×
google news

« Débit Seine Menace Ouverture Jeux 2024 »

La santé des eaux de la Seine n’est pas l’unique sujet de préoccupation pour les responsables des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris. Le débit du fleuve, gonflé par des précipitations importantes au printemps et en début d’été, est également étroitement surveillé par les autorités publiques et le Comité d’organisation (Cojop). À la station hydrométrique de Paris-Austerlitz, le débit de la Seine était plus de 500 mètres cubes par seconde le mercredi 10 juillet, quatre à cinq fois la normale estivale (100 à 150 m3/s). Après une averse orageuse qui a frappé la région Île-de-France le 20 juin, le débit a même atteint plus de 670 m3/s.

Malgré un réchauffement du climat qui a rendu les eaux navigables au cours des deux dernières semaines, le débit reste élevé, une situation qui représente une potentielle menace pour l’ouverture réussie des Jeux Olympiques, prévue pour la soirée du 26 juillet entre les ponts d’Austerlitz et d’Iéna.

Thierry Reboul, le Directeur des Cérémonies de Paris 2024, a déclaré le 4 juillet à l’Agence France-Presse que le débit pourrait causer des problèmes pour la vitesse et la manœuvrabilité des bateaux : « Il est nécessaire d’éviter un débit supérieur à 500 m3/s, sinon les bateaux ne voyageraient plus à 9 km/h mais plutôt à 12 km/h. » Une telle situation pourrait perturber la coordination de la parade fluviale et le spectacle organisé au bord du fleuve, rappelle le chef de l’événement.

Les organisateurs insistent sur le fait que la situation n’est pas critique. Si le débit se stabilise entre 300 et 500 m3/s, la cérémonie sera modifiée en conséquence. A savoir, les bateaux les plus imposants pourraient être substitués par d’autres, de peur qu’ils ne puissent passer sous les ponts. Marc Guillaume, le préfet de la région Ile-de-France, affirme que seulement une petite poignée de bateaux seraient concernées – environ une demi-douzaine sur les 180 prévus pour la parade. Il se montre optimiste quant au niveau de la Seine, qui devrait atteindre un pic ce week-end avant de retomber à 300 m3 / sec d’ici la fin de semaine prochaine, un niveau qui permettrait à la cérémonie de se dérouler comme prévu.

Guillaume et le Cojop misent sur les quatre principales réserves artificielles, localisées à l’est de Paris, en amont de la Seine et de ses tributaires, pour contrôler le débit du fleuve. Ces réservoirs sont gérés par l’EPTB Seine Grands Lacs. Constitués des lacs de Pannecière-Chaumard (réservoir de l’Yonne), du Der-Chantecoq (réservoir de la Marne), d’Amance-Temple (Aube) et d’Orient (Seine), ces réservoirs créés après la guerre peuvent stocker plus de 800 millions de mètres cubes – l’équivalent de 16 000 bassins de rétention d’Austerlitz.

Il reste encore 61,19% de l’article à lire. C’est réservé aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1055
Sport

« Relais Flamme 2024: Doux-Amer à Paris »

16 juillet 2024
Dans le 20ème arrondissement de Paris, les grands panneaux « Engagez-vous dans les jeux » décorent l'enceinte du centre sportif Louis-Lumière. Chaque été, cet espace commun de l'est parisien, baptisé…
example 1052
Sport

« Cérémonie Paris 2024 au Trocadéro: 255 millions »

16 juillet 2024
Il s'agissait d'un dossier qui n'était censé rester qu'entre les mains du Comité d'organisation des Jeux olympiques et paralympiques (Cojop). Le document, sobrement baptisé « Alternatives CER1 », détaille les…
example 1041
Sport

Bruxelles hésite à accueillir Diables-Israël

15 juillet 2024
"Que se passerait-il si le premier match de la Ligue des Nations de Football opposant la Belgique et Israël, prévu pour le 6 septembre, n'était pas joué au stade Roi…
example 1030
Sport

Gardiens: Acteurs principaux Euro 2024

15 juillet 2024
L'Espagne est devenue championne de l'Euro 2024, le dimanche 14 juillet, à Berlin avec une victoire de 2-1 contre l'Angleterre. Ce tournoi n'a pas été marqué par un football flamboyant…