×
google news

Michelin s'avoue vaincu pour décrocher le marché de la F1

Le manufacturier français regrette l’impossibilité d’organiser une rivalité en 2011.
L’affaire semble pliée depuis le GP de Turquie, où les équipes, la FOM et la FIA ont convenues en coulisses de rouler en Pirelli.
Le groupe français Michelin est “pessimiste” sur l’hypothèse d’un retour en Formule 1 en 2011, a affirmé dimanche Didier Miraton, l’un de ses cogérants, en marge de l’arrivée des 24 Heures du Mans.

“Ça ne bouge pas, on est toujours sur la même ligne, et l’échéance de temps, pour 2011, me paraît très compromise”, a dit M.
Miraton, pour qui la F1 “est une organisation complexe, avec de nombreux partenaires, et il faut que tout le monde se mette d’accord.
On est probablement dans un rythme trop lent par rapport aux échéances de l’année prochaine”.
Depuis que Bridgestone, en raison de la situation économique mondiale, a décidé en novembre dernier de ne plus fournir la F1, “Michelin a essayé de contribuer à la réflexion de la F1.
Nous sommes intervenus pour aider, modestement, et ça ne bouge pas.
Au rythme où vont les choses, je suis pessimiste pour la saison prochaine”, a regretté M.
Miraton…PUBLICITÉPUBLICITÉMichelin a proposé ses services mais a dans le même temps posé des conditions avec la réintroduction d’une concurrence multi-marques afin que la F1 permette de valoriser les pneus et leur dimension environnementale.
“Quand il n’y a qu’un seul manufacturier, il n’y a pas de compétition, il n’y a pas de progrès, pas de plaisir, et l’intérêt pour le manufacturier est faible”, a insisté M.
Miraton dimanche, en s’appuyant sur l’exemple des 24 Heures du Mans 2010, où cinq manufacturiers sont représentés et où la course se déroule “sur le rythme d’un Grand Prix de F1, à sept heures du matin”.
“C’est ça la compétition”, a ajouté M.
Miraton, pour qui “si les (futurs) règlements (de la F1) ne sont pas ouverts, compétitifs, porteurs de progrès et de challenges technologiques, ce n’est pas pour Michelin car ce n’est pas pour la mobilité durable”.
En revanche, le cogérant de Michelin s’est dit “très optimiste sur le moyen terme, car les esprits changent, à un rythme extraordinaire.
Toutes les parties prenantes, dont la compétition, sont en ébullition, pour réfléchir à ce qui va changer, et comment la compétition doit être le lieu d’étude de tout cela”.
“La compétition, depuis 120 ans, c’est l’esprit de l’automobile au service des clients.
Le nombre de véhicules sur terre va doubler, il faut diviser la consommation par deux et doubler la longévité.
C’est le seul enjeu qui compte, dans un contexte de sécurité maximale, et c’est à cela que la compétition va contribuer”, a conclu M.
Miraton.
Source Eurosport

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
David
14 mars 2020 0 h 21 min

2021 et non 2011


Contacts:

Lire aussi

loading...
Comment  faire et où changer ses pneus pas chers ?
Automobile

Comment faire et où changer ses pneus pas chers ?

8 mai 2020
De nos jours, cela devient difficile d’entretenir sa voiture, car même pour faire changer ses pneus cela coûte cher. Internet est une source inépuisable de renseignements bons ou mauvais et…
Ducati Multistrada 2010 : la vidéo avec piano
Automobile

Ducati Multistrada 2010 : la vidéo avec piano

22 avril 2020
Voici LA vidéo de présentation officielle de celle qui crée le buzz en ce moment sur la planète moto. Ducati a choisi de nous présenter la nouvelle Multistrada dans une…
Contents.media