×
google news

« Art Métaphysique de Laurent Grasso à Jumièges »

L’abbaye de Jumièges dans la Seine-Maritime possède une histoire marquée par une série de catastrophes. Le monastère carolingien original fut détruit par les Vikings en 841, suivi d’un second érigé entre les XIe et XIIIe siècles. Le pillage des Huguenots en 1562 l’affecta grandement, et la situation s’aggrava en 1795 lorsqu’il fut vendu comme bien national pour être utilisé comme source de matériaux de construction. En 1802, une explosion orchestrée par le propriétaire pour extraire plus rapidement des pierres endommagea encore plus l’édifice. L’abbaye s’arrêta de se détériorer après 1830, mais elle restait une grandiose ruine, avec une nef sans voûte et des bâtiments conventuels réduits aux murs ou à quelques colonnes.

L’intervention d’un artiste contemporain dans un tel lieu est un défi complexe. En plus de s’accommoder des contraintes imposées par l’administration des Monuments historiques, il doit aussi faire face à l’architecture monumentale et aux spectaculaires vestiges. Cependant, Laurent Grasso a relevé le défi. Avec son expérience de l’architecture gothique acquise grâce à son exposition en 2022 au Collège des bernardins à Paris, et des références aux primitifs italiens, aux religions, aux mythes et aux sciences occultes fréquemment présentes dans son œuvre, il a trouvé l’abbaye irrésistiblement attirante.

La nuée est un thème favori pour lui, comme il l’a démontré dans ses vidéos et toiles, incorporant subtilement des nuages dans des endroits inattendus tels que les rues ou les églises. Ainsi, il n’est pas étonnant de trouver des nuages en cuivre posés sur l’ancien espace vert de l’église Notre-Dame. Une face de ces nuages est polie à perfection, l’autre présente des formes courbes accumulées avec des reflets iridescents sur la surface de l’acier. Ces surfaces peuvent émettre un éclat métallique chaud ou refléter la lumière du soleil selon la météo – le temps en Normandie n’est pas toujours clément. Ils peuvent être perçus comme des nuées vaporeuses, ou peuvent évoquer des cerveaux divisés ou même les destructions subies par l’abbaye.

Figure aux multiples significations

La diversité des interprétations est également un trait caractéristique des signes néon que Grasso laisse proliférer sur les murs de pierre. Quarante-huit pictogrammes de flammes sanguines y sont dispersés. Ils rappellent les incendies qui gâchèrent les bâtiments, le bûcher de la Saint-Jean ou symbolisent-ils la force? Il est impossible de trancher. Tout comme il est difficile de donner une signification précise aux trente yeux tracés en néon bleu, l’œil étant une figure à multiples significations. Les quinze dates lumineuses sur un mur très haut ont une interprétation plus directe. La plus lointaine, 536, est supposée correspondre à une éruption volcanique qui assombrit le ciel et causait des famines.

Il reste 53,4% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1566
Culture

« Bouvard prend retraite en janvier après RTL »

23 juin 2024
Philippe Bouvard, ce vétéran du journalisme qui, à 94 ans, maintient toujours une colonne hebdomadaire sur RTL, a déclaré le dimanche 23 juin qu'il arrêterait l'émission en janvier, lors de…
example 1563
Culture

Législatives Présentes aux Festivals d’Été

23 juin 2024
Les élections législatives, tombant les dimanches 30 juin et 7 juillet, vont perturber le déroulement des spectacles programmés pour ces dates, qui sont également les jours de festivals d'été. Ces…