 % comparativement à un taux de 47,7 % lors du premier tour en 2022. Selon le journal « Le Monde », on s’attend à ce que le Premier ministre Gabriel Attal s’exprime sous peu.

Flash Info
À 19h59, le RN et ses collaborateurs continuent de dominer la coalition de gauche NFP et le parti présidentiel lors du premier tour des législatives, avec une estimation d’Ipsos Talan de 34 %. Cet indice, fourni pour les médias tels que France Télévisions, Radio France, France24/RFI, LCP Assemblée Nationale sera affiné au cours de la soirée. Bien qu’une estimation soit disponible en pourcentage à l’échelle nationale, une projection au siège de l’Assemblée nationale n’est pas encore disponible.

À 19h48, suite à l’annonce des résultats, une déclaration du Premier ministre Gabriel Attal est attendue depuis Matignon. Selon Le Monde, Attal discutera des résultats du premier tour des élections législatives, et pourrait potentiellement discuter de la stratégie du parti présidentiel pour le second tour, en particulier dans les districts où les candidats Ensemble sont arrivés en troisième position.

À 19h43, les infographies montrent que le taux de participation est le plus élevé observé depuis 1988.

FAQ 19h37
Niels demande: « Pouvez-vous confirmer que les estimations ne seront pas disponibles avant 20 heures? »
Bonjour Niels, oui, c’est correct, vous n’avez plus que 24 minutes d’attente.

Sur le Terrain 19h30
À Ostwald, près de Strasbourg, chaque voix compte.

Ostwald, une ville qui accueille 13 000 personnes, est sous la juridiction de Strasbourg et est liée à la 4e circonscription du Bas-Rhin où Françoise Buffet, de l’Ensemble, brigue un nouveau mandat. Elle avait déjà combattu une adversaire Nupes lors du second tour des élections législatives de 2022. Au Point d’eau, un centre culturel servant de bureau de vote, la liste dirigée par Jordan Bardella a obtenu plus de 40% des voix lors des élections européennes.

C’est un résultat surprenant pour un quartier à l’apparence ordonnée, sis à proximité d’une forêt, doté de logements résidentiels et de propriétés sociales récemment rénovées. Ce taux a quelque peu étonné Erdogan (qui a choisi de ne pas révéler son nom de famille).« Je ne m’attendais pas à un tel niveau, c’est regrettable, admet-il. Voter aujourd’hui était important pour moi en tant que musulman, car mon problème majeur est l’islamophobie, l’extrême droite et même le centre sont islamophobes. »

Hatice, sa femme, renchérit : « La situation s’empire. On nous fait passer pour des criminels à craindre. C’est absurde compte tenu de la conjoncture économique et des difficultés scolaires entre autres. En tant que citoyens français, j’aimerais que nous soyons traités avec autant de respect que tout le monde. »

Dans ce bureau qui ferme à 18 heures, la participation a augmenté, tout comme dans le reste de la ville, où elle a atteint 64%, note le président, ce qui constitue une hausse d’environ 20 points par rapport au premier tour de 2022.

Axelle Estenger, une jeune femme de 19 ans, est contrariée. Elle pensait être inscrite au bureau de vote local suite à son déménagement avec son petit ami, Yohann Gnan-Kouassi, âgé de 24 ans. Cependant, son nom ne figure ni sur les listes de sa commune ni sur celles de son lieu d’origine, ce qu’elle découvre, désappointée, en consultant la plate-forme d’enregistrement des électeurs. C’est une déception pour elle, car elle se préparait à voter pour la première fois. Malgré des réserves, Axelle envisageait de soutenir le Front populaire, refusant d’accorder sa confiance à Bardella et craignant une prise de pouvoir de l’extrême droite, associée à son sens à des moments noirs de l’histoire européenne.

La dernière personne à voter dans son bureau est Marie, une enseignante qui a choisi un pseudonyme pour préserver son anonymat et refuse de divulguer son choix électoral, expliquant ne pas en discuter même avec ses enfants. Cependant, elle insiste sur l’importance des valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, ainsi que du respect des lois, pour elle. Elle était motivée à voter pour exprimer sa préoccupation face à la montée des extrêmes, de droite comme de gauche. Bien qu’admettant que le Rassemblement National peut avoir des arguments sensés, elle désapprouve leur tactique de jouer sur la division et la peur.

Selon Stéphanie Wenger, correspondante à Strasbourg, 75 circonscriptions seront à surveiller lors de la première journée des votes à 19h22.

