×
google news

Toyota Auris HSD

Source photos : ToyotaLe problème des hybrides actuelles est que l’on ne peut pas vous louper quand vous en conduisez une : leur esthétique particulière est vite reconnaissable.
Excepté dans le très haut de gamme (Lexus ou Porsche), les Toyota Prius et Honda Insight ressemblent à des concept-cars échappés dans la rue.

C’est l’écueil que va tenter d’éviter Toyota avec son Auris hybride.
en plus d’être plus compacte que la prius, donc moins chère, elle ne se distingue guère de sa soeur thermique.
Juste des boucliers spécifiques, un becquet arrière et des feux à leds et voilà une compacte discrète et élégante.

Saluons l’effort à bord où la qualité perçue progresse franchement et attardons nous sur l’avantage numéro 1 de cette Auris, son silence de fonctionnement en ville où elle démarre systématiquement en propulsion électrique.
Malheureusement, elle ne peut évoluer longtemps dans ce mode d’autant plus qu’à partir de 50 km/h, le moteur thermique démarre automatiquement.
Sur route, l’avantage se réduit par rapport à une version classique, en grande partie à cause de la boîte de vitesses à variation continue qui fait hurler plus que de raison le cylindres 1.
8l de 99 ch, lamême mécanique qui officie sous le capot de la Prius, ici en version dégonflée.
De plus, si l’économie dûe à l’électricité en évidente en ville, le bilan est moins flatteur ailleurs et la version diesel n’est pas larguée économiquement, loin de là.
Mais la démarche de Toyota est à saluer car, à 23 400 €, la Prius HSD est une vraie alternative aux compactes essence et peut concurrencer les diesel sans rougir… si elle arrive à augmenter son agrément sur route.
Honda a prouver qu’une hybride avec une transmission classique fonctionne, après tout !

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Contacts:

Lire aussi

Contents.media