×
google news

« Guerre Ukraine: Mort et Blessés à Donetsk »

Ce direct a vu la participation de Jacky Goldberg, Glenn Cloarec, Fatoumata Sillah, Cécile Bouanchaud et Mossane Faye. Consultez tous nos articles, examens et reportages sur la guerre en Ukraine. Retrouvez les décryptages et analyses du ‘Monde’.

Parmi les reportages marquants, il y a notre enquête à Lviv, où nous avons accompagné les recruteurs de l’armée ukrainienne. Ils ont décrit une situation où les rues se vident à leur passage. Une guerre apparemment sans fin, qui ressemble désormais à un marathon plutôt qu’à un sprint, laisse les Ukrainiens épuisés.

Des personnalités importantes telles que l’ancien ministre russe de la défense et le chef d’état-major sont poursuivis par la Cour pénale internationale. Par ailleurs, la guerre en Ukraine semble avoir été oubliée dans le débat des élections législatives de 2024. La restructuration de la dette ukrainienne se présente comme un défi complexe.

En outre, nous répondons aux questions les plus courantes. Par exemple, comment Moscou et Kiev font-ils usage de drones ? La guerre des drones entre la Russie et l’Ukraine a considérablement escaladé ces derniers mois. Un rapport d’un think tank britannique dédié aux problématiques de défense, publié en mai 2023, précise que l’Ukraine perd environ 10 000 drones chaque mois sur le front, soit plus de 300 par jour. En comparaison, l’armée française ne dispose que d’un peu plus de 3 000 drones dans ses stocks.

Les Ukrainiens et les Russes se servent en grande partie de petits drones d’origine civile, bon marché et abondants. Ces UAV (unmanned aerial vehicle, en anglais) sont utilisés pour l’observation du champ de bataille, le guidage des troupes et des tirs d’artillerie. Certains sont même adaptés pour transporter de petites charges explosives et sont ensuite lâchés sur des tranchées ou des véhicules blindés.

Les drones-kamikazes, bien que moins nombreux, jouent un rôle clé. Ces drones sans pilote, équipés d’explosifs, sont lancés au-dessus des lignes de front sans cible prédéterminée. Le recours aux drones russes Lancet-3 et aux Shahed-136 iraniens est fréquent à Moscou. Sans une marine conséquente, l’Ukraine utilise des engins maritimes télécommandés, de petits kayaks armés d’explosifs (450 kg de TNT).

La signification des drones dans leurs stratégies a conduit Ukrainiens et Russes à s’organiser pour approvisionner leurs forces à long terme. Ils le font non seulement en faisant des achats massifs de drones civils mais aussi en développant leurs propres capacités de production. L’industrie nationale ukrainienne, qui a démarré timidement au début de la guerre du Donbass il y a dix ans, a désormais gagné en puissance. À la fin du mois d’août, le ministre ukrainien de la transformation numérique a révélé qu’un clone du drone russe Lancet-3, appelé Peroun (le dieu slave du tonnerre et de la foudre), avait été développé et serait bientôt déployé.

Les sanctions occidentales, en limitant l’accès de la Russie aux composants électroniques, ont compliqué la situation. Pourtant, selon les renseignements américains, Moscou aurait commencé à construire une usine dans la zone économique spéciale d’Alabouga, prévue pour produire des drones-kamikazes d’origine iranienne, tels que les Shahed-136.

La quantité de missiles que possède la Russie est incertaine. Les renseignements ukrainiens partagent régulièrement des informations à ce sujet, mais leurs évaluations ne sont pas fiables.