Aujourd’hui, le 30 juin, 4 000 aspirants au poste de député se font face au premier tour des élections législatives anticipées. De nombreux acteurs politiques influents sont présents, y compris des ministres qui risquent de perdre leur position en cas de modification de la majorité, des politiciens qui ont changé de parti politique et des individus contestataires cherchant à surpasser leur propre parti.

Le Monde a préparé un rapport non complet des circonscriptions où l’importance locale est renforcée par une signification nationale. En prévision du second tour des législatives, une réunion a lieu depuis 19 heures à l’Elysée, centrée autour d’Emmanuel Macron. L’objectif est d’évaluer les premiers résultats et de discuter de la stratégie avec les différents leaders de parti et ministres influents.

Lors d’une précédente conférence téléphonique, les participants avaient opté pour une politique du « ni-ni », rejetant à la fois le RN et le LFI, ce qui a suscité la colère des partisans de Macron craignant que cette tactique ne permette au RN de remporter la majorité à l’Assemblée nationale.

Sur le terrain, à Gonesse, un bureau de vote est actif avec un afflux continu d’électeurs, comprenant une grande quantité de jeunes adultes, se mobilisant pour contrer le Rassemblement national. Les chiffres de participation surpasseront sans aucun doute ceux des précédentes élections.

Thomas et Sephora Nzanza, un frère et une sœur âgés de 19 et 22 ans, sont allés ensemble pour voter. Thomas, étudiant en BTS, a donné sa voix au Nouveau Front populaire sans aucun doute. Il considère cela comme un choix entre un groupe qui aspire à améliorer la société française et un parti qui souhaite revenir à ce qu’il était dans le passé.

D’autre part, sa sœur est une auxiliaire de puériculture. Pour un salaire équivalent au SMIC, elle passe trois heures par jour en déplacement pour se rendre sur son lieu de travail. Généralement, la politique ne la passionne pas. Par exemple, elle n’avait pas voté lors des élections européennes, contrairement à son frère. Cependant, les élections législatives, compte tenu du contexte actuel tendu, sont différentes pour elle. Elle a voté pour le Front populaire car elle pense que Bardella pourrait aggraver les choses.

Luc Bronner
18:45 Détails supplémentaires
La participation aux élections semble beaucoup plus élevée que lors des scrutins précédents, une mobilisation due aussi bien à « la crainte de ce qui pourrait arriver ce soir » qu’à un désir de changement.

Dans le quartier de la Morlande à Avallon, Marion Lebas, âgée de 20 ans, a voté pour la troisième fois. Comme toujours, elle a choisi le Rassemblement national. En quittant le bureau de vote numéro 6, elle serre son sac contre elle et exprime avec une voix tremblante son désir de retrouver la France d’antan sans être aggressée à chaque coin de rue. Elle trouve Bardella très intelligent et confiant dans ses actions à mener.

Marie Blandin, âgée de 30 ans, vit dans un village situé à huit kilomètres de son lieu de vote. Elle a confié son vote à une de ses amies, estimant l’importance de ces élections. Dimanche dernier, elle a ainsi attribué deux voix au candidat du Nouveau Front populaire. Ce nombre était le même que le score recueilli par LFI dans son village lors des élections européennes, où le RN a mobilisé 52,21% des votes.

Le bureau de vote numéro 6 appartient à Jamilah Habsaoui, maire divers gauche d’Avallon, qui est née et a grandi dans la localité. Ce matin, elle a voté par procuration en raison d’une interdiction de séjourner dans l’Yonne suite à sa mise en examen en avril pour « détention et complicité d’offre ou cession de stupéfiants », auprès de ses frères et de trois autres individus.

Article publié le 17 avril 2024 à 06h53. Temps de lecture: 5 minutes.

Des fouilles effectuées dans un petit chalet de jardin, derrière sa maison dont elle est propriétaire mais où seul son père malade réside, ont conduit à la saisie de 70 kilos de cannabis et près d’un kilo de cocaïne. Vingt lingots d’or, dont seulement deux véritables, et 7 000 euros en liquide ont été trouvés au domicile de ses frères et de trois autres individus. Lors de son interrogatoire, Rachid Habsaoui, employé à la SNCF, a totalement disculpé sa sœur, affirmant qu’elle ne savait rien et qu’il ne servait que de « nourrice ».

