×
google news

« Suno et Udio: poursuite pour violation d’auteur »

Les conditions se durcissent pour les nouvelles entreprises dans le domaine de la création musicale par intelligence artificielle. Deux des services les plus notoires pourraient s’approcher d’un procès lancé par la Recording Industry Association of America (RIAA), l’organisation américaine représentant les producteurs de musique. Dans une déclaration publiée le lundi 24 juin, cette organisation accuse ces startup de plagier l’oeuvre d’artistes.

La première revendication a été déposée ce jour-là auprès du tribunal de New York par Sony Music, Universal Music Group et Warner Records contre Uncharted Labs, le développeur du service de musique Udio AI, qui a reçu un financement de 10 millions de dollars en avril. Une deuxième revendication a été déposée auprès du tribunal de Boston contre Suno AI, qui a reçu un financement de 125 millions de dollars en mai. Dans son plaidoyer, la RIAA les accuse de causer « un préjudice irréparable aux artistes et aux labels ». Elle prévient que les services de musique par IA « risquent de saturer le marché avec des contenus qui rivaliseraient directement avec les véritables enregistrements audio sur lesquels ils sont basés, conduisant à leur dépréciation et finalement à leur élimination ».

Des services tels que Udio ou Suno permettent de créer une chanson à partir d’une simple instruction textuelle comme « une chanson d’électropop pour l’été». En moins d’une minute, ils produisent une chanson, généralement convaincante, parfois agréable, et qui peut présenter des ressemblances frappantes avec des œuvres humaines, selon la RIAA. L’organisation donne plusieurs exemples, y compris American Idiot, une chanson de Green Day, et All I Want for Christmas Is You, une chanson de Mariah Carey.

Ressemblance troublante

Mikey Shulman, le PDG de Suno, défend son service contre cette affirmation, cité par l’agence de presse Bloomberg, affirmant que cette technologie est « conçue pour créer des contenus entièrement nouveaux, pas pour mémoriser et régurgiter des contenus préexistants ».

Dans un dossier attaché à son annonce, la RIAA spécifie les directives qui ont facilité la création de sept morceaux qui ressemblent à des musiques déjà existantes. Quatre font exclusivement référence à un style musical, trois font mention d’un nom d’artiste. Jerry Lee Lewis est cité explicitement, tandis que les deux autres sont mentionnés à travers des dérivations telles que « m a r i a h c a r e y », une tentative d’évincer les protections établies par ces services pour prévenir l’imitation directe d’artistes.

Dans son recours légal, la RIAA reproche à Suno et Udio d’avoir entrainé leur intelligence artificielle sur des millions de chansons de musiciens n’ayant pas donné leur consentement, soit « des années d’enregistrements audio parmi les plus appréciés au niveau global ». Suno et Udio ont réfuté de clarifier à Bloomberg l’origine des chansons employées pour entrainer leurs IA – le PDG d’Udio, David Sing, a toutefois révélé avoir recours à des morceaux disponibles sur internet, « choisis de manière aussi vaste que possible, pour représenter toutes les traditions musicales ».

La RIAA réclame jusqu’à 150 000 dollars pour chaque œuvre où les droits d’auteur ont été transgressés, ce qui pourrait faire grimper la facture à des milliards de dollars. Le tribunal sera sollicité pour trancher une question juridique cruciale : la loi américaine du Fair Use (« usage équitable ») permet-elle aux services de génération par IA de collecter de vastes catalogues musicaux protégés par le droit d’auteur ?

Dans son recours légal, la RIAA concède que le Fair Use autorise « l’utilisation sans licence d’œuvres protégées par les droits d’auteur dans des situations limitées », mais affirme que ces services « offrent de la musique imitative générée par une machine », ne permettant pas aux individus d’exprimer leur créativité.

En avril, un groupe de musiciens comprenant Billie Eilish et Norah Jones, ont fait parvenir une lettre ouverte implorant des créateurs de différents services d’arrêter l’utilisation de leurs créations. Le PDG de Suno, a récemment confié à Bloomberg qu’il envisage de compenser ces musiciens pour leurs efforts, cependant, selon lui, il n’existe pour le moment aucune solution adéquate pour le faire.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 869
Actualité

« JO: Inabordables et Économiquement Intenables »

13 juillet 2024
Les Jeux Olympiques modernes, qui ont commencé modestement en 1896, ont rapidement gagné en envergure, faisant monter les coûts pour les villes organisatrices au-delà d'une simple compétition sportive. En 1936,…
example 867
Actualité

« Direct: Dernières Nouvelles Guerre Ukraine »

13 juillet 2024
C'est avec l'aide de Minh Dréan, Pierre Bouvier, Cécile Bouanchaud, Anna Villechenon, Glenn Cloarec et Agnès Gautheron que cette émission en direct a été animée. Nous vous invitons à lire…