×
google news

« Marchand Madness » avant JO Paris 2024

« La « March Madness » est le terme utilisé dans le jargon universitaire américain pour décrire le pic final de la saison sportive où plus excellents étudiants du pays se défient dans leur discipline sportive. Près de Natatorium de l’Université de l’Indiana, elle a été surnommée la « Marchand Madness ».
Léon Marchand, une fois sur le point de départ, accapare tout l’attention. Plus précisément, tout le monde le remarque sauf lui-même. Le nageur de Toulouse est souvent invisible pendant de longues secondes sous l’eau en raison de ses plongées prolongées, qui sont encore plus impressionnantes dans une piscine de 25 yards (22,86 m).
Le jeudi soir 28 mars, lors de la course de 500 yards de nage libre, Marchand avait déjà dominé la course après seulement deux longueurs (sur vingt). L’élève de Bob Bowman a éventuellement battu son propre record de près de quatre secondes (4 min 02 s 31), laissant son suiveur à plus de quatre secondes. « C’est une épreuve où je me suis bien amusé. J’aime l’atmosphère des NCAA, l’ambiance est géniale et je nage aussi pour mon équipe. Ce soir-là, je ne savais pas vraiment quelle était ma limite », a déclaré le nageur de 21 ans, aussi à l’aise en anglais que dans les voies d’eau.
La veille, il avait déjà été le premier homme à accomplir moins de 1 min 29 sur le relais de 200 yards de nage libre.
Zalan Sarkany, tout juste sorti de la piscine et encore humide, réalise l’écart enorme entre lui et son coéquipier de l’Arizona State University (ASU). « Il est l’un des compétiteurs les plus forts, il nage incroyablement vite. Je ne peux pas vraiment rivaliser avec lui… pas encore du moins », concède le Hongrois de 20 ans, admirant sa « mentalité de lion ».
« La perfection dans l’eau ». »

Le « Frenchie », arrivé en août 2021 à Tempe, un quartier de Phoenix, se sent parfaitement en phase dans le désert, malgré son origine aquatique. Au sein de la foule de 55000 étudiants du campus, ce cinq fois champion du monde se mêle sans effort. Son caractère doux et aimable ressort à chaque discussion le concernant. Le jeune homme de 21 ans, d’un naturel discret, est néanmoins un élément clé de l’équipe des Sun Devils.

La mère de Patrick Colson, Elizabeth, vêtue de son sweat-shirt « ASU », se rappelle. À l’arrivée de Patrick à Tempe la première année, la rapidité de sa nage était remarquable. Cependant, la deuxième année, avec l’arrivée de Léon, l’amélioration était tout simplement spectaculaire. Selon son fils, Léon a révolutionné sa technique de natation. La mère dynamique de 50 ans ne tarit pas d’éloges sur les talents développés le long de la Garonne : « Voir nager, c’est un véritable délice visuel, une perfection aquatique. Tout simplement splendide. »

La suite de cet article est encore à lire avec 51,3% restants et est disponible exclusivement pour les abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1230
Sport

Duplantis bat record avant Paris 2024

21 avril 2024
Armand Duplantis, le prodigieux perchiste suédois, continue d'élever la barre. Dominant son domaine depuis plusieurs années, Duplantis a une fois de plus repoussé son propre record mondial de saut à…