×
google news

« Européennes: Retour des ‘deux gauches’ LFI-PS »

Le samedi 13 avril était une belle journée à Nantes. Johanna Rolland, la maire socialiste de la ville, avait peur que ses partisans s’étaient échappés à la plage. Néanmoins, ils ont fait preuve de présence à l’entrée du Zénith de la ville pour soutenir leur candidat, Raphaël Glucksmann.

Glucksmann, candidat principal du Parti socialiste (PS) et du Public Square pour les élections européennes du 9 juin, a le privilège d’être en position de tête à gauche dans les sondages. Il est en troisième place après Jordan Bardella, candidat du Rassemblement national et Valérie Hayer du parti présidentiel Renaissance. Cette bonne position réunit toutes les tendances du PS, qui complimentent cette nouvelle incarnation du parti, et font leurs prévisions pour l’évolution future des rapports de force à gauche.

Cependant, pour Raphaël Glucksmann, il ne s’agit pas actuellement de s’impliquer dans ce défi interne. Samedi, le candidat s’est concentré sur l’Europe et rien que l’Europe, présentant un projet de « force écologique ». Son discours parfois rappelait celui de l’écologiste Yannick Jadot durant la campagne présidentielle de 2022, glorifiant la sobriété comme l’épine dorsale de la liberté et de l’indépendance géopolitique en France et en Europe.

Il a déclaré que « toute l’énergie que nous ne consommons pas représente un pas vers la liberté et la démocratie », avant de proposer un plan pour rénover énergétiquement toutes les écoles en Europe.
“Contre ‘les zombies du hollandisme’ de LFI  »

Le jour suivant, à Montpellier, Manon Aubry, la principale candidate de La France insoumise (LFI), ainsi que ses collègues candidats, ont présenté une perspective de protection contre le projet « puissant » de l’Europe soutenu par les socialistes. Ils ont fusionné le « protectionnisme national et européen » à leur agenda de lutte contre le « régime eurocrate », sans négliger la l’opposition et la désobéissance. Anthony Smith, inspecteur du travail et quatrième candidat sur la liste, s’est engagé à diminuer le nombre de décès aux travail en Europe à néant. Il a également critiqué le parti des socialistes, rappelant leur politiques du passé : « Comme surgissent les vestiges du hollandisme dans ces élections, nous n’oublions pas leur attaque agressive sur le droit du travail avant que Macron soit en pouvoir. »
Manuel Bompard, le leader du LFI, a critiqué le discours de son adversaire la veille. Il a déclaré,  » Comment Monsieur Glucksmann peut-il affirmer qu’il est le champion de l’écologie quand il est soutenu par Carole Delga qui un partisan du projet d’autoroute entre Toulouse-Castres ? ». Quant à Manon Aubry, elle a saisi l’occasion pour critiquer les socialistes : « Certaines personnes à Nantes hier rêvaient de revenir à l’époque d’avant Macron. Je vous suggère plutôt de préparer l’avenir. »

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1611
Politique

Droite presque unie contre projet loi

27 mai 2024
Le lundi 27 mai, le projet de loi concernant l'euthanasie sera présenté à l'Assemblée nationale. Frédérique Meunier, la députée des Républicains (LR) de Corrèze, est prête à se sentir "isolée…