×
google news

« Opération ‘Sauver Sarko’: Sarkozy impliqué »

Nicolas Sarkozy a suscité de nouvelles inquiétudes légales tout en essayant d’apaiser les anciennes, selon Complément d’enquête, programmé le 11 avril sur France 2. De multiples individus liés à la soi-disant « opération « Sauver Sarko » » ont affirmé que l’ex-président avait eu un rôle dans le retrait inattendu de Ziad Takieddine.
En fin d’année 2020, à Sarkozy, qui percevait Takieddine comme son « accusateur principal » dans l’affaire du financement présumé de sa campagne de 2007 par la Libye, on avait fait l’offre de plusieurs millions d’euros en échange de son retrait. Cette offre a été faite par une équipe diverse composée d’un scénariste, un arnaqueur, un entrepreneur et un personnage de la presse people, Michèle Marchand (surnommée « Mimi »). Selon Takieddine, c’était cette dernière qui lui avait suggéré les termes à utiliser.
Nicolas Sarkozy a toujours nié toute implication dans ce revirement, ainsi que son financement – estimé à 608 000 euros, une partie des sommes promises n’a pas été payée – et sa publicité. Il a seulement admis avoir été informé du retrait un mois avant son annonce. « Il est impossible que je sois tenu responsable de rassembler ces personnes, déclara-t-il aux juges en octobre. C’est un affront à mon intelligence ».
Personnage marionnettiste
Les juges n’ont pas été convaincus par ces dénégations et l’ont mis en examen pour « recel de subornation de témoin » et « association de malfaiteurs». Concernant les nouveaux témoignages, son avocat, Christophe Ingrain, estime que « M. Takieddine semble offrir une nouvelle interprétation de son rôle (…). C’est déjà la quatorzième (…). Nous n’avons pas l’intention de la commenter. »

Dans le programme télévisé, l’homme d’affaires, qui a fui au Liban suite à sa condamnation dans l’affaire Karachi, confirme son rôle central. Quand interrogé par des journalistes à propos de l’implication de l’ex-président, il répond : « Ah oui, c’était bien lui… forcément », tout en faisant le geste d’un marionnettiste. Mais il n’est pas le seul témoin.

Dans l’émission « Complément d’enquête », un membre de l’équipe nommé Noël Dubus – précédemment condamné pour escroquerie – prétend que c’est Nicolas Sarkozy qui a autorisé un entrepreneur fortuné à donner 72 000 euros à Mimi Marchand. D’après les enquêteurs, ce paiement, prétendument pour des services de communication, a servi à financer la deuxième étape de l’opération « Sauver Sarko », qui consistait en les aveux de Ziad Takieddine devant un notaire, destinés à être présentés à la justice française.

Quelle était l’implication de Nicolas Sarkozy et ses proches dans cette deuxième étape? « Mimi me propose des questions [auxquelles M. Takieddine répond lors de ses aveux] qui sont approuvées, d’après elle, par [Thierry] Herzog [l’avocat fidèle et ami de l’ex-président], bien sûr », confie M. Dubus dans « Complément d’enquête ». Paul-Albert Iweins, l’avocat de M. Herzog, dément ces allégations. Il affirme qu’il « n’a jamais été impliqué dans ce cas… s’il y avait la moindre suspicion rationnelle, il aurait été mis en examen [après avoir témoigné], ce qui n’est pas le cas ».

Seuls 24.75% de cet article sont disponibles. Le reste est réservé aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1386
Actualité

Gouverneur du Texas gracie meurtrier antiraciste

23 mai 2024
Texte réécrit : "RAPPORT DE NEW YORK En plein été 2020, une paire de mois après le tragique décès de George Floyd, un Afro-Américain, tué par un officier de police…
example 1384
Actualité

« Cauet en vue pour agressions sexuelles »

23 mai 2024
Sébastien Cauet, animateur de renom, est en détention préventive depuis mercredi dans le contexte d'une enquête qui l'accuse de viols et d'agressions sexuelles, des allégations qu'il réfute, nous l'a-t-on révélé…
example 1383
Actualité

Projet de réforme audiovisuelle repoussé

23 mai 2024
Le plan de fusion des médias publics soutenu par Rachida Dati, la ministre de la Culture, est en retard. Son évaluation à l'Assemblée nationale a été différée le jeudi 23…