×
google news

La yamaha 125 dt

Yamaha invente le trail Faut-il que les ingénieurs de chez Yamaha soient visionnaires pour répondre aussi fidèlement aux attentes d’un nouveau marché qu’ils le font en 1971 avec la 125 DT ? La Jeunesse de l’époque a soif de nouveaux espaces.

Alors que le marché des 125cm3 se concentre sur les utilitaires, Yamaha impose le concept de moto plaisir.

Pot d’échappement relevé, débattement amélioré, démultiplication plus courte… la petite DTF, bientôt suivie de la DTE dotée d’un démarreur électrique, est taillée pour ceux qui veulent sortir des sentiers battus.

La reine DTMX Si la Yamaha DT 125 ouvre la voie du plaisir, la DTMX ouvre, elle, celle de l’efficacité.
Dès 1976, Yamaha révolutionne avec elle le marché du trail ouvert par la DTF.
Avec la petite DTMX, c’en est fini des motos tout-terrain issues d’une adaptation des modèles routiers.
Avec ses suspensions arrières de type cantilever à mono amortisseur ancré sous la selle, la partie cycle est directement inspirée de celle des modèles cross Yamaha 125 et 250 YZ.
Très typée enduro, la « bête » est un des succès commerciaux les plus retentissants de l’histoire de la moto.

Elle sera fabriquée en si grand nombre qu’on la trouvera encore au catalogue en 1994, deux ans après l’arrêt de sa production en 1992 et douze ans après la sortie de la DTLC, premier modèle doté du refroidissement liquide.
L’ère du refroidissement liquide La Yamaha 125 DTLC marque en 1982 un nouveau virage dans l’histoire du trail que la firme au diapason ne cesse d’écrire.
La vraie nouveauté cette fois est dans le moteur qui, outre son refroidissement liquide, adopte le système YEIS d’amélioration de l’admission des gaz puis, en 1984, le système YPVS de modulation de l’échappement.
Produite jusqu’en 1991, la DTLC n’égalera pas la longévité de la DTMX, mais l’ère du refroidissement liquide est ouverte.
Extérieurement proche, la DTR dotée d’un système direct d’admission des gaz dans le carter lui emboîte le pas dès 1988, pour une longue carrière de 15 ans qui s’achèvera en 2003, avec l’entrée en vigueur des normes antipollution Euro 2.
Euro 3 sonne le glas Ultime évolution de la lignée DT, la DTRE dotée d’un pot d’échappement catalytique relève le flambeau en 2004, mais le sursis sera de courte durée.
L’entrée en vigueur de la norme Euro 3 rend en 2007 l’avantage au moteur à quatre temps.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Contacts:

Lire aussi

Contents.media