×
google news

Tactique RATP pour éviter engorgement bus

Dans une structure discrète à Romainville, située au nord-est de Paris, se trouve un département essentiel de la RATP – le Centre de Régulation et d’Information Voyageurs (CRIV). Depuis 2013, ce bâtiment, hébergeant 330 employés, supervise la circulation des bus à Paris et dans sa banlieue proche. Ces employés s’apprêtent à traverser des semaines de travail ardu et important afin d’assurer une circulation fluide pendant les Jeux olympiques et paralympiques (JOP), qui coïncident aussi avec la rentrée scolaire.

Afin de se préparer pour ces événements, Fabien Plazanet, le directeur du CRIV, et Victor Ganivet, le directeur opérationnel du réseau de bus, ont recruté 40 agents supplémentaires et engagé quelques récents retraités pour renforcer l’équipe.

Selon M. Ganivet, en tenant compte des épreuves du JOP et des restrictions de circulation, une partie du réseau de bus a dû être réformée. Il assure cependant que les agents de la RATP sont capables de gérer cette situation ; il souligne que c’est une routine pour eux de gérer le Tour de France ou les célébrations du 14 juillet. Cependant, cet été, ces défis seront quotidiens.

Le déroutage initial des lignes a commencé dès mars en raison de la préparation des sites olympiques, augmentant début mai. Déjà, le trajet d’une vingtaine de lignes est perturbé, atteignant jusqu’à 50 lignes sur 330, début juillet. Il faudra attendre jusqu’à septembre, voire octobre, pour que tout redevienne normal.

Pendant les Jeux Olympiques, Paris devrait être exempt de travaux de construction, ce qui permettra une meilleure circulation des bus, qui peinent souvent à dépasser une vitesse moyenne de 10 kilomètres à l’heure. Également, les bus de nuit, connus sous le nom de Noctilien, fonctionneront à un rythme accéléré pendant toute la durée du tournoi, suivant le rythme des vendredis et samedis habituels tout au long de la semaine. Ils devront toujours se connecter à un régulateur. Le CRIV gère donc ces responsabilités 24 heures sur 24, sept jours par semaine.

L’une des complications pour le CRIV pendant les Jeux sera d’ajuster le trafic en fonction d’une situation variable chaque jour en fonction des événements. Par exemple, selon Pierre Ravier, sous-directeur général de l’Ile-de-France Mobilités (IDFM), l’autorité organisatrice des transports, le 26 juillet et le 3 août sont déjà identifiés comme des jours à éviter. Il est évident qu’il faudra oublier l’utilisation des bus les jours des épreuves routières telles que le marathon (les 10 et 11 août) ou le cyclisme (les 27 juillet, 3 et 4 août). Il est également nécessaire de réajuster les itinéraires chaque fois qu’un événement se termine. Quand la foule quitte l’Accor Arena à Bercy, la circulation devient impossible, et le secteur de sécurité doit être ajusté selon la masse de personnes. Ce sont les employés des cinq centres de Romainville qui ajustent les itinéraires, informent les conducteurs et assurent la mise à jour des applications en temps réel pour informer les voyageurs.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 950
Economie

« Jouer à Avignon, malgré pertes financières »

14 juillet 2024
Malgré le fait que la majorité des troupes théâtrales perdent de l'argent en participant au Festival « off » d’Avignon, la salle grouille chaque année d'acteurs passionnés cherchant à attirer…
example 930
Economie

Craintes d’une bulle en intelligence artificielle

14 juillet 2024
Dans une récente publication, David Cahn, partenaire de Sequoia Partners, un pionnier du secteur d'investissement de la Silicon Valley axé sur la technologie, a mis en lumière une préoccupation importante.…
example 899
Economie

« Petits patrons » inquiets après dissolution économique

13 juillet 2024
Quelle est l'opinion des dirigeants d'entreprise quant à la situation politique ainsi que les retombées économiques potentielles, issues des initiatives suggérées par le Nouveau Front Populaire, le groupe en tête…