×
google news

« Élections Parisiennes: Écologistes en désordre »

L’infighting chronique est un mal dont souffrent les écologistes, particulièrement lorsqu’un leader émerge ou qu’une importante élection se profile, annihilant toute possibilité réaliste de succès. Cette tendance malheureuse s’est maintenue pendant trois décennies, on peut souligner le cas du plus récent scrutin présidentiel en 2022. Yannick Jadot, le vainqueur de la primaire d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), a été forcé de négocier avec Sandrine Rousseau, sa concurrente la plus proche, tout le long d’une campagne semée d’embûches. Ce qui a abouti à un maigre résultat de 4,63%. La question qui se pose désormais est de savoir si l’élection municipale parisienne de 2026 sera soumise aux mêmes dysfonctionnements?

En théorie, cela ne devrait pas être le cas. Le choix du candidat écologiste, toujours présent au premier tour depuis 2001, sera établi d’ici un an. Fatoumata Koné, responsable de l’unité en tant que présidente du groupe écologiste au Conseil de Paris, déclare : « Traditionnellement, nous organiseons une primaire avec nos 1200 membres qui sélectionnent leur candidat. Nous entendons voir si nous l’étendons à tout Parisien se revendiquant écologiste sans nécessairement être membre » Cependant, en pratique, le scenario semble différent. Quatre principales figures parisiennes sont prêtes à se jeter dans l’arène et à occuper chacune un coin du ring.

Nous débutons par l’ex-député européen, Yannick Jadot, qui à 56 ans n’a pas encore publiquement révélé ses ambitions politiques. Comparativement à ses collègues, il est plus discret. Il évite de discuter de ses projets politiques jusqu’au moins après les élections européennes du 9 juin, ce qui prête au flou entourant ses véritables intentions. Devenu sénateur de Paris et le seul dans la groupe parisien à posséder une notoriété au niveau national, il envisage la possibilité d’une candidature mais désire être apprécié non seulement par les sondages initiaux qui le placent en tête pour l’élection municipale.

«j’ai obtenu le meilleur score des Verts à Paris »

Cependant, il est conscient que sa popularité au sein des Verts parisiens n’est pas la plus marquée. Durant sa campagne électorale pour le poste de sénateur, obtenu avec difficulté, il avait affirmé aux militants engagés qu’il ne souhaitait pas être élu sénateur uniquement pour devenir maire de Paris. Pourtant, il ne serait pas le premier à revenir sur une promesse électorale, surtout pour concurrencer Anne Hidalgo ou Rachida Dati.

En ce qui concerne David Belliard, âgé de 45 ans, ses ambitions sont plus manifestes. Sa position d’adjoint à la Mairie de Paris, chargé de la transformation de l’espace public, des transports et des mobilités lui donne une certaine prestance et expérience dans la gestion au sein de l’exécutif parisien. Ayant déjà été en tête de liste pour les élections municipales de 2020, il a une connaissance concrète de ce que signifie une campagne à Paris; un point doublement important car il a été défaite avec un score de 10.79% au premier tour, alors que Lyon, Bordeaux et Strasbourg élisaient un maire écologiste.

Il reste encore 51,4% de cet article à parcourir. Seuls les abonnés peuvent accéder à la suite.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1506
Politique

« Macron prêt à débattre avec Le Pen »

25 mai 2024
Emmanuel Macron, Président de la France, s'est exprimé dans une interview avec Le Parisien, paru le samedi 25 mai, sur sa volonté de débattre avec Marine Le Pen, la présidente…