×
google news

Affaire Pinot, Schmitt se défend contre les accusations : « Je ne l’ai ni frappée ni battue »

Après les accusations et l'arrestation, M. Schmitt veut s'exprimer sur l'agression de son ancien partenaire et champion de judo, M. Pinot.

Viols conjugaux : la judoka Margaux Pinot poursuit Alain Schmitt

Une histoire de violences conjugales entre la championne de judo Margaux Pinot et son ancien partenaire et entraineur Alain Schimtt, Schmitt a tenté de se défendre après les accusations de la judoka, donnant sa version des faits.

La dynamique de l’attaque de Margaux Pinot selon Alain Schmitt

Alain Schmitt s’est exprimé sur l’émission française « BFM TV » pour expliquer ce qui s’est passé selon lui. Au moment des faits, Schmitt, qui devait devenir l’entraîneur de l’équipe nationale féminine israélienne de judo, a nié avoir porté la main sur sa partenaire en déclarant :

« Nous nous sommes accrochés et nous avons « embarqué » de toutes nos forces. Elle dit qu’elle ne pouvait pas utiliser ses bras, mais quelque chose ne va pas. Selon elle, je suis monté sur elle et je lui ai donné cinq coups. Mais elle m’a frappé sans utiliser ses bras ? Je ne peux pas croire son histoire. Je ne l’ai pas frappée ou battue. Cette lutte violente entre les deux n’était, pour Schmitt, caractérisée que par la poussée. »

Schmitt tente de se défendre contre les accusations d’agression à l’encontre de Pinot

Le visage de Pinot, cependant, parle de lui-même :

il y a des marques visibles partout et elles semblent être typiques des coups de pied et des coups de poing.

M. Schimtt n’a pas non plus caché les signes du combat, déclarant qu’il était également hospitalisé avec un pronostic de 4 jours. Concernant les bleus sur leurs visages, Schmitt a expliqué la dynamique de la bagarre entre les deux :

« On a tapé partout, on a eu la porte, le radiateur, les coins des portes, le plancher. Je courais vers elle et elle dit que je l’ai giflée ».

La version de Pinot de l’attaque de Schmitt

La version de Margaux Pinot est totalement différente et beaucoup plus crédible compte tenu des marques sur son visage. La judoka, sauvée grâce aux techniques de sa discipline, a raconté toute la dynamique de l’agression sur un post Instagram avec ces mots :

« Dans la nuit de samedi à dimanche, j’ai été victime d’une agression à mon domicile par mon compagnon et mon entraîneur ». J’ai été insulté, frappé à coups de poing, frappé à plusieurs reprises à la tête sur le sol. Et finalement, il a essayé de m’étrangler. J’ai cru que j’allais mourir, j’ai réussi à m’échapper pour me réfugier chez mes voisins qui ont immédiatement appelé la police, ajoute-t-elle. J’ai plusieurs blessures, dont un nez cassé et un pronostic de 10 jours. »

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Contacts:

Lire aussi

loading...
Contents.media