×
google news

GELLIFY publie une étude internationale sur le Corporate Venturing : 18 grandes entreprises impliquées

La plateforme d'innovation B2B, GELLIFY, a publié une étude internationale impliquant 18 grandes entreprises.

La plateforme d’innovation B2B, GELLIFY, a publié une étude internationale impliquant 18 grandes entreprises. En particulier, les entreprises qui ont collaboré avec GELLIFY ont partagé avec l’entreprise leur vision et leurs conseils sur le Corporate Venturing.

GELLIFY, étude internationale sur le Corporate Venturing

GELLIFY est une plateforme dédiée à l’innovation B2B, spécialisée dans l’investissement de capitaux dans des startups sélectionnées et contribuant à leur croissance. GELLIFY se concentre sur les start-ups de haute technologie qu’elle met ensuite en relation avec des entreprises traditionnelles afin de renouveler leurs processus de travail, leurs modèles commerciaux et leurs produits commercialisés.

Récemment, l’entreprise a publié une étude intitulée « The 4W’s of Corporate Venturing », basée sur des entretiens et des questionnaires qualitatifs avec 21 experts en Corporate Venturing, des managers et des responsables de l’innovation. Les experts travaillent dans des entreprises basées en Italie, en Espagne, en Suisse et aux Émirats arabes unis, agissant dans un contexte européen et international.

L’étude, qui se présente sous la forme d’un rapport, a été élaborée en recueillant des données réelles et actualisées sur la manière dont les principales entreprises de différents secteurs du marché développent des initiatives de pointe pour atteindre leurs objectifs stratégiques. Ces entreprises encouragent une approche intelligente et diffusent une culture de l’innovation ancrée dans le monde des start-ups.

Rapport, « The 4 Ws of Corporate Venturing »

Selon l’étude annoncée par GELLIFY, 78% des entreprises interrogées dans le cadre de la recherche ont entre 2 et 5 ans d’expérience à la tête du business venturing. 14% des entreprises ont créé une entreprise de venturing depuis un an ou moins, tandis que 7% ont entre 6 et 10 ans d’expérience.

Parmi les données examinées et incluses dans l’étude, il y a également des résultats provenant d‘Italie, grâce à la contribution significative des Chief Innovation Officers italiens et des chefs d’investissement de divers secteurs tels que le secteur chimico-pharmaceutique représenté par le groupe Sapio, le secteur du commerce de détail de Camst International ou le secteur des assurances de Reale Mutua.

Les professionnels qui occupent des postes de direction dans des entreprises basées en Suisse, aux Émirats arabes unis et en Espagne, en revanche, opèrent dans le secteur des services, dans le secteur des banques et des assurances et dans le secteur de l’énergie et de l’industrie.

Enfin, le rapport élaboré par GELLIFY a été préparé en collaboration avec le cabinet d’avocats Gianni & Origoni, Accenture Italia, le cabinet de conseil fiscal Studio Pirola Pennuto Zei & Associati et Kasperky Innovartion Hub.

The Why – Pourquoi le Corporate Venturing

Selon GELLIFY, les entreprises ont expliqué qu’elles ont décidé de créer une unité de Corporate Venturing pour développer une « culture de l’innovation ». Dans la plupart des cas, cette motivation est la principale raison du succès des activités individuelles.

Pour les dirigeants des autres entreprises interrogées, la création d’une start-up dans le cadre de l’entreprise est une opportunité pour attirer les jeunes talents.

Pour d’autres entreprises, l’investissement et le financement de jeunes pousses actives dans des secteurs adjacents ou éloignés de leur activité principale sont décrits comme une occasion de se diversifier. De cette manière, il est possible d’anticiper les besoins des marchés dominés par la concurrence.

Enfin, certains dirigeants ont révélé qu’ils considèrent le corporate venturing comme une option de croissance à mettre en œuvre en réinvestissant dans leurs activités principales.

the why 1024x726 1

The What- Quelles options de Corporate Venturing choisir ?

En ce qui concerne la stratégie de corporate venturing à suivre, il est apparu que le choix est extrêmement personnel et s’écarte des règles prédéfinies. Les réponses données par les entreprises interrogées montrent une stratification des investissements sur le court, moyen et long terme.

Dans 50% des cas, les cadres ont expliqué qu’ils avaient travaillé sur des projets avec des start-ups qui ont duré en moyenne entre 2 et 5 ans.

En outre, les mêmes 50 % des entreprises réservent plus de 10 millions d’euros chaque année pour leur CVC ; 36 % réservent environ 5 millions d’euros et 14 % réservent entre 5 et 10 millions d’euro.

