×
google news

« Élections européennes: Couverture médiatique réduite en France »

La Fondation Jean Jaurès a dévoilé une analyse le jeudi 23 mai, révélant que les médias couvrent la campagne des élections européennes du 9 juin avec « plus de retenue » par rapport au scrutin précédent en 2019. Cette étude, réalisée en collaboration avec l’agence Onclusive et l’Institut national de l’audiovisuel sur l’analyse de contenus télévisés, radiophoniques et de presse papier et numérique, met en évidence que les citoyens français « se considèrent insuffisamment informés sur les affaires européennes ». La cause principale de cela pourrait être la faible couverture médiatique du scrutin, qui a « significativement diminué », selon les auteurs de l’analyse, avec une visibilité de la campagne « 30% inférieure en volume à la même période en 2019 ». Théo Verdier, qui a mené cette analyse et qui est également co-directeur de l’observatoire Europe de la Fondation Jean Jaurès, en donne les justifications.
Quel sont les points principaux retenus de l’analyse de la Fondation Jean Jaurès à propos de la « couverture médiatique des élections européennes » en France ?

En examinant divers aspects de la couverture médiatique des élections européennes du 1er avril au 3 mai, nous avons identifié trois observations majeures. D’abord, la couverture médiatique de cette campagne a diminué de 30% par rapport à celle de 2019, témoignant d’un manque d’attention des médias. Deuxièmement, cette campagne semble être dominée par la politique française, avec la mise en lumière exclusive de figures nationales et une absence totale de la scène européenne, comme en témoigne la couverture médiatique minimale de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, en France. Enfin, nous constatons que la plupart des candidats sont largement méconnus du public français à part quelques exceptions comme Jordan Bardella et Marion Maréchal. Le cas de Valérie Hayer est représentatif où son faible niveau de reconnaissance et d’identification pourrait expliquer les défis qu’elle rencontre, en particulier en termes de visibilité médiatique.

En fin de compte, nous pensons qu’une deuxième campagne pour les élections législatives est en cours, avec l’Europe comme sujet principal. Il y a bel et bien un débat entre des puissances politiques bien organisées, cependant, il ne traite guère de la question de la future législature européenne. Cette élection est vue comme un enjeu majeur de la politique nationale : la suprématie du Rassemblement national et son leadership, la crédibilité du parti présidentiel, l’état renouvelé des puissances politiques à gauche pour la présidentielle de 2027, etc. Mais on ignore la curiosité portée à ce qui se déroulera à Strasbourg pendant la prochaine législature au Parlement européen, de 2024 à 2029.
Il reste 61,21% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 822
Politique

Macron rejette contribution retraités effort budgétaire

12 juin 2024
Le parti gouvernemental et Le Rassemblement national, sollicitent l'important vote des retraités en pleine querelle. Face aux accusations continues de l'extrême droite affirmant qu'il prépare discrètement une réduction des retraites…