×
google news

« Bruxelles bouscule le modèle de Meta »

La Commission européenne a refusé d’accorder à Facebook et Instagram le droit de faire payer les utilisateurs qui refusent la publicité ciblée. Cette décision, annoncée le lundi 1er juillet, indique que Meta, la société mère de ces deux plateformes, ne respecte pas les dispositions du Digital Markets Act européen. Ce règlement exige que les grandes plateformes numériques obtiennent le consentement des utilisateurs européens pour exploiter leurs données personnelles, notamment à des fins publicitaires. Meta y adhère depuis novembre 2023, mais exige des utilisateurs qui refusent, de payer un abonnement (9,99 euros par mois sur le Web ou 12,99 euros via les applications mobiles iOS ou Android) qui ne comporte pas de publicité.

« Meta a contraint des millions d’utilisateurs dans l’UE à opter entre payer ou donner leur consentement. Selon nos premières conclusions, c’est une infraction », a déclaré Thierry Breton, le commissaire européen au numérique sur le canal X. Margrethe Vestager, la commissaire chargée de la concurrence, a ajouté : « Nous souhaitons donner aux citoyens le droit de gérer leurs données personnelles et de choisir une publicité moins ciblée ».

Le DMA a pour objectif de forcer les grandes plateformes à respecter les règles de la concurrence. La collecte de données en masse est considérée comme avantage injuste qui renforce la position dominante de ces acteurs, empêchant les autres de concurrencer leur marché. Selon la Commission, Meta devrait offrir aux utilisateurs une option gratuit qui n’exploite pas leurs données pour la publicité ciblée.

La Commission avance que les réseaux sociaux pourraient continuer à diffuser des publicités, mais propose qu’elles soient plutôt « contextuelles ». Cela signifie qu’elles devraient être ciblées en fonction du contenu visualisé par l’utilisateur, à l’instar des publicités traditionnelles utilisées par les journaux ou les chaînes télévisées avant l’arrivée d’Internet, qui proposaient aux annonceurs des espaces publicitaires en lien avec les sujets de leurs pages ou programmes.
Le BEUC avait critiqué Meta en février dernier, au moment de porter plainte contre l’entreprise, en laissant entendre que Meta justifie la collecte exhaustive de données sur les utilisateurs – incluant leur comportement, leur emplacement, leur personnalité, leurs attitudes et leurs émotions – afin de générer des revenus publicitaires. Selon le BEUC, cette approche serait également en infraction avec le Règlement général sur la protection des données de l’Union européenne.
L’article, dont il ne reste à lire que 53,84%, est destiné aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1594
Economie

Enquête sur forages non autorisés Nestlé

23 juillet 2024
Selon le procureur de la République d'Epinal, Nestlé Waters fait l'objet de deux enquêtes distinctes. L'une porte sur une possible tromperie, tandis que l'autre porte sur l'exploitation supposée illégale de…
example 1590
Economie

« Aurore Lalucq: L’UE renonce au néolibéralisme »

23 juillet 2024
L'économiste et eurodéputée Aurore Lalucq de Place publique entame son second mandat et sera probablement élue présidente de la commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen ce mardi…
example 1582
Economie

« RSF plainte pour usurpation, pratiques trompeuses »

23 juillet 2024
L'Organisation de non-gouvernementale Reporters sans frontières (RSF) a engagé une action légale contre une personne non identifiée, ayant déposé une plainte pour usurpation d'identité et pratiques trompeuses auprès du Procurateur…
example 1563
Economie

« Sud demande réforme FMI, Banque mondiale »

23 juillet 2024
"Nous ne sommes pas les pions du FMI!" À Nairobi, fin juin, des manifestants kenyan ont critiqué l'organisation de Washington lors de leur protestation contre un projet de hausse de…