×
google news

« France vise 800 000 ventes électriques 2027 »

La France et l’industrie automobile ont établi l’objectif de vendre 800 000 véhicules électriques d’ici 2027, selon un contrat de filière dévoilé le 5 mai et qui sera officiellement signé le lendemain matin. Cela revient pratiquement à tripler les ventes en quatre ans, représentant 45% du marché. En 2023, près de 300 000 véhicules électriques ont été vendus, et l’ambition est de s’aligner sur la transition européenne prévue pour 2035 vers des ventes de véhicules neufs 100% électriques.
Le gouvernement français et l’industrie automobile expriment leur confiance dans cette transition énergétique, malgré le ralentissement de la croissance du marché de l’électrique en Europe au début de 2024. « Nous resterons fidèles à cette politique et confirmons les décisions stratégiques qui ont été prises. Nous répondrons aux défis qui peuvent survenir sans changer de direction », a affirmé Bruno Le Maire, ministre de l’Economie.
« Les défis sont énormes. Pour l’industrie, il ne s’agit plus de savoir si nous y allons ou non (…). Nous avons besoin d’un soutien à long terme », a déclaré Marc Mortureux, directeur général de la Plateforme automobile (PFA), qui représente les fabricants et les fournisseurs.
Une ambition également marquée pour les vans. Le contrat met l’accent sur la vente de véhicules utilitaires légers 100% électriques ou à hydrogène, qui ne sont qu’au début de leur transition. L’industrie vise à multiplier par six les ventes d’ici 2027, passant de 16 500 véhicules vendus en 2022 à plus de 100 000 en fin 2027.

Dans le but d’atteindre leurs objectifs, les autorités publiques affirment leur engagement à maintenir les mesures de soutien à l’acquisition et à la location de longue durée de véhicules neufs sans émissions, par l’intermédiaire du bonus écologique ou du leasing de voitures électriques.

Les signataires du contrat soulignent que le principal obstacle à la réalisation de ces objectifs est la mise à disposition des véhicules zéro émission au plus grand nombre. Ils mettent en avant deux enjeux : permettre à ceux qui sont capables d’acheter un véhicule neuf sans émissions et créer un marché pour les voitures électriques d’occasion, qui est encore en phase de démarrage.

Les subventions allouées à chaque véhicule continueront probablement à être « ajustées » au fur et à mesure que le marché se développe, car le budget de 1,5 milliard d’euros alloué à ces mesures en 2024 ne sera pas augmenté.

M. Mortureux a souligné à la PFA que « c’est le défi n°1 pour l’industrie: il faut être capable de réduire les coûts pour proposer des véhicules compétitifs sur le marché ».

L’Etat a également réitéré son objectif de disposer de 400 000 points de recharge en 2030 pour ces voitures électriques. Il serait aussi nécessaire qu’au moins la moitié des grandes copropriétés soient déjà équipées de bornes d’ici 2027.

Bruno Le Maire a insisté sur le fait qu’il est également important de « veiller à ce que ces véhicules électriques soient fabriqués en France », réaffirmant l’objectif annoncé par Emmanuel Macron, qui prévoit la production de deux millions de véhicules « électrifiés » (électriques et hybrides) en 2030.

Dans la multitude de véhicules électriques qui se frayent un chemin sur le marché, certains, tels que la Renault 5 et la Peugeot 3008, sont produits en France. Pour aider les industries du pays, l’Etat s’est engagé à appuyer les mesures déjà en place, par exemple réduire les taxes de production ou le fonds de soutien Avenir automobile.

Il prévoit également de privilégier les études sur les émissions de CO2 sur le « cycle de vie » d’un véhicule, qui comprend sa fabrication et son transport, incitant ainsi à une production locale. Cependant, la demande de création de zones franches pour la production automobile n’a pas été accordée.

En revanche, l’Etat a pris le parti de garantir des relations saines entre les constructeurs et leurs fournisseurs, qui souffrent de cette transition. Il assure des « réunions régulières de haut niveau » pour « identifier et résoudre les problèmes et mettre en œuvre de bonnes pratiques ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1358
Economie

Grève massive possible dans l’audiovisuel

23 mai 2024
À l'image d'une journée frappée par une grève majeure dans le transport, le weekend risque d'être "sombre" pour les utilisateurs des médias publics audiovisuels. Il se pourrait que Radio France,…
example 1338
Economie

« SNCF propose 95€/jour pour JO 2024 »

22 mai 2024
La SNCF a conclu le mercredi 22 mai les pourparlers sur les primes pour les Jeux olympiques de Paris 2024 qui seront versées aux travailleurs du rail. Le plan prévoit…
example 1335
Economie

Lagardère annonce vente de Paris Match à LVMH

22 mai 2024
Le groupe Lagardère, contrôlé par le groupe Vivendi et le milliardaire Vincent Bolloré, a déclaré le mercredi 22 mai qu'un protocole d'accord préliminaire était en préparation pour vendre le magazine…