×
google news

Morano et Hortefeux sauvent place éligible

Chez les Républicains (LR), une brume d’incertitude s’est finalement dissipée. Suite à des semaines d’intrigues, de pressions médiatiques et d’incertitude de la part du président du parti, Eric Ciotti, la liste complète pour les élections européennes a été révélée le mardi 30 avril. Les discussions tournaient autour de la question : qui soutenir après François-Xavier Bellamy, le candidat principal, activement en campagne avec l’agricultrice de Tarn, Céline Imart (n°2), et le général Christophe Gomart (n°3)?

Lorsque Nadine Morano sort du Musée social à Paris, où LR tenait son comité d’investiture le mardi matin, l’eurodéputée a un sourire révélateur. L’alliée de Sarkozy annonce sa position à la sixième place sur la liste, presque conjointement avec la quatrième, Isabelle Le Callennec, ex-députée d’Ille-et-Vilaine. «Je suis très honorée d’être si bien placée sur la liste dirigée par François-Xavier Bellamy dont l’exemplarité au Parlement européen est reconnue», loue la maire actuelle de Vitré (Ille-et-Vilaine).

Cette liste traduit également des équilibres régionaux, explique Mme Morano. « Aux Républicains, nous sommes solidement enracinés dans tous nos territoires et il était essentiel à nos yeux que la Bretagne, le Sud-Est, l’Alsace et toutes les autres régions soient représentées ». Cette logique de représentation régionale pourrait expliquer l’entrée surprenante en cinquième position de Laurent Castillo, chirurgien niçois proche d’Eric Ciotti. «Il est relativement novice en politique, mais c’est un homme de grande valeur et c’est positif d’accueillir des personnes issues de la société civile», commente Éric Pauget, député LR des Alpes-Maritimes.

Il y a deux omissions notables.

Dans une récente enquête Ipsos réalisée en collaboration avec Cevipof, l’Institut Montaigne, la Fondation Jean Jaurès et Le Monde, le 29 avril, seulement quelques places seraient éligibles dans une liste de 6%. Malgré les appels internes pour rajeunissement, Brice Hortefeux a résisté, obtenant la 7ème place. Récemment, un membre du parti avait fait part de son désir de renouvellement et de mener les politiciens comme Morano et Hortefeux à une sortie. Hortefeux a reconnu le besoin d’équilibrer le renouvellement avec l’expérience, dans un entretien avec Le Parisien le 15 avril.

Guilhem Carayon (9e), leader des jeunes LR et fervent défenseur de François-Xavier Bellamy, incarne ce renouvellement timide. Juste devant Carayon se trouve Nathalie Colin-Oesterlé, eurodéputée sortante, sa place étant garantie par l’accord avec le groupe Hervé Morin’s Centrists. Geoffroy Didier, également sortant, se trouve en position précaire, à la 11ème place. Malgré sa proximité avec Eric Ciotti, sa tentative de prendre la place de François-Xavier Bellamy comme chef de la délégation en 2019 a été une erreur.
L’article complet est disponible pour les abonnés uniquement, avec encore 29.12% du texte à lire.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1590
Politique

« Dimanche ordinaire sur les baies Nouméa »

27 mai 2024
Il règne une ambiance de fête en cette journée des mères que l'on observe devant la boutique d'un fleuriste située à la baie de l'Orphelinat à Nouméa, ce dimanche. «…