×
google news

« Starship d’Elon Musk réussit 4ème vol »

Le vaisseau spatial le plus puissant jamais construit, Starship, qui est destiné à renvoyer les astronautes américains sur la Lune et dont Elon Musk rêve de l’envoyer sur Mars, a réalisé avec succès son quatrième vol d’essai le jeudi 6 juin. Le vol a été lancé depuis sa « Starbase » située près de la petite ville de Boca Chica, au Texas. Le vaisseau spatial, une création de SpaceX, a accompli la plupart des tâches prévues, contrairement à son vol précédent qui avait abouti à la désintégration de la fusée lors de son retour dans l’atmosphère.

Après plus d’une heure d’anxiété, Elon Musk a joyeusement applaudi les directeurs du centre de commande avec l’un de ses enfants à ses côtés. Trente-deux des trente-trois moteurs Raptor du premier étage « Super Heavy » se sont mis en marche exactement à 14h50 (heure de Paris), propulsant vers les cieux la fusée de 121 mètres et 5 000 tonnes.

Ce premier étage, prévu pour être réutilisé, s’est ensuite séparé pour descendre vers le golfe du Mexique, ralentissant avant d’atteindre le sol dans une parodie d’atterrissage. Un retour au point de départ, accueilli par une tour équipée de bras mécaniques, n’était pas prévu à ce stade du développement du vaisseau.

Lors du vol d’essai précédent, la connexion avait été perdue alors que la fusée était encore à plus de 400 mètres d’altitude. Cette fois, la diffusion en direct a montré que la fusée était stable temporairement au-dessus de la mer, provoquant l’enthousiasme et les applaudissements des équipes de SpaceX. Auparavant, le Super Heavy avait également réussi à éjecter la connexion avec le deuxième étage, afin de devenir plus léger lors de sa descente. La fusée est conçue pour être totalement récupérable.

La section supérieure du lanceur, nommément Starship, s’est propulsée à une altitude de plus de 200 km en utilisant ses six moteurs et a atteint une vitesse qui dépasse les 26 000 km/h, bien qu’elle soit inférieure à la vitesse de mise en orbite de 28 440 km/h. L’objectif principal était de mener à bien le retour dans l’atmosphère après un bref vol spatial, chose qui a mal abouti lors de l’essai précédent du 14 mars.

En réalisant diverses manœuvres de retournement, Starship a réduit sa vitesse en dirigeant sa face revêtue de protection thermique vers les particules de la haute atmosphère et en gérant son orientation à l’aide de quatre ailerons autonomes. Le gaz chauffé par la friction s’est manifesté sous les caméras embarquées comme un halo ionisé orangé au-delà d’une altitude de 100 km. Quand l’altitude a diminué à 53 km, des parties d’aileron excessivement chauffées ont commencé à se détacher, causant des dommages à la caméra qui documentait le vol. Néanmoins, les données de télémétrie ont persisté à être envoyées jusqu’à la fin.

La suite de cet article est limitée aux abonnés avec encore 52,16% du contenu à découvrir.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1280
Actualité

« Accusations US sur dénigrement vaccins chinois »

19 juin 2024
Les Etats-Unis, qui cherchent à gagner du terrain aux Philippines, se sont retrouvés dans une position délicate suite à une enquête de l'agence Reuters divulguée le 14 juin. L'enquête a…
example 1279
Actualité

« Abstinent fervent du ‘sexe lent’ avant mariage »

19 juin 2024
"Es-tu PAM ou non PAM ?" est une question fréquemment posée dans les établissements catholiques de Versailles, dans les Yvelines. L'acronyme mystérieux PAM signifie "Pas Avant le Mariage", exprimant la…
example 1277
Actualité

Alliances partis politiques pour élections législatives

19 juin 2024
La semaine politique historiquement chargée qui a suivi la décision présidentielle de dissoudre l'Assemblée Nationale le 9 juin au soir a été marquée par des événements et des découvertes sans…