×
google news

« Nos Envies de Lecture: Trois Livres »

En introduction à la matinée, on retrouve un classique du début du 20ème siècle de l’auteur Ferenc Molnar (1878-1952), souvent comparé au Mark Twain hongrois. Son œuvre met en scène l’affrontement de deux groupes de jeunes garçons, dans un roman allégorique chargé d’une gouaille empreinte de mélancolie. Peter Caddick-Adams offre une nouvelle perspective sur le Débarquement. De son coté, l’auteure Paola Pigani nous plonge dans le contexte unique d’un hôpital psychiatrique hors-normes, Saint-Alban, qui fut à la fois un centre de la Résistance et un catalyseur pour une révolution dans le domaine des soins. Lorraine de Meaux, biographe de Germaine Tillion (1907-2008), construit un lien entre son rôle clé au sein de la Résistance, sa déportation et son combat pour les droits anticoloniaux. En dernier lieu, on retrouve le récit de vie de l’écrivain Gérard Guégan, une collection dense de rencontres littéraires.

Le roman « Les Garçons de la rue Pal » de Ferenc Molnar est un classique de la littérature hongroise qui nous a atteint plus d’un siècle après sa publication. Sorti en 1906 et traduit en français en 1937 dans une version adoucie, il frappe directement le lecteur. La traduction de Sophie Képès révèle la passion et l’empathie dans ce roman « Peau-rouge », où des garçons se battent corps et âme à Budapest pour protéger leur territoire : un terrain vague sans valeur, leur « steppe infinie », où ils jouent simplement au ballon. Chaque élément de ce roman est double, enveloppé dans une ambiguïté troublante. Les exploits de ces jeunes garçons, guerroyant contre leurs ennemis jurés, les « Chemises Pourpres », sont à la fois réels et fictifs.

Alors qu’ils risquent de perdre la plaine devant un clan rival, les enfants de la rue Pal se mobilisent avec une structure militaire. Malgré leur organisation militaire, chacun est un leader mais ne dirige personne – un aspect fascinant de « la petite lande coincée entre deux immeubles, qui se mue en ce qu’ils veulent ». Le dénouement tragique brise cependant ce réalisme, faisant de ce roman du début du 20ème siècle, à la fois joyeux et triste, une préfiguration sinistre – Ferenc Molnar était un correspondant de guerre pendant la première guerre mondiale. En tant que juif, il a fui vers Genève puis les États-Unis pour échapper à l’oppression nazie. Comme le « général Boka » le dit, « ne pensez pas que c’est un jeu d’enfant ». Ju. E.
HISTOIRE. « De sable et d’acier. Nouvelle histoire du débarquement », de Peter Caddick-Adams
Offrir un récit explicite en dépit du désordre des luttes est une caractéristique des meilleurs récits historiques militaires. En clarifiant l’événement colossal du 6 juin 1944, « De sable et d’acier », de Peter Caddick-Adams, fait incontestablement partie de ces œuvres.
Il vous reste 70.68% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1430
Actualité

« Contestation du nouveau musée québécois »

21 juin 2024
Le premier ministre du Québec, François Legault (Coalition Avenir Québec, nationaliste, centre-droit), a dévoilé le 25 avril dernier son projet de créer le tout premier "musée national de l'histoire du…
example 1428
Actualité

Données personnelles britanniques piratées en ligne

21 juin 2024
Le National Health Service (NHS) britannique a notifié la publication de données médicales sensibles de patients britanniques, suite à une cyberattaque le 20 juin contre un fournisseur de services, Synnovis.…
example 1425
Actualité

« Diplomates français visés par pirates russes »

21 juin 2024
Selon un rapport récent de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi), depuis 2021, un rassemblement de hackers associé à l'agence de renseignement russe (SVR) a lancé une…