Dans la petite ville d’Avallon, après un élan initial de choc, la vie a repris son calme normal. Lorsqu’on mentionne « Jamilah », c’est souvent pour exprimer de l’inquiétude et mettre en évidence son dévouement, sa disponibilité et sa capacité d’écoute.
Sofiane Meziani, peintre en bâtiment de 31 ans, est un citoyen régulier du bureau de vote voisin. Possédant une double citoyenneté, française et algérienne, il se fait un devoir de voter en permanence, surtout parce que sa femme, une employée Auchan de nationalité algérienne, ne possède actuellement qu’un titre de séjour. « Je m’inquiète pour ma femme et ma mère », avoue Sofiane. Une affluence exceptionnelle est constatée dans ses deux bureaux de vote à Morlande.

Selon la dernière estimation d’Ipsos, le taux de participation est maintenant de 65,5 % à 20 heures, contre 47,5 % lors du premier tour des élections législatives de 2022. À noter que le taux de participation à 17 heures était de 59,39 %, d’après le ministère de l’intérieur.

Sur les plages ensoleillées de Nice, la politique est un sujet évité, tout comme la religion. Depuis quarante ans, les bronzés du club d’Opéra plage se réunissent sur la plage, quai des Etats-Unis, quel que soit la saison. Un membre du groupe se lève tôt pour réserver leur emplacement habituel avec quelques parasols et un drapeau niçois. Les autres commencent à affluer vers 8 heures du matin, bien que ce matin-là, ils soient arrivés en retard car ils sont allés voter. Cependant, une fois installés, aucune discussion d’actualité. Ces amis de longue date ont pour règle d’éviter tout sujet politique afin de prévenir tout conflit.

Régis, de manière explicite, compare le sujet de sa vote à celui de la religion, un sujet dont on ne discute pas selon lui. Il révèle seulement qu’il a voté par obligation. Hermann, 81 ans, quant à lui, nie l’existence du changement climatique et est le seul à s’être abstenu de voter ce dimanche. Parmi ceux qui se trouvent autour de lui, on compte Jean-Claude, connu comme le « communiste », puis Rose, votante de Ciotti car il lui a apporté son aide à deux reprises. Ensuite, il y a ceux qui sont là simplement pour leur passion pour la mer, pour l’amitié et rien de plus.
Sofia Fischer (Nice, correspondance)
18h15 En images 📷
A Rennes
18h12 Sur le terrain
A Marseille, on remarque une mobilisation d’électeurs qui ne fréquentent pas généralement les bureaux de vote. Ils ont réussi à convaincre Sofia de l’importance de sa participation pour que le son de sa voix de jeune soit entendu. La participation à Sainte-Marthe, un village à Marseille (quatorzième arrondissement), est légèrement en dessous de la moyenne nationale à dix-sept heures avec environ 50% dans les trois bureaux établis dans une école préparatoire. Cependant, cette participation est nettement supérieure par rapport aux élections européennes récentes. Michel Midonio, 45 ans, identifie deux blocs politiques dominants dans le village : l’extrême gauche et l’extrême droite. Sans dévoiler sa propre orientation, il admet être plus attiré par l’extrême droite.

Dans la troisième zone électorale des Bouches-du-Rhône, Gisèle Lelouis, la députée sortante du Rassemblement National (RN), est de nouveau en lice. Cependant, dans cette région, 30 % des votants avaient déjà exprimé leur soutien au parti La France Insoumise (LFI) trois semaines auparavant. Michel Medinio, un employé de l’Assurance-maladie, s’est déplacé pour voter par devoir citoyen malgré son scepticisme sur les résultats, faisant remarquer que même si le RN ne parvient pas à obtenir une majorité absolue, Macron ne leur accordera que le strict minimum, limitant leur capacité à gouverner.
Au cours de la journée, le matin a été dominé par les électeurs plus âgés, tandis que l’après-midi a vu une affluence de jeunes électeurs. Flora, une jeune femme de 21 ans qui a choisi de garder son nom de famille privé, a été convaincue de l’importance de son vote lors d’une conférence organisée par une association locale.
Quant à Samir Amroun, un commerçant de 34 ans, il n’a généralement pas pour habitude de voter. Cependant, il est venu cette fois en pensant à son épouse. Irrité par la rhétorique anti-immigration et anti-binationaux de la campagne, il considère son vote comme un moyen de contrer ces idées. Il promet également de revenir si le RN se retrouve au deuxième tour.

Veljko Fabre, un aide-soignant de 45 ans en voie de devenir infirmier, s’est rendu aux urnes, guidé par le sens du devoir mais sans espérer un changement radical. Il ne sait pas qui est le député sortant et déclare avoir voté plus en fonction de ses sentiments qu’en fonction des enjeux politiques. Il est d’avis que les grandes fortunes et les puissances financières nous dirigent, et un simple vote ne peut pas modifier cette réalité. D’origine serbe par son père, il craint ironiquement qu’il devra peut-être quitter le pays si le Rassemblement National était élu.

