×
google news

Tensions Athènes-Tirana pour fraude électorale

Le dimanche 12 mai, Edi Rama, premier ministre albanais, entame une tournée européenne axée sur la diaspora albanaise dans la capitale grecque, Athènes. En préparation pour les élections de 2025, M. Rama espère établir un système de vote électronique pour les citoyens albanais vivants à l’étranger. Cependant, les relations tendues entre Athènes et Tirana rendent cette visite peu favorable aux yeux des Grecs. D’après le premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, lors d’un entretien au Proto Thema, cette visite ne semble pas appropriée dans le contexte actuel et compte tenu des prochaines élections européennes.

Sur la plateforme sociale X, M. Rama a déclaré que sa visite à Athènes le 12 mai ne concerne aucunement les affaires internes de la Grèce ou les élections du Parlement européen, mais fait plutôt partie d’une série de visites prévues de longue date dans divers pays européens.

Selon les médias grecs, M. Rama chercherait en fait à orienter le vote de dizaines de milliers d’Albanais qui participeront aux élections européennes du 9 juin, les dissuadant de soutenir le parti conservateur au pouvoir en Grèce, Nouvelle Démocratie. Ce parti a choisi Fredi Beleri, un maire greco-albanais condamné en Albanie pour fraude électorale, comme candidat aux élections européennes. Depuis les années 1990, environ 700 000 Albanais ont émigré en Grèce, représentant 60 % de la population étrangère dans le pays.

Dans un article de Kathimerini, Panagiotis Ioakeimidis, un ancien conseiller du ministère des affaires étrangères en Grèce, exprime son opinion que la principale problématique entravant la normalisation complète des relations Grèce-Albanie réside dans l’incapacité de l’Albanie à respecter les droits de la minorité grecque du sud de son pays et la perception albanaise que la Grèce pourrait avoir des intentions irrédentistes sur cette minorité, souvent citée par les médias grecs comme des Epirotes du Nord (l’Epire est la région frontalière entre les deux pays).

« Il est important de noter que, face à une potentielle instabilité grandissante dans les Balkans occidentaux (comme le suggère le résultat des élections en Macédoine du Nord) et les tentatives d’influence de forces étrangères comme la Russie et la Chine, la Grèce doit s’imposer en tant que force stabilisatrice et ne pas exacerber la tension », souligne Ioakeimidis dans son analyse. D’autant plus que l’affaire Beleri a seulement attisé les sentiments nationalistes entre ces deux pays voisins.

Il reste encore 55.8% de l’article original à lire, qui est exclusivement accessible aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1386
Actualité

Gouverneur du Texas gracie meurtrier antiraciste

23 mai 2024
Texte réécrit : "RAPPORT DE NEW YORK En plein été 2020, une paire de mois après le tragique décès de George Floyd, un Afro-Américain, tué par un officier de police…
example 1384
Actualité

« Cauet en vue pour agressions sexuelles »

23 mai 2024
Sébastien Cauet, animateur de renom, est en détention préventive depuis mercredi dans le contexte d'une enquête qui l'accuse de viols et d'agressions sexuelles, des allégations qu'il réfute, nous l'a-t-on révélé…
example 1383
Actualité

Projet de réforme audiovisuelle repoussé

23 mai 2024
Le plan de fusion des médias publics soutenu par Rachida Dati, la ministre de la Culture, est en retard. Son évaluation à l'Assemblée nationale a été différée le jeudi 23…