D’après Andri Ioussov, représentant de la direction principale du renseignement du ministère de la défense (GUR), rapporté par Liga.net, les forces russes détenaient 2 300 missiles de type balistique ou de croisière avant le conflit et en possédaient toujours plus de 900 en début d’année. En plus de cela, le porte-parole mentionne aussi une dizaine de milliers de missiles anti-aériens S-300 avec une portée d’environ 120 kilomètres, ainsi qu’un grand nombre de S-400, une version plus moderne avec une portée trois fois plus longue. En août, Vadym Skibitsky, le numéro deux du GUR, donnait le nombre de 585 missiles ayant une portée supérieure à 500 kilomètres.
En ce qui concerne leur capacité de production, elle serait d’environ une centaine de missiles balistiques ou de croisière chaque mois, d’après plusieurs spécialistes. Le GUR estimait cette production à 115 unités en octobre.
De plus, la Russie aurait obtenu des missiles à courte portée de l’Iran et de la Corée du Nord et continuerait d’en recevoir. Selon Reuters, qui cite plusieurs sources iraniennes, ils auraient reçu 400 missiles iraniens de la série Fateh-110 (300 à 700 kilomètres) depuis janvier, lorsque l’accord a été établi. Le nombre de missiles nord-coréens que la Russie a obtenu reste incertain, mais 24 ont été tirés en Ukraine du 30 décembre 2023 au 7 février 2024, selon le procureur général, Andriy Kostin. D’après les experts qui ont examiné les débris et les trajectoires, il semblerait qu’ils soient des KN-23 et KN-24 avec une portée autour de 400 kilomètres.
Que devrait-on dire des avions de combat F-16 ?

En réponse à une requête de longue date du président ukrainien, les États-Unis ont approuvé en août 2023 le transfert de F-16 à l’Ukraine. Alors qu’il existe potentiellement plus de 300 de ces avions de combat répartis dans neuf pays européens, dont la Belgique, le Danemark, la Grèce, les Pays-Bas et le Portugal, tous ne sont pas en mesure d’en fournir instantanément.

Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, a indiqué qu’il était promis 42 F-16 par les alliés occidentaux de Kiev, mais ce chiffre n’a pas été vérifié. Le Danemark a promis 19 de ces avions, dont les six premiers ne seront pas livrés avant la fin de 2023. Huit autres seront fournis en 2024 et cinq autres en 2025, selon la première ministre danoise, Mette Frederiksen. Les Pays-Bas se sont également engagés à en fournir, tout en possédant 42 F-16, sans préciser le nombre exact qu’ils entendaient transférer.

En complément, les pilotes ukrainiens devront recevoir une formation pour piloter ces appareils américains. Onze pays alliés de Kiev se sont engagés à former ces pilotes. Selon l’OTAN, les forces ukrainiennes ne seront prêtes à utiliser ces avions en combat qu’au début de l’année 2024, bien que d’autres experts estiment que cela ne sera possible qu’à partir de l’été de la même année.

Il reste à déterminer quel soutien militaire ses alliés offrent réellement à Kiev.

Selon le dernier rapport de l’Institut Kiel publié en février 2024, deux ans après le déclenchement d’un conflit à grande échelle, le soutien occidental à Kiev semble être en déclin. Entre août 2023 et janvier 2024, l’aide nouvellement accordée a diminué par rapport à la même période de l’année précédente. Cette tendance devrait se poursuivre, alors que le Sénat américain peine à passer des lois pour de nouvelles aides et que l’Union européenne a rencontré de grandes difficultés pour obtenir l’approbation d’une aide de 50 milliards le 1er février 2024, en raison d’un blocage de la Hongrie. Il faut préciser que ces deux enveloppes d’aide ne sont pas encore intégrées dans le dernier bilan de l’Institut Kiel, qui s’arrête en janvier 2024.

Les statistiques de l’institut allemand indiquent une réduction et une concentration du nombre de donateurs autour d’un groupe de pays incluant les États-Unis, l’Allemagne, ainsi que les pays du nord et de l’est de l’Europe. Ces derniers ont promis à la fois une aidé financière généreuse et des armes avancées. Au total, depuis février 2022, l’engagement des pays soutenant Kiev s’élève à au moins 276 milliards d’euros en termes d’aide militaire, financière ou humanitaire.

En termes de valeur absolue, les pays les plus fortunés se sont avérés être les plus généreux. Avec un engagement de plus de 75 milliards d’euros, dont 46,3 milliards en aide militaire, les États-Unis sont de loin les donateurs les plus importants. Les pays de l’Union européenne ont manifesté leur soutien à la fois par des aides bilatérales (64,86 milliards d’euros) et des aides communes issues des fonds de l’Union européenne (93,25 milliards d’euros), pour un total de 158,1 milliards d’euros.

