×
google news

« Fans de Nadal traversent l’Atlantique pour Roland-Garros »

Il n’a pas encore fait ses adieux à Roland-Garros, mais le processus de pèlerinage est déjà en cours. Ses supporters rendent hommage à son monument situé à l’entrée du stade, une œuvre d’art en acier inoxydable de 3 mètres de hauteur et près de 5 mètres de largeur, située à proximité de celle dédiée à l’aviateur, qui jouait avec les cieux et accumulait les records comme lui. Près de deux ans après avoir remporté son 14ème titre sur le court en argile parisien, Rafael Nadal se prépare à jouer « son » tournoi pour la 19ème fois, et probablement pour la dernière fois.

Depuis lundi, les fans affluent pour savourer ses derniers matchs sur terre battue. Le vendredi 24 mai, à trois jours de son premier match contre l’Allemand Alexander Zverev, le joueur gaucher a passé en revue ses mouvements et a fait retentir son cri guttural « ah-heuuuu » en frappant la balle sur le discret court numéro 2. « J’ai traversé l’Atlantique juste pour voir Rafa, » assure Tiney Hu, une New-yorkaise, dont le vol de retour est prévu le 3 juin, le jour de l’anniversaire de Nadal.

Avec un drapeau espagnol déployé devant elle, cette spectatrice de 38 ans n’a d’yeux que pour le joueur classé 276e au monde, portant un débardeur bleu foncé orné de son logo de taureau, un short et un bandeau immaculés. À ses côtés, Hippolyte, originaire de Boulogne-Billancourt, est également membre de la vaste communauté de fans de Rafa, qui est une sorte de famille réunissant des personnes venues d’Espagne et d’Amérique latine. Le jeune homme de 19 ans, qui a lancé une page Instagram dédiée à Nadal suivie par 166 000 fans, explique qu’ils se rassemblent devant la statue du joueur avant et après ses matchs. En 2022, ils étaient presque 150 à assister à sa finale. Cette année, ils seront probablement plus nombreux, car tout le monde veut voir la dernière apparition de Rafa à Roland-Garros.

Sur le court voisin, la joueuse française Clara Burel s’entraîne presque à huis clos. Le public, qui manque de patriotisme, a quitté les gradins dès qu’il a vu son illustre voisin à l’entraînement. Les 100 élèves de CM2 du collège Saint-Louis Notre-Dame du Bel-Air à Montfort-l’Amaury (Yvelines) ont été informés par une source bien informée. Maurane, Nour et Julia, trois fillettes de 10 et 11 ans qui n’étaient même pas nées lorsque Nadal a remporté sa septième Coupe des Mousquetaires, ont bien conscience de la grandeur du joueur. Leur enseignante, Clémence De Montauzan, profite de l’occasion pour leur rappeler que Nadal est un bel exemple de persévérance puisqu’il donne tout, même lorsqu’il ne fait que s’entraîner.

Dans les couloirs, une photo à taille réelle du Majorquin « décapité » attire les fans qui prêtent leur visage au physique du champion. Jan, un compatriote expatrié à Amsterdam et rencontré jeudi pour son premier séjour à Roland, affirmait que « c’était l’unique joueur qui a réussi à me faire me lever à 5h du matin pour voir ses matchs ». Le jeune homme de 19 ans et sa mère de 53 ans, Isabel, une fan déclarée, n’ont pas pu obtenir de tickets pour espérer le voir jouer. Cependant, fin avril, ils étaient présents pour ses adieux à Madrid. « C’était tellement touchant, l’atmosphère était incroyable », se souvient Isabel. « C’est le joueur le plus électrisant à regarder, il est captivant, on pouvait vraiment ressentir tout ça. »
Il reste encore 43,73% de cet article à découvrir, exclusivement réservé aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 957
Sport

Euro 2024 : Nagelsmann, le jeune maestro allemand

14 juin 2024
Julian Nagelsmann n'est pas un rêveur déconnecté de la réalité. Il aime garder les pieds sur terre et ses crampons fermement ancrés au sol. Néanmoins, lorsqu'il a été désigné comme…