×
google news

« Les Vingt-Sept reconduisent Ursula von Leyen »

Lors de ses deux précédentes visites à Bruxelles en mars 2022 et février 2023, Volodymyr Zelensky avait été salué comme un héros par les dirigeants européens. Cependant, lorsqu’il est retourné dans la capitale belge le 27 juin, deux jours après que l’UE ait décidé d’entamer des négociations pour l’adhésion de Kiev, l’accueil bien qu’affectionné, avait une note de distraction. Les 27 États membres étaient préoccupés par la désignation des principaux postes au sein des institutions communautaires.

Moins de trois semaines après les élections européennes du 9 juin, Ursula von der Leyen, originaire d’Allemagne, a été reconduite à la tête de la Commission, le Portugais Antonio Costa a été nommé à la tête du Conseil européen et l’Estonienne Kaja Kallas a été choisie pour diriger la diplomatie européenne.

Ces nominations, requises pour être approuvées par une majorité qualifiée des États membres, semblaient bien avancer. Les principales capitales, dont Paris et Berlin, soutenaient en effet ce trio à la tête. Les négociations avaient été menées par les dirigeants des trois groupes politiques – le Parti populaire européen (PPE) chrétien-démocrate, les Sociaux-démocrates (S&D) et les Libéraux de Renew – qui forment une majorité au Parlement européen capable d’approuver les propositions législatives de la Commission.

Viktor Orban avait exprimé son mécontentement envers cet accord, critiquant le fait qu’il néglige les voix de ceux qui n’ont pas choisi de voter pour l’une des trois factions de la coalition le 9 juin. Alors que l’extrême droite a fait des gains significatifs à travers l’Europe, ils occupent maintenant environ 400 des 720 sièges dans l’assemblée de Strasbourg. « Les votants européens ont été trompés », s’est insurgé le Premier ministre hongrois, accusant la droite d’avoir formé une « coalition de mensonges » avec la gauche et les libéraux. « Nous ne soutenons pas cet accord déshonorant ! »

« Meloni s’est alliée à Orban »
Comme il l’avait prévu, il s’est opposé à la nomination d’Ursula von der Leyen, qu’il avait désignée comme la cible à abattre lors de sa campagne pour les élections européennes, à cause de ses points de vue trop progressistes. Le leader hongrois, allié du Kremlin, a également voté contre la nomination de Kaja Kallas, qui a maintenu une position intransigeante vis-à-vis de Moscou depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Cependant, Viktor Orban a soutenu la nomination d’Antonio Costa.

Vous avez encore 66.31% de l’article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1007
Actualité

« Cour Suprême: Biden roi, Trump couronné »

15 juillet 2024
Les États-Unis traversent une crise constitutionnelle. Le 1er juillet, la Cour Suprême a jugé qu'aucune action du président en fonction ne pourrait être qualifiée de criminelle. Le chef d'Etat a…
example 1005
Actualité

Nettoyer les plages avec enfants: raisonnable?

15 juillet 2024
"Ma fille a murmuré un « pollueur ! », assez bas pour que l'homme qui venait de jeter l'emballage plastique de sa baguette sur le trottoir, ne l'entende pas. Expliquer…