Lorsqu’on examine les contributions par rapport au produit intérieur brut (PIB) de chaque pays donateur, la hiérarchie se modifie. Les États-Unis chutent à la vingtième place (0,32 % de leur PIB), bien derrière certains pays limitrophes de l’Ukraine ou d’ex-républiques soviétiques alliées. L’Estonie se situe en pole position des aides par rapport au PIB avec 3,55 %, suivie du Danemark (2,41 %) et de la Norvège (1,72 %). La Lituanie (1,54 %) et la Lettonie (1,15 %) complètent le top 5. Les trois États baltes, tous voisins de la Russie ou de son alliée la Biélorussie, sont parmi les donateurs les plus magnanimes depuis l’initiation du conflit.
Selon le classement du pourcentage du PIB, la France se positionne vingt-septième, ayant engagé 0,07 % de son PIB, juste après la Grèce (0,09 %). L’assistance apportée par Paris a continué à baisser depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine – la France était vingt-quatrième en avril 2023, et treizième en été 2022.
Qu’en est-il des tensions à la frontière entre l’Ukraine et la Pologne ?

Pour plusieurs mois maintenant, l’Ukraine et la Pologne connaissent des tensions dues au transit de céréales depuis l’Ukraine. Au printemps 2022, la Commission européenne avait établi des « routes de solidarité » dans le but d’encourager l’expédition et la vente de produits agricoles ukrainiens exempt de tarifs douaniers vers l’Afrique et le Moyen-Orient. Toutefois, « depuis le commencement du différend, près de la moitié des céréales ukrainiennes transitaient ou terminaient leur voyage au sein de l’Union Européenne (UE) », comme l’indique la think tank sur les enjeux agraires mondiales, la Fondation Farm. Ces céréales sont cependant offertes à un prix beaucoup moins élevé que le blé produit dans l’UE, particulièrement dans les pays de l’Europe centrale.

En avril 2023, en invoquant une déstabilisation des marchés locaux et par conséquent, une menace pour les revenus de leurs agriculteurs, la Pologne, la Bulgarie, la Hongrie, la Roumanie, et la Slovaquie ont unilatéralement arrêté leurs importations, embargo que Bruxelles a accepté seulement si celui-ci n’entrave pas le transit vers d’autres pays et qu’il s’arrête après quatre mois. Varsovie, jugeant que la solution de base n’a pas été trouvée, a choisi de ne pas rouvrir sa frontière aux céréales ukrainiennes à la fin de l’été. Cela contraste avec la position de Bruxelles qui estime que l’embargo n’est plus justifiée, ses analyses indiquant « qu’aucune distorsion des marchés nationaux de céréales ne persistait ».

Des manifestations d’agriculteurs polonais ont entravé la frontière Pologne-Ukraine, empêchant ainsi l’entrée de camions ukrainiens sur le sol polonais. Ces agriculteurs exigent un « embargo total » sur les biens agricoles et alimentaires en provenance de l’Ukraine. Ils se plaignent de l’augmentation de leurs coûts de production pendant que les entrepôts et silos sont surchargés et que les prix chutent. Le président de l’Ukraine considère que ce blocage de la frontière polonaise reflète « l’effritement de la solidarité » envers son pays au début de l’année 2024, et a demandé à entamer des discussions avec la Pologne. Il a également fait remarquer que, seul « Moscou se réjouit » de ces tensions, critiquant « l’émergence de slogans ostensiblement en faveur de Poutine ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1551
Actualité

Suspect radicalisé arrêté pour agression taxi

23 juillet 2024
Lundi 22 juillet, à Paris, un individu de 30 ans, connu pour ses convictions islamistes radicales, a été inculpé suite à l'agression d'un chauffeur de taxi près du Mans. Les…
example 1545
Actualité

« La Seine, cœur battant de Paris »

23 juillet 2024
Isabelle Backouche est une experte en histoire urbaine qui a concentré ses recherches sur les lettres et plaintes des parisiens du XVIIIe siècle. Ces documents mettent en évidence leur amour…