×
google news

« Philippe se distingue, veut nouvelle majorité »

Pendant sa visite au Nord, Edouard Philippe n’oublie jamais de mentionner son amour pour la bière. Le samedi 22 juin, il a visité la région pour soutenir des candidats aux élections législatives des 30 juin et 7 juillet. L’ancien Premier ministre a été accueilli avec une pinte de bière blonde à la brasserie « Le Green », située sur la route nationale traversant le village de Pont-à-Marcq, où une centaine de partisans l’attendait, avec la députée sortante Charlotte Parmentier-Lecocq (Renaissance).

Cependant, le président du parti Horizons n’a pas besoin de prendre du courage grâce à la bière lorsqu’il parle d’Emmanuel Macron. Deux jours après avoir clairement annoncé sa séparation avec le président, et lui ayant reproché d’avoir « détruit la majorité présidentielle », il insiste sur ses accusations contre le chef de l’Etat. Edouard Philippe, ancien Premier ministre sous Macron de 2017 à 2020, souligne : « C’est lui qui a déclenché la dissolution. Donc, toute réaction à cette dissolution peut lui être attribuée ». Il affirme également que le président n’est pas candidat aux élections législatives, soulignant ainsi sa position sur le rôle de Macron après le 7 juillet, en cas d’une éventuelle majorité de centre droit.

Emmanuel Macron se trouve actuellement éclipsé sur la scène politique nationale par son ex-Premier ministre, qui abandonne l’expression « en même temps » qu’il associe fortement à Emmanuel Macron, privilégiant l’idée de « la capacité de s’accorder avec les autres ». « Je souhaite que notre spécificité soit mise en avant ».

Edouard Phillipe, aujourd’hui maire du Havre, construit patiemment ces perspectives, pour le grand plaisir de ses soutiens. Adrien Sénecaut, un membre d’Horizons dans le Nord, apprécie son approche : « Edouard Phillipe a raison de dire clairement des vérités que tout le monde murmure ». Il critique également « l’attitude incendiaire de Macron ». Son compagnon de table, Daniel, qui n’a pas voulu donner son nom, est encore plus furieux. « Macron a brisé la confiance que tous les dirigeants politiques lui avaient accordée! » déplore-t-il.

Plus tard à Hem, où environ 200 sympathisants étaient réunis dans une ferme reconvertie en centre commercial, Edouard Phillipe savoure sa deuxième bière de la journée lorsqu’une femme d’une cinquantaine d’années l’interpelle : « Je suis fatiguée qu’on nous associe [au camp présidentiel]. Je souhaite que notre caractère unique soit mis en avant. Et finalement, nous le faisons! » l’encourage-t’elle. « Oui, on est prêts! » répond le leader d’Horizons, « quand le débat s’intensifie, il faut participer! »

L’article est incomplet, 59.19% reste à lire, accessible seulement aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 948
Politique

« Vie difficile en Nouvelle-Calédonie : Barrages »

14 juillet 2024
En raison d'un nombre incessant de nuits blanches, Linda (un pseudonyme utilisé pour protéger l'anonymat des personnes mentionnées) est affairée sur son ordinateur, postée sur une table à l'extérieur de…