×
google news

« Macron demande concertation sur violence mineurs »

Suite à une série d’incidents tragiques affectant des mineurs, Emmanuel Macron a appelé son gouvernement à lancer une vaste consultation pour trouver des moyens de faire face à l’émergence d’une « ultraviolence », particulièrement chez les plus jeunes , le mercredi 17 avril.

« Le phénomène croissant de l’ultraviolence chez les citoyens de plus en plus jeunes nécessite une approche à long terme impliquant tous les acteurs », a affirmé le Président lors d’une réunion ministérielle, selon un participant confirmant des détails rapportés par Le Parisien. « C’est la seule façon de mettre fin au processus de dégradation de la civilisation que j’ai décrié. Le Premier ministre lancera ce cycle de consultations demain », a-t-il ajouté, mentionnant les maires, les associations, les parents et les enseignants.

Gabriel Attal doit voyager à Viry-Châtillon, une ville de l’Essonne récemment endeuillée par le décès d’un adolescent de 15 ans, Shemseddine, battu près de son école. Il y prononcera un discours sur « l’autorité au cœur de la République » qui marquera également ses « cent jours » à Matignon.

Une consultation à la manière d’un « Grenelle »

« Le principe d’autorité doit être universel et s’appliquer à tous », a déclaré mercredi la porte-parole du gouvernement, Prisca Thevenot, lors de l’annonce de ce déplacement à l’issue de la réunion ministérielle. Le Premier ministre va « établir un plan d’action très spécifique sur cet enjeu qui est une attente de tous, dans le prolongement de nos efforts entrepris depuis 2017 », a-t-elle déclaré.

Au cours d’une réunion du cabinet, Emmanuel Macron a tracé une comparaison avec les efforts déployés pour combattre les féminicides. « Lorsque la terreur des féminicides a pris de l’ampleur dans notre société, grâce à l’engagement des associations, nous avons initié les États généraux contre les violences domestiques, ce qui nous a permis de réunir toutes les parties prenantes et d’atteindre des résultats significatifs sur lesquels nous continuons à travailler aujourd’hui, » selon les dires d’un participant.
« Une grande quantité de travail a déjà été accomplie, cependant, j’exige du gouvernement le même niveau d’engagement sur le sujet de la violence à l’égard des mineurs, » a-t-il ajouté.
Contribuer

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1611
Politique

Droite presque unie contre projet loi

27 mai 2024
Le lundi 27 mai, le projet de loi concernant l'euthanasie sera présenté à l'Assemblée nationale. Frédérique Meunier, la députée des Républicains (LR) de Corrèze, est prête à se sentir "isolée…