×
google news

« CCAT : Organisation Indépendantiste Critiquée en Nouvelle-Calédonie »

Le ministre français de l’Intérieur et des Outre-Mer, Gérald Darmanin, a sévèrement critiqué l’organisation de la Cellule de Coordination des Actions de Terrain (CCAT), la qualifiant de « mafieuse » le jeudi 16 mai. La CCAT est actuellement sous le feu des soupçons, certains pensant qu’elle serait à l’origine des violences qui secouent la Nouvelle-Calédonie depuis le lundi 13 mai. Cette entité, mise sur pied en novembre 2023, a été à l’avant-garde de la mobilisation contre la dissolution du corps électoral de l’archipel depuis plusieurs mois. Bien que fermement critiquée, la CCAT demeure peu connue.

Au sein du mouvement indépendantiste néo-calédonien, qui est tout sauf uniforme avec une gamme de radicaux à modérés, le CCAT joue un rôle central dans les équilibres délicats. La nécessité de l’unité, considérée comme la seule solution viable pour influencer les négociations qui ont suivi le deuxième accord de Nouméa en 1998, a été le point de départ. A cette époque, le gouvernement était accusé par les indépendantistes d’avoir opté pour une tactique de « passage en force ».

La question de l’élargissement du Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS), une coalition indépendantiste, aux autres groupes a été fréquemment soulevée sans aboutir à un accord commun. Le FLNKS se compose de quatre partis principaux : l’Union calédonienne (UC), la Palika, le Rassemblement démocratique océanien (RDO) et l’Union progressiste en Mélanésie (UPM). Toutefois, il refuse l’inclusion d’autres groupes politiques, syndicaux ou religieux, qui pourtant, constituent une proportion significative des voix pour l’indépendance de l’archipel.

Parmi ces groupes figurent l’Union syndicale des travailleurs kanak et des exploités (USTKE), à tendance libertaire, ainsi que son pendant politique, le Parti travailliste.

« Agrandissement optimal »
Le projet consistant à fusionner tous ces groupes pro-indépendance en une entité unique a suscité le débat. En réponse aux hésitations de la Palika, qui craignait une dispersion du pouvoir decisionnel, l’UC a finalement décidé de contourner l’obstacle en novembre 2023 durant son congrès, en entérinant la création de la célèbre CCAT. L’objectif est clair : maximiser l’union pour contrecarrer la réforme constitutionnelle visant à élargir l’électorat pour les élections provinciales.

Lors de leur première conférence de presse tenue fin novembre 2023, les responsables de la cellule ont averti du « danger que fait courir l’Etat » avec « une imposition forcée ». Ces mêmes termes seront infatigablement réitérés lors de rassemblements pacifiques et communautaires, et lors d’innombrables réunions d’information jusqu’à début mai.

Il vous reste encore 69.75% de cet article à parcourir. Seuls les abonnés ont accès à la partie restante.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 975
Politique

Suspension de l’exclusion d’Eric Ciotti

15 juin 2024
Deux assemblées politiques successives avaient pris la décision d'évincer Eric Ciotti de leur parti. Cependant, vendredi 14 juin, suite à une action en justice initiée par Ciotti lui-même, la juge…