Evan avait une question à propos de la possibilité que de nombreux députés soient élus au premier tour. La réglementation électorale stipule qu’un candidat peut être victorieux dès le premier tour s’il obtient plus de 50% des votes exprimés et qu’il dépasse le seuil de 25% du nombre total d’inscrits. Avec un taux de participation entre 65% et 70%, il est plus facile d’atteindre ce seuil, ce qui pourrait, en réalité, augmenter le nombre d’élections remportées dès le premier tour. Cependant, il est difficile de prévoir combien de candidats bénéficieront de cette situation. Par exemple, en juin 2022 (participation de 47,51%), seuls cinq députés ont été élus dès le premier tour sans nécessité d’un second.

Aux dernières nouvelles, en Guadeloupe, les députés sortants sont en tête après le premier tour des élections. En Polynésie, un premier député a été élu.

Au premier tour des élections législatives, qui s’est tenu samedi en Guyane, à la Martinique et à la Guadeloupe, les membres actuels du groupe centriste LIOT et ceux soutenus par le Nouveau Front populaire (NFP) ont obtenu la majeure partie des votes. Cependant, le Rassemblement national (RN) a aussi fait une avancée significative.

En Martinique et en Guadeloupe, trois candidats du RN ont réussi à se qualifier pour le second tour, suivant les résultats préliminaires annoncés par les préfectures. Le ministère de l’intérieur devrait confirmer ces résultats dimanche à 20 heures, mais conformément au code électoral, ils peuvent être divulgués dès la fermeture du dernier bureau de vote dans le département concerné.

Aucun candidat en Martinique n’a obtenu la majorité absolue lors de ce premier tour, résultant donc en un second tour dans chacune des quatre circonscriptions. Par exemple, dans la troisième circonscription, le duel se jouera entre Johnny Hajjar (37,28%) et Béatrice Bellay (25,26%), tous deux du NFP. Grégory Roy-Larentry du RN se confrontera au député sortant Jean-Philippe Nilor (La France insoumise) dans la quatrième circonscription, alors que ce dernier arrive en tête avec 63,18% des voix mais n’a pas atteint au moins 25% des inscrits.

Au niveau de la Martinique, le RN a réalisé ses meilleurs résultats depuis 2012, année où le Front national avait présenté ses premiers candidats, qui n’avaient à l’époque obtenu que des scores négligeables.

En Guadeloupe, lors du premier tour des élections, les candidats du RN Laurent Petit et Rody Tolassy n’ont pas réussi à prendre la première place, mais ils ont réussi à se qualifier pour le deuxième tour dans les 2e et 3e circonscriptions, respectivement. Ils seront confrontés aux députés sortants du NFP et de LIOT qui occupent actuellement la première place. Le second tour dans la 1ère et la 4ième circonscription sera une confrontation entre les députés sortants Olivier Serva (LIOT) et un candidat socialiste soutenu par le NFP, Elie Califer. Ils devront faire face respectivement à Chantal Lérus de LFI et à Jennifer Linon de la majorité présidentielle. L’augmentation du taux de participation est notable, passant de 25,31% lors du dernier vote en 2022 à 33,56%.

Quant à la Guyane, les deux candidats soutenus par le NFP, Davy Rimane et Jean-Victor Castor de la Gauche démocrate et républicaine – Nupes, ont aussi réussi à se qualifier pour le second tour dans les deux circonscriptions. Ils ont obtenu respectivement 62,7% et 60,2% des votes et étaient près d’être élus dès le premier tour mais le taux de participation n’était pas suffisant. Deux candidats indépendants, Boris Chong-Sit et Sophie Charles, se trouvent à une distance considérable avec seulement 16,11% et 25,49% des votes. Le taux de participation a atteint 32,5%, en augmentation par rapport à 2022 où il était de 26,7%.

Moerani Frébault, candidat autonomiste de centre-droit, a remporté l’élection dans la 1ère circonscription polynésienne avec un score de 54%, surpassant le député sortant indépendantiste Tematai Le Gayic. Dans la deuxième circonscription, Nicole Sanquer, également autonomiste, a dépassé Steve Chailloux, un autre député indépendantiste sortant, avec un score de 49% contre 42,1%. Mereana Reid Arbelot est arrivée en tête dans la 3e circonscription avec une légère avance, recevant 42,7% des votes contre 41% pour Pascale Haiti-Flosse, épouse de l’ancien président Gaston Flosse.

