×
google news

« Legislatives 2024: Gauche annonce nouveau front, programme »

Emmanuel Macron a créé un choc lorsqu’il a décidé de dissoudre l’Assemblée nationale le dimanche 9 juin. Cette décision intervient après une victoire significative du Rassemblement national lors des élections européennes. Des élections législatives anticipées sont prévues pour les dimanches 30 juin et 7 juillet. Le Monde offre le suivi des événements et le début de la campagne électorale.

Lors d’une conférence de presse tenue mercredi, le Président a évité de répondre à une question concernant une potentielle cohabitation en cas de défaite de son parti lors des élections législatives, en affirmant que cela reflétait « un esprit de défaite ». Il a justifié la dissolution de l’Assemblée nationale comme une tentative de créer une « clarification » pour les citoyens français, en réponse à un « blocage » parlementaire causé par la majorité relative de son parti et le « désordre » créé par La France Insoumise.

Pendant ce temps, Les Républicains ont provoqué l’indignation lorsqu’ils ont exclu de leurs rangs le président de leur parti, Eric Ciotti. Sa décision de s’associer avec Le Rassemblement National a engendré colère et surprise parmi les figures du mouvement. Cependant, Ciotti, député des Alpes-Maritimes, refuse de démissionner de sa fonction.

Par ailleurs, Marion Maréchal a mis fin à son alliance avec Eric Zemmour. La tête de liste de Reconquête! pour les élections européennes a désapprouvé la stratégie du président de son propre parti et a encouragé le soutien aux candidats de l’alliance électorale entre le RN et Eric Ciotti. En conséquence, Marion Maréchal a été exclue de Reconquête! par Zemmour.

Un accord de base a été établi concernant la distribution des circonscriptions pour les prochaines élections législatives qui se tiendront les 30 juin et 7 juillet. La France Insoumise présentera 229 candidats, le Parti Socialiste en aura 175, Europe Ecologie-Les Verts 92, et le Parti communiste français 50. Jean-Luc Mélenchon s’est exprimé lors du 20 heures de France 2, affirmant qu’il se sentait capable d’assumer le rôle de Premier ministre en cas de cohabitation entre le parti au pouvoir et le « nouveau front populaire ».

Consultez le direct de la veille ici.
Vous trouverez toutes nos analyses, articles, tribunes, etc. sur la dissolution et les élections législatives à venir en cliquant sur ce lien.

Pour aller plus loin :

Reportage : Eric Ciotti reçoit une notification d’expulsion de la part des Républicains après une journée mouvementée.

Récit : Comment la dissolution de l’Assemblée nationale s’est progressivement imposée à l’Elysée.

L’éditorial du Monde : Suite à la dissolution de l’Assemblée nationale, un délai de trois semaines pour éviter le pire.

Récit : Emmanuel Macron appelle à l’union contre l’esprit de défaite en prévision des législatives.

Analyse : Les défenseurs de la nature inquiets face à une éventuelle accession du RN au pouvoir.

Guide : Les normes d’une campagne législative de vingt jours : candidatures, listes électorales, procurations.

Analyse : Les 23 projets de loi interrompus par la dissolution de l’Assemblée nationale.

Analyse : La dissolution, une épée à double tranchant.

Chronique : « En jouant avec le feu, le chef de l’Etat pourrait finir par se brûler et entraîner le pays tout entier dans l’incendie. »

Calendrier : Les dates des élections législatives.

Tribune. La dissolution de l’Assemblée nationale : « Cet enjeu de tout ou rien est un jeu risqué et périlleux »

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 850
Politique

« Front Populaire négocie premier ministre gauche »

13 juillet 2024
Dans le programme d'aujourd'hui, la France Insoumise (LFI) a présenté quatre individus à la discussion lors des débats de Nouveau Front populaire (NFP) hier. Certains à gauche ont interprété cela…
example 843
Politique

Richard Ferrand nommé chez Elsan

12 juillet 2024
Richard Ferrand, ancien président de l'Assemblée nationale (2018-2022) et allié d'Emmanuel Macron, a été nommé président du conseil de surveillance d'Elsan, selon ce qu'a révélé l'Agence France-Presse ce vendredi 12…