×
google news

« Programme RN 2024 présenté par Bardella »

Jordan Bardella, le dirigeant du Rassemblement national, a fait une déclaration le lundi 24 juin, présentant le programme de son parti pour les élections législatives à Paris. Bardella a affirmé que son parti, le Rassemblement national, est prêt à gouverner et est le seul capable de réaliser les aspirations des Français immédiatement et rationnellement. Le parti, favori dans les sondages pour les élections des 30 juin et 7 juillet, a toutefois été critiqué pour l’absence de clarté et le renoncement à certaines de ses promesses symboliques.

Bardella, qui souhaite occuper le poste de premier ministre si son parti obtient la majorité absolue à l’Assemblée nationale le 7 juillet, a énoncé les principales priorités de l’extrême droite. Sur le plan international, Bardella a exprimé sa vigilance face aux interférences de la Russie, qu’il perçoit comme une menace multiple à la fois pour la France et l’Europe. Il a également mentionné l’ingérence de la Russie dans des zones d’influence française, notamment en Afrique, dans la mer Noire et dans les territoires d’outre-mer.

Bardella s’est dit en faveur de la poursuite du soutien logistique et en matériel de défense à l’Ukraine, mais a clairement fixé ses limites, comme le refus d’envoyer des troupes sur le sol ukrainien et d’envoyer des missiles à longue portée ou du matériel militaire pouvant directement atteindre les villes russes.

Jordan Bardella, du Rassemblement national, a partagé sa vision sur diverses questions sensibles. Il estime que les attaques perpétrées par le Hamas le 7 octobre 2023 ont rendu impossible l’établissement de deux États distincts, comme le prônait sa famille politique, entre Israël et la Palestine. Il estime que reconnaitre l’État palestinien reviendra à reconnaitre le terrorisme et accorder une légitimité à une organisation qui vise à détruire l’État d’Israël.

Sur la question de la double nationalité, Bardella assure qu’il n’a pas l’intention de la remettre en question. Cependant, il envisage de réserver certains postes stratégiques dans des secteurs tels que la défense et la sécurité uniquement aux citoyens français si son parti accède au pouvoir.

Au regard de la situation tendue en Nouvelle-Calédonie, Bardella a réitéré son engagement à poursuivre les efforts d’Emmanuel Macron pour inclure davantage d’électeurs calédoniens dans le processus politique. Cependant, cette réforme est mal perçue par certaines personnes dans l’archipel. Il a réaffirmé son soutien à la « Calédonie française » en insistant sur le fait qu’aucun progrès n’est possible sans rétablir l’ordre. Il s’est également engagé à dialoguer avec toutes les parties en cas de son accession à Matignon. Au plus fort de la crise, Marine Le Pen avait assoupli la position traditionnellement hostile du RN à l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie, en proposant un nouveau référendum.

En matière d’immigration, Bardella a continué à maintenir ses positions, sans donner de détails spécifiques.

M. Bardella envisage en premier lieu de faire approuver par le Parlement la suppression de certaines restrictions qui empêchent actuellement l’expulsion d’individus ayant reçu une OQTF (obligation de quitter le territoire français). Il prévoit notamment d’étendre la durée de rétention dans les centres administratifs, poussant la limite à son maximum autorisé par l’Union européenne. Il espère pouvoir augmenter la durée actuelle de 90 jours.

Si M. Bardella devient Premier ministre, il a l’intention de convaincre le Président de la République d’initier un référendum basé sur l’article 11 de la Constitution. Son objectif est de modifier le Loi fondamentale de manière à protéger certaines mesures restrictives de l’immigration prônées par le Rassemblement National contre toute contestation européenne ou internationale. Parmi ces mesures, on compte l’abolition du droit du sol, la restriction du regroupement familial, et la suspension des régularisations par les préfets pour les étrangers en situation irrégulière.

Sur le sujet de la sécurité, le programme du Rassemblement National, dévoilé lundi, prône la réintroduction des peines planchers pour les récidivistes, les agressions contre les fonctionnaires publics et le trafic de drogue. Il prévoit également le renforcement de la protection des fonctionnaires qui sont menacés ou attaqués.

En se positionnant comme le garant des libertés individuelles et du droit de manifester, le leader du Rassemblement National a réitéré son engagement à dissoudre toutes les organisations qui recourent à la violence en France, qu’elles soient d’extrême droite ou d’extrême gauche.
En matière d’éducation, des propositions sont également attendues.

