×
google news

Peng Shuai : CIO complice de la machine de propagande chinoise

Le Monde a accusé la Chine de tenter « d'enterrer l'affaire Peng Shuai avec la bénédiction du Comité international olympique ».

Peng Shuai : CIO complice de la machine de propagande chinoise

Après l’apparition publique de Peng Shuai ce week-end, il y a encore beaucoup de doutes. Le CIO a été accusé de complicité avec le gouvernement chinois et la Chine a déclaré que le cas était « monté en épingle » pour attaquer la Chine.

L’affaire Peng Shuai « délibérément montée en épingle »

« Je pense que certains doivent cesser de délibérément monter en épingle cette question à des fins hostiles, et surtout d’en faire une question politique » a déclaré un porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères mardi 24 novembre.

Bien qu’il ait affirmé qu’il ne s’agissait pas d’une question diplomatique, le gouvernement de Pékin s’est senti obligé d’intervenir dans le cas de l’athlète Peng Shuai.

L’homme n’a pas précisé qui était son interlocuteur direct, mais les voix qui s’élèvent contre le comportement de la Chine sont nombreuses.

Des stars mondiales du tennis comme Novak Djokovic et Serena Williams, ainsi que plusieurs pays occidentaux dont la France et les États-Unis, ont appelé Pékin à faire la lumière sur la situation de Peng Shuai.

L’interview de la sportive avec le CIO

Tout a commencé en novembre, avec la publication d’un message sur les médias sociaux dans lequel Peng Shui accusait Zhang Gaoli, de 40 ans son aîné, de l’avoir violée. L’homme est membre permanent du bureau politique du PCC, c’est-à-dire l’un des sept hommes les plus puissants de Chine, depuis 2018.

Après la censure d’un message posté sur un réseau social chinois en novembre, la tenniswoman a en effet disparu de tout événement public.

Mais après les nombreuses protestations d’organisations créées pour protéger les droits, comme l’ONU, et les menaces de la WTA , Peng Shuai est réapparue publiquement ce week-end.

Elle a été vue dans un restaurant de Pékin et lors d’un tournoi de tennis dans la capitale chinoise, selon des vidéos publiées par les médias officiels.

Elle s’est aussi entretenue par vidéoconférence avec le président du Comité International Olympique (CIO), Thomas Bach.

Le CIO a ensuite déclaré que Peng Shuai est « saine et sauve à son domicile à Pékin mais qu’elle aimerait que sa vie privée soit respectée ».

En outre, dans son message, la joueuse de tennis aurait évoqué ses sentiments pour Zhang Gaoli, mentionnant leurs « personnalités qui collent bien », leurs « sujets de discussions inépuisables », leurs parties de tennis de table ou encore de billard.

Elle a accusé l’homme de l’avoir entraînée dans une histoire d’amour toxique, forcée de vivre avec sa femme et cachée du public. Peng Shuai a raconté l’histoire de deux amoureux – consentants – jusqu’à ce qu’une querelle survienne quelques jours avant le début de l’affaire. En bref, l’accusation de viol s’est dissoute dans l’air.

Le CIO en « collaboration active » avec Pékin

Cependant, la WTA, l’organe directeur du tennis féminin, n’est pas d’accord.

« C’était bien de voir Peng Shuai dans des vidéos récemment, mais elles n’atténuent ni ne répondent à l’inquiétude de la WTA concernant son bien-être et sa capacité à communiquer sans censure ni coercition », a indiqué lundi l’organisation dans un communiqué.

« Cette vidéo ne change rien à notre appel à une enquête exhaustive, équitable et transparente, sans censure, sur ses allégations d’agression sexuelle. »

L’association de tennis n’est pas la seule à être sceptique : Human Rights Watch a accusé le CIO de « collaboration active » avec Pékin.

« Le CIO semble accorder plus d’importance à sa relation avec un pays qui viole les droits humains qu’aux droits et à la sécurité des athlètes olympiques », a indiqué dans un communiqué l’organisation.

Selon Human Rights Watch, la conversation entre Bach et Peng a été menée sous la contrainte.

« Le CIO est complice de la machine de propagande et d’un cas de coercition et de disparition forcée par le gouvernement chinois », a tweeté un militant de l’organisation.

Même la presse est suspicieuse

Le Monde a accusé la Chine de tenter « d’enterrer l’affaire Peng Shuai avec la bénédiction du Comité international olympique ».

En revanche, le journal a noté que le communiqué publié à l’issue de l’interview « est particulièrement léger » et ne fait aucune mention des allégations de viol. Peut-être la cause est-elle les prochains Jeux olympiques de Pékin ?

En outre, le New York Times a noté que Peng était accompagnée d’un « ami » pendant l’appel vidéo pour l’aider à s’exprimer en anglais. Une langue qu’elle parle correctement « ayant joué pendant quinze ans sur le circuit international ».

Le Monde a rappelé ensuite que « dans le passé, la Chine a souvent mis en scène des confessions forcées de dissidents, d’intellectuels ou de dirigeants limogés ».

En Chine, l’affaire continue d’être censurée dans tous les médias.

En Chine, l’histoire continue d’être complètement censurée par les médias et les réseaux sociaux. Même le flux en direct des réseaux internationaux tels que CNN s’estompe lorsque les journalistes commencent à parler du sujet.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Lire aussi

loading...
Contents.media