×
google news

« Mal-être au travail influence élections »

Eliane (pseudonyme), une femme de 52 ans qui n’a jamais été impliquée dans la politique, retrace son histoire. Sa société, La Halle, en détresse financière, a été acquise par le Groupe Beaumanoir en 2021. Eliane, qui travaille comme préparatrice de commandes dans l’Indre, a gardé son emploi malgré la reprise. L’insatisfaction d’Eliane ne réside pas dans ses longues années de travail à horaires irréguliers, mais dans le traitement des employés par la société. Elle considère qu’il est normal qu’une entreprise veuille profitér, mais elle critique vivement le mode de fonctionnement.

Eliane s’insurge contre les actionnaires qui se sont priorisés, oubliant les 294 de ses collègues de l’Indre qui ont perdu leur travail. Elle commente l’écart entre ce que l’entreprise prétend être et ce qu’elle est réellement, dénonçant l’accent mis sur la productivité plutôt que sur la sécurité. En outre, elle exprime son indignation face au manque de respect manifesté par l’entreprise, notamment par le fait qu’elle n’est jamais tenue au courant à temps des développements au sein de l’entreprise.

Ce cumul de frustrations a incité Eliane à modifier son comportement électoral. Pour la première fois en 2022, elle a voté pour Marine Le Pen, du Rassemblement national (RN), contre Emmanuel Macron, lors du second tour des élections. Elle déclare désormais qu’elle votera systématiquement à gauche au premier tour des élections législatives et, si nécessaire, contre Macron.

« L’aspiration à l’équité démocratique au travail »
Les motivations pour voter ou s’abstenir ne sont pas uniquement ancrées dans le contexte géographique ou dans les enjeux économiques. À l’instar d’Eliane, plusieurs Français interviewés ces dernières années par Le Monde, recontactés depuis le 9 juin, sont convaincus que la perception de leur environnement professionnel a influé sur leur choix. « Les personnes recherchent l’équité démocratique dans leur milieu de travail, ils souhaitent exprimer leurs opinions sur ce qui les concerne, notamment la gestion ou la répartition des bénéfices. Tout cela façonne leur sens du juste et de l’injuste. L’expérience politique née de cela est plus intense que celle de simplement voter tous les cinq ans », souligne Isabelle Ferreras, professeure à l’Université catholique de Louvain (Belgique) et chercheuse associée au Center for Labor and a Just Economy auprès de l’Université d’Harvard (États-Unis). Comment envisager que le sentiment quotidien de non-respect dans son emploi n’influence pas le comportement électoral?
Vous pouvez lire les 82,59% restants de cet article en étant abonné.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 950
Economie

« Jouer à Avignon, malgré pertes financières »

14 juillet 2024
Malgré le fait que la majorité des troupes théâtrales perdent de l'argent en participant au Festival « off » d’Avignon, la salle grouille chaque année d'acteurs passionnés cherchant à attirer…
example 930
Economie

Craintes d’une bulle en intelligence artificielle

14 juillet 2024
Dans une récente publication, David Cahn, partenaire de Sequoia Partners, un pionnier du secteur d'investissement de la Silicon Valley axé sur la technologie, a mis en lumière une préoccupation importante.…
example 899
Economie

« Petits patrons » inquiets après dissolution économique

13 juillet 2024
Quelle est l'opinion des dirigeants d'entreprise quant à la situation politique ainsi que les retombées économiques potentielles, issues des initiatives suggérées par le Nouveau Front Populaire, le groupe en tête…