En outre, la réussite des projets de venturig peut rencontrer de nombreuses difficultés en raison de la bureaucratie interne complexe qui caractérise les grandes entreprises. Des conflits d’intérêts, des malentendus avec la société mère, etc. peuvent survenir. L’étude montre donc que 43 % des entreprises interrogées ont eu des expériences négatives et infructueuses avec les jeunes entreprises avec lesquelles elles ont travaillé.

the what 1024x726 1

The Who – Qui impliquer dans le Corporate Venturing ?

Un autre aspect fondamental du corporate venturing concerne les personnes à impliquer dans le projet. Tout d’abord, il est essentiel de se référer au PDG de l’entreprise pour lancer une nouvelle unité d’entreprise. Viennent ensuite le conseil d’administration et tous les autres cadres dirigeants.

Parmi les entreprises interrogées, 60% ont expliqué que l’équipe de l’unité de capital-risque a été sélectionnée par le personnel de la société mère ; 21% se sont tournés vers d’autres sources ; 7,1% ont opté pour des membres de la startup/scaleup tandis qu’un autre 7,1% a préféré puiser directement dans la division du capital-risque de l’entreprise.

En outre, un autre aspect très important pour les entreprises interrogées qui influence le choix des chiffres clés à impliquer coïncide avec le « niveau de risque que l’entreprise est prête à tolérer« . À cet égard, 86 % des cadres interrogés ont admis que l’entreprise peut tolérer un niveau de risque moyen ; 7 % acceptent un niveau de risque élevé, tandis que les 7 % restants préfèrent un niveau de risque faible.

the who 1024x726 1

The where – Où chercher les meilleures opportunités d’investissement ?

Lorsqu’on leur a demandé où trouver les meilleures opportunités d’investissement et quelles stratégies adopter, 50 % des entreprises ont cité les appels aux start-ups annoncés par les entreprises ; 43 % ont choisi de se fier aux propositions des employés du CVC ou de la société mère, tandis que 7 % ont préféré se concentrer sur le capital-risque traditionnel.

En ce qui concerne les stratégies d’investissement, 64,6 % des entreprises ont préféré l’investissement direct, 7 % ont opté pour le co-investissement et 7 % ont eu recours à une forme d’investissement indirect.

the where 1024x726 1

GELLIFY, chefs d’étude et commentaire des données

L’étude présentée et promue par GELLIFY a été préparée par le directeur général de GELLIFY Iberia et expert en Corporate Venturing, Pedro Irujo, assisté par la Corporate Storyteller de GELLIFY, Amanda Whitmore. Rebecca Mini, consultante en innovation GELLIFY, et Federico Collarin, consultant en innovation GELLIFY, ont également collaboré.

Enfin, l’enquête a été commentée par Michele Giordani, fondateur et associé gérant de GELLIFY, qui a déclaré : « Notre étude fait ressortir deux aspects fondamentaux que toutes les entreprises devront de plus en plus prendre en compte. Tout d’abord, si elles ne veulent pas courir le risque de perdre leur pertinence sur les marchés face à de nouveaux acteurs entièrement numériques, elles devront nécessairement innover, en entamant des collaborations avec des startups externes. Le deuxième aspect important concerne la culture de l’innovation dans l’entreprise et sa perception sur le marché en termes d’innovation. Les initiatives de corporate venturing donnent un grand élan à ces deux leviers stratégiques et fournissent également un point de référence sur la vitesse et la dynamique qui émergent sur les marchés ».

Sandro Bacan, responsable de l’innovation pour l’Italie, la Grèce et l’Europe centrale chez Accenture, a quant à lui déclaré : « Le capital-risque d’entreprise se répand de plus en plus dans le monde, avec des taux de croissance à deux chiffres, et en Italie, il a un énorme potentiel de développement. Dans le domaine de l’innovation ouverte, il s’agit d’un outil fondamental qui est parfaitement complémentaire des autres modes d’interaction avec l’écosystème en termes de finalité et d’horizon temporel. C’est un outil qui garantit une grande flexibilité et permet l’externalisation des efforts de R&D dans le but d’améliorer les options du portefeuille d’affaires à moyen/long terme ».

sandro bacan accenture innovation lead italy greece and central europe

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Lire aussi

portefeuille fermé
Economie

Augmentation du SMIC dès le 1er octobre

15 septembre 2021
Une augmentation générale des prix des produits les plus consommés entraîne une augmentation automatique des prix à partir du mois d’octobre 2021.
loading...
Contents.media