En Nouvelle-Calédonie, Nicolas Metzdorf, député loyaliste sortant, a fini en tête dans la première circonscription avec 39,81% de votes. Il a été élu en 2022 dans la deuxième circonscription et doit maintenant affronter un indépendantiste, Omayra Naisseline, membre de l’Union calédonienne, au second tour de l’élection. Emmanuel Tjibaou, candidat indépendantiste et fils de l’ancien chef kanak Jean-Marie Tjibaou, a remporté la deuxième circonscription avec 44,06% des votes. Il s’opposera à Alcide Ponga, président local des Républicains et non-indépendantiste, au second tour.

Dans une autre actualité, une responsable de centre socioculturel à Strasbourg lutte pour engager les électeurs des quartiers populaires.

Dans le quartier prioritaire de Neuhof, dans la banlieue de Strasbourg, une fête barbecue était prévue en milieu de journée au Centre Socioculturel Ziegelwasser. Jamila Haddoum, la responsable, exprime ses inquiétudes, « Beaucoup ont pensé que l’événement avait été annulé à cause des précipitations, mais nous sommes bien présents. » Des mères de famille sont rassemblées, discutant sous un auvent tandis que la fumée commence à se dégager du barbecue. Une jeune fille est en charge de recueillir les commandes, demandant aux clients s’ils désirent un sandwich merguez.

À l’entrée du centre, un drapeau français est visible, ainsi que plusieurs affiches fournissant des informations sur les élections en cours. L’engagement politique des quartiers défavorisés est l’un des objectifs de Jamila Haddoum. Elle avait déjà joué un rôle clé dans la mobilisation autour du « Challenge Citoyen » lors de l’élection présidentielle de 2017.

Elle s’insurge contre l’appropriation du drapeau français par le RN (Rassemblement National) et insiste sur le fait : « Nous avons des origines dont nous sommes fiers, mais nous sommes avant tout français. » Elle a souvent observé, lors de ses interactions avec les jeunes, que la popularité croissante du RN et leur éventuelle prise de pouvoir ont été des sujets majeurs de discussion récemment. « Je comprends que certains, qu’ils soient jeunes ou plus âgés, sont fatigués des promesses non tenues. Toutefois, je leur fais comprendre que notre quartier de Neuhof n’est pas totalement laissé pour compte. Nous bénéficions de subventions, des travaux de rénovation sont en cours, etc. » Mais au-delà de ces questions, les problématiques sont concrètes : « Il y a de nombreuses familles monoparentales ici, des personnes qui ne parviennent pas à trouver du travail à cause de leur situation géographique et sociale, et qui sont perçues comme étant dépendantes des aides sociales. »

Ryan El Akbaa, 25 ans, et Yassine Didi, 24 ans, sont tous deux des travailleurs indépendants qui livrent des colis pour des grandes entreprises. Ryan aspire à voyager et à créer son entreprise à Marrakech tandis que Yassine espère pouvoir s’offrir une formation d’ambulancier. Habituellement, ils se mobilisent pour les élections présidentielles et moins pour les autres, mais pour cette élection, ils n’ont aucune hésitation. Yassine déclare qu’il vote pour contrer l’extrême droite, mais il est également en faveur d’un parti qui redistribue la richesse des plus riches aux moins favorisés. Son choix de vote se porterait alors sur Emmanuel Fernandes, le candidat sortant de La France Insoumise, qui a été nommé par le Nouveau Front Populaire pour cette 2e circonscription du Bas-Rhin.

Le départ pour se rendre au bureau de vote commence alors que la musique retentit. Des chansons comme « On va s’aimer » de Gilbert Montagné et « La Marseillaise » accompagnent le petit groupe d’une vingtaine de personnes sous une pluie battante vers le gymnase Guynemer. Ils arrivent à 15 heures et une file d’attente s’est déjà formée à l’entrée. La participation augmente : au bureau numéro 617, il y a déjà plus de votants que lors du scrutin européen précédent.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1085
Politique

LFI rejette proposition Tubiana, PS insiste

16 juillet 2024
Ce live a été présenté par Minh Dréan, Marie Pouzadoux, Geoffroy Clavel, Solène L’Hénoret et Marie Slavicek. Si vous souhaitez lire tous nos articles sur les élections législatives, vous trouverez…
example 1073
Politique

« Candidature Tubiana pour Matignon, LFI en rupture »

16 juillet 2024
Suite au renoncement d'Huguette Bello, présidente du conseil régional de la réunion, à se présenter comme candidate du Nouveau Front populaire (NFP) au poste de Premier ministre, un autre candidat…