×
google news

« Tour de France 2024: Turgis, vainqueur légendaire »

Anthony Turgis a une force triple, comme s’il représentait lui-même et ses deux frères à chaque fois qu’il court, mange et sprinte. Le dernier survivant d’une dynastie de cyclistes marquée par des problèmes cardiaques a remporté la neuvième étape du Tour de France, surnommée la journée des « chemins blancs », dans le département de l’Aube, près de Troyes, le dimanche 7 juillet.

Son frère aîné, Jimmy, a dû accrocher son vélo en 2020. Le benjamin de la famille, Tanguy, détenteur du record du plus jeune coureur à finir Paris-Roubaix en 2018, a également été contraint de prendre sa retraite. La maladie cardiaque potentiellement mortelle dont ils souffrent est héréditaire. Quant à Anthony, le frère du milieu, il a réussi à y échapper et s’est souvent demandé pourquoi lui. Originaire de Linas, dans l’Essonne, il est le plus réservé de la famille Turgis, toujours l’air ailleurs comme s’il été attiré par un horizon lointain, indifférent à ceux qu’il rencontre.

Anthony Turgis, 30 ans, membre de l’équipe Total Energies, a déclaré après sa victoire au sprint ce dimanche qu’il courait pour ses frères. Il a devancé le Britannique Tom Pidcock (Ineos-Grenadiers), le Canadien Derek Gee (Israel-Premier Tech) et d’autres qui se sont échappés à 156 kilomètres de l’arrivée. Il attribue sa victoire à l’alignement des « planètes » en cette journée mémorable.

Le père de Rémy l’a confié, lui qui était venu assister à cette phase avec sa mère, Valérie. Ils avaient gari leur voiture au bord d’un des ces chemins non goudronnés, parsemé de calcaire écrasé et de gravier insidieux qui ont rythmé cette phase inédite du Tour de France. L’organisation avait préparé 32 kilomètres de ces voies, certaines viticoles, d’autres agricoles, dans la luxuriante région de Champagne, générant d’énormes tourbillons de poussière.

« Ils ont toujours cru en leur fils pour remporter une telle étape », racontent les parents au téléphone pendant qu’ils conduisent vers l’arrivée pour retrouver leur plus jeune fils. Ils comparent cette étape à une course de cyclo-cross ou de Paris-Roubaix, courses qui ont marqué son enfance. « Anthony disait toujours qu’il lui fallait l’alignement des planètes », ajoutent-ils.

Faisant profil bas face aux médias, Anthony Turgis est un pilier des classiques de printemps. Il a déjà terminé trois fois dans le top 10 de Milan-San Remo et deux fois dans le Tour des Flandres. Vainqueur de la catégorie junior du Liège-Bastogne-Liège, qui se concluait sur un vélodrome en béton, Turgis est un acrobate sur les parcours les plus difficiles, rapide en sprint et tenace, une qualité renforcée par les épreuves qu’il a traversées. C’est depuis quelques années déjà que ce francilien était proche d’un succès majeur.

Un troisième cycliste français a remporté une étape du Tour de France cette année, une première en quatre ans. Après Romain Bardet, l’expérimenté originaire d’Auvergne (DSM-Firmenich), et Kévin Vauquelin, le novice de Normandie (Arkéa-B & B Hotels) qui vise le classement général, c’est un « classicman » qui a triomphé ce dimanche sur un itinéraire innovant susceptible de devenir une tradition du Tour de France.

Il est digne d’un classique. Comme les rues pavées du nord de la France ou les « chemins blancs » que le Tour d’Italie aime traverser dans les vignobles du Chianti, le Tour de France cherche des nouvelles expériences pour pimenter la compétition. Des ruelles étroites, une surface rocailleuse propice aux attaques ou aux crevaisons, pourraient indiquer que le « gravel » (les chemins de terre) est une nouvelle discipline du Tour, tout comme le contre-la-montre, supposait Yannick Talabardon, un des organisateurs du parcours. « C’est une façon de redistribuer les cartes », expliquait Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France.

Il ne s’agit pas de dire que les cyclistes évitent l’attaque depuis quelques années. Cependant, il était nécessaire de perturber symboliquement la routine des favoris pour éviter une proclamation anticipée d’un gagnant. C’est ce que les candidats au maillot jaune ont bien compris en se confrontant les uns aux autres lors de cette étape.

Le porteur du maillot jaune, Tadej Pogacar (Team UAE-Emirates), a été le protagoniste majeur de cette étape, semblable à une « classique ». Son plus fervent adversaire, Jonas Vingegaard (Visma-Lease a bike), a fait preuve d’une résistance robuste. Pogacar a lancé sa première offensive à 89 kilomètres de la ligne d’arrivée, en descente, et a répété à 23 kilomètres du final. Avec une aisance impressionnante et une accélération soutenue, en gardant ses mains tout en haut du guidon, il a soumis ses adversaires à une sérieuse épreuve. Vingegaard a eu du mal à réduire l’écart, penché sur son vélo.

« J’ai l’impression que Vingegaard me craint, il aurait sinon pris la relève « , a déclaré Pogacar. Effectivement, ce fut une confrontation sans victoire sur ces routes primitives. Certes, Vingegaard avait opté pour une stratégie de défense, n’osant pas prendre de risques, dont celui d’isoler le porteur du maillot jaune avec l’aide de ses coéquipiers. Cependant, même Pogacar semblait moins performant que prévu. Tout comme lors de l’étape du col du Galibier mardi, le Slovène n’a pas pu creuser un écart significatif avec son rival.

Concernant le Belge Remco Evenepoel (Soudal-Quick Step), qui a attaqué à 77 kilomètres de la ligne d’arrivée, il a ensuite été pris au dépourvu par le stratagème de Pogacar en fin de course. De même pour le Slovène Primoz Roglic (Red Bull-Bora Hansgrohe), qui a eu du mal sur un parcours sinueux. Les favoris se sont finalement regroupés vers la fin de la course, ce qui n’a entraîné aucun changement au classement général avant une journée de repos lundi. En l’absence de bouleversements, cette « classique » à travers les vignobles de Champagne a, au moins, évoqué des souvenirs du cyclisme d’antan. Ou, comme le souligne Pogacar, c’est « une course pour ceux qui aiment courir avec le cœur ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1000
Sport

« Flamme Olympique à Paris: Rêve Réalisé »

15 juillet 2024
Soudainement, le vase olympique s'est illuminé dans les halls de la Mairie de Paris. A 23h26, Anne Hidalgo a levé le voile sur l’identité du dernier porteur de la flamme…
example 999
Sport

« Tour de France 2024: Abandon d’Ayuso »

15 juillet 2024
Nous vous accueillons en direct pour le déroulement de la treizième étape du Tour de France 2024, qui marque la 111ème édition de cette célèbre compétition et fait exception en…
example 991
Sport

Espagne bat Angleterre, Euro 2024 Finale

15 juillet 2024
Il y a environ un mois, après la victoire inaugurale de son équipe contre la Croatie (3-0) à l'Euro 2024 à Berlin, Luis de la Fuente avait fait une promesse.…
example 990
Sport

« Résumé Finale Euro 2024: Espagne Triomphe »

15 juillet 2024
L'Espagne a gagné son quatrième titre de champion d'Europe après avoir vaincu l'Angleterre (2-1) le dimanche 14 juillet à Berlin, devenant ainsi le premier pays à atteindre cet exploit dans…