« – Jordan Bardella propose « une refonte majeure de l’autorité » à l’école « dès la rentrée de septembre », y compris en interdisant les téléphones portables dans les écoles, en imposant des uniformes et en rendant obligatoire le vouvoiement.
– S’il devient Premier ministre, l’Etat soutiendra « systématiquement » les enseignants, ceci sera mis en œuvre en instaurant des « peines minimales lors de conseils disciplinaires » et en créant des centres spécialisés pour y accueillir « les élèves perturbateurs ou harceleurs ».
– De plus, Jordan Bardella promet de revenir à l’essence de la « loi Ciotti de 2010, supprimée par François Hollande, qui propose de suspendre les allocations familiales et les bourses scolaires en cas de perturbations graves et répétées au sein des établissements scolaires ».
– Il réaffirme l’engagement du RN de « substituer le collège unique par un collège modulaire » afin « d’orienter plus précocement et plus efficacement ».
Retraites
– La réforme des retraites de 2023 serait, en théorie, abrogée. En remplacement, M. Bardella promet qu’« dès l’automne, les Français qui ont commencé à travailler avant 20 ans et qui justifient de 40 annuités, pourront prendre leur retraite dès 60 ans ».
– Ensuite, une « gradation » sera mise en place, a-t-il complété, promettant d’établir un âge légal de départ à la retraite à 62 ans « et un nombres d’annuités pouvant atteindre jusqu’à 42 années de cotisations ».
Energie et environnement
– M. Bardella a réitéré son souhait de réduire la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) de l’énergie à 5,5 %, une mesure estimée à 17 milliards d’euros par Bercy, jugeant cela réalisable « dans le cadre européen actuel ». »

« – Il a l’intention de « rendre au nucléaire son rôle crucial, essentiel et structurant dans le cadre du mix énergétique ».
– En ce qui concerne les énergies renouvelables, le chef du RN plaide pour « un moratoire sur toute nouvelle construction de site éolien » mais envisage « de renouveler sur le territoire français » une industrie photovoltaïque « en la protégeant avec des tarifs douaniers au niveau européen ». M. Bardella veut également mener « la reconversion des centrales à charbon en biomasse ».
– En matière d’habitat, le chef du RN a réaffirmé son désir de « lever les interdictions » qui sont « à ses yeux excessives » en ce qui concerne la location ou l’acquisition d’un bien en cas de mauvais Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) d’un bien immobilier. Il souhaite aussi « alléger les contraintes environnementales trop lourdes » imposées par l’objectif de zéro artificialisation nette, qui vise à restreindre toute augmentation de l’artificialisation d’ici 2050.
Santé
– Pour lutter contre les déserts médicaux, le leader du parti d’extrême droite propose la suppression de l’impôt sur le revenu des médecins et infirmières sortant de la retraite.
– Il annonce aussi « un moratoire sur toute fermeture des établissements en danger » et offre des « incitations pour attirer les professionnels de santé dans les zones de déserts médicaux avec une rémunération basée sur des critères équitables de responsabilité, de difficulté et adaptée aux besoins des territoires », sans quantifier la mesure.
– « Afin de débureaucratiser la santé, nous supprimerons les ARS car elles ont souvent une posture plutôt financière de la santé », a déclaré Jordan Bardella, qui veut que les préfets reprennent la gestion sanitaire à l’échelle du département.
Famille et fiscalité »/

Face à une baisse de la natalité sans précédent depuis 1945, Jordan Bardella entend mettre en place une part fiscale intégrale pour le deuxième enfant. En alignant sa vision avec celle d’Eric Ciotti, le leader contesté des Républicains, il vise également à abolir les taxes sur les héritages directs pour les familles à revenu modeste et moyen. De plus, il projette de mettre en place une exemption de taxes sur les donations des parents et grands-parents à leurs enfants et petits-enfants, respectivement, jusqu’à 100 000 € tous les dix ans au lieu de quinze ans actuellement.

En ce qui concerne les entreprises et l’agriculture, Bardella se montre déterminé à lever tous les obstacles à la croissance économique. Pour ce faire, il souhaite initier des « Etats généraux de la simplification » en collaboration avec les acteurs économiques dès cet automne. En parallèle, une pause est prévue dans la surtransposition de réglementations européennes pour aboutir à une « sobriété normative ».

Par ailleurs, Bardella se propose de donner la possibilité aux entreprises de rehausser les salaires sans charger plus le coût du travail et la compétitivité. Cette mesure permettrait une hausse de 10 % des salaires sans cotisations patronales pour une durée de cinq ans, jusqu’à un plafond de trois fois le smic (c’est-à-dire jusqu’à des salaires de 5 300 euros brut mensuels, le smic étant de 1 766,92 euros brut).

En dernier lieu, il envisage un plan d’aide à l’agriculture appelé « manger français ». L’objectif est d’atteindre 80 % de produits français dans les cantines scolaires d’ici 2027.

M. Bardella a exprimé son désir d’interdire l’importation de produits agricoles qui ne sont pas conformes aux normes françaises. Il reconnaît l’échec des lois Egalim qui avaient pour but d’augmenter la rémunération des agriculteurs. Par ailleurs, il projette de créer des normes que personne ne pourra échapper, que ce soit dans l’industrie agroalimentaire ou dans le secteur de la grande distribution. Cependant, il n’a pas donné plus de détails à ce sujet.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 850
Politique

« Front Populaire négocie premier ministre gauche »

13 juillet 2024
Dans le programme d'aujourd'hui, la France Insoumise (LFI) a présenté quatre individus à la discussion lors des débats de Nouveau Front populaire (NFP) hier. Certains à gauche ont interprété cela…
example 843
Politique

Richard Ferrand nommé chez Elsan

12 juillet 2024
Richard Ferrand, ancien président de l'Assemblée nationale (2018-2022) et allié d'Emmanuel Macron, a été nommé président du conseil de surveillance d'Elsan, selon ce qu'a révélé l'Agence France-Presse ce vendredi 12…