×
google news

75ᵉ anniversaire OTAN: Soutien long terme Ukraine

Les alliés de l’Ukraine sont toujours en quête des termes précis pour exprimer leur soutien avant le sommet prévu de l’OTAN à Washington du 9 au 11 juillet. Le rassemblement coïncidera avec le 75ème anniversaire de l’Alliance, dans un climat politique énergisé par le risque d’une reconquête de la Maison Blanche par Donald Trump en janvier 2025. Pourtant, le centre des discussions immédiates parmi les 32 membres tourne autour de la définition de leur approche de leur aide à l’Ukraine, qui maintient toujours une guerre défensive contre la Russie.

L’objectif selon une autorité américaine de haut rang est de « pérenniser la trajectoire » de l’Ukraine, en supportant son armée, en améliorant sa défense aérienne et en promouvant le progrès de son infrastructure militaire. L’ambition est de préparer l’Ukraine pour son adhésion éventuelle à l’OTAN dès le « jour un », lorsque tous les membres seront en accord.

Le Secrétaire général, Jens Stoltenberg, a rappelé le 5 juillet que depuis le début du combat, les membres de l’Alliance ont dépensé annuellement 43 milliards de dollars (40 milliards d’euros) en assistance militaire pour l’Ukraine. L’aide se poursuivra en 2025, espèrent les alliés du pays. De son côté, Donald Trump a promis, s’il est réélu, d’imposer rapidement une résolution au conflit dans la période de transition, avant même son éventuelle réentrée à la Maison Blanche. Tandis que « Joe Biden demeure réticent quant à l’adhésion ».

Selon le sommet de Washington, une opération prolongée de l’OTAN devrait être initiée pour gérer l’assistance globale à Kiev. Il sera notamment chargé de coordonner les approvisionnements en armes et les programmes de formation. Cependant, cette initiative est davantage un enjeu logistique qu’une question de géopolitique. Il existe toujours une véritable résistance américaine à l’idée que l’Ukraine adhère à l’OTAN, à court ou moyen terme, ainsi qu’à toute forme d’agenda obligatoire.

Tara Varma de la Brookings Institution, un think tank américain, affirme que le président Joe Biden est très réticent à l’idée de l’adhésion, une position qui n’est pas commune à tous au sein de son administration. Le président perçoit la situation à travers le prisme de la guerre froide, mais ce n’est pas seulement une question du passé. En fait, plusieurs « guerres froides » se superposent actuellement, et la peur d’une escalade parmi les Américains n’est pas exclusivement liée à la Russie. Il y a donc aussi des conflits entre les États-Unis et la Chine, les Européens et la Russie. C’est compliqué par le fait que Moscou collabore avec la Corée du Nord et l’Iran, tout en ayant le soutien de Pékin. Vous pouvez lire le reste de cet article si vous êtes abonné.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1545
Actualité

« La Seine, cœur battant de Paris »

23 juillet 2024
Isabelle Backouche est une experte en histoire urbaine qui a concentré ses recherches sur les lettres et plaintes des parisiens du XVIIIe siècle. Ces documents mettent en évidence leur amour…
example 1544
Actualité

« Kamala Harris: Première apparition Maison Blanche »

23 juillet 2024
Le live a vu la participation de Jean-Philippe Lefief, Pierre Bouvier, Romain Del Bello, Glenn Cloarec et Agnès Gautheron. Nos articles concernant l’élection présidentielle américaine sont accessibles pour tout mettre…