×
google news

Soixante Tunisiens morts à La Mecque

Selon le ministère des affaires étrangères, au moins soixante Tunisiens sont décédés pendant leur voyage de pèlerinage cette année en Arabie saoudite, et la liste des noms a été rendue public par le consulat général de Tunisie à Djedda le 24 juin. Par ailleurs, l’Arabie saoudite a révélé pour la première fois un bilan officiel indiquant que 1301 pèlerins ont perdu la vie, dont 83% n’avaient pas reçu l’autorisation de participer au Hadj.

Ces victimes auraient voyagé sur de longues distances sous le soleil, sans abri convenable ni confort. Cette controverse accrue a conduit à la révocation du ministre tunisien des affaires religieuses, Brahim Chaïbi, que le président Kaïs Saïed a dénoncé pour sa réaction tardive à la tragédie.

Des informations concernant la disparition de plusieurs pèlerins le 15 juin lors de l’ascension du Mont Arafat, un élément majeur du pèlerinage, ont commencé à se propager dès le lendemain. Des vidéos de pèlerins perdus, isolés et en détresse ont inondé les médias sociaux dans les jours qui ont suivi. Plusieurs d’entre eux peinent encore à retourner en Tunisie, témoignant de l’horreur qu’ils ont vécue et du manque d’organisation pendant leur voyage. Des agences de voyages non officielles ont également contribué à cette situation.

Malgré l’alerte, les autorités tunisiennes ont mis du temps à répondre. Hamadi Soussi, qui dirige la santé dans les lieux de pèlerinage, insistait le 16 juin qu’il n’y avait aucune perte en vie humaine parmi les pèlerins faisant partie du voyage officiel. Le même jour, Mustapha Abdelkebir, chef de l’Observatoire tunisien des droits humains, a pourtant confirmé qu’une dizaine de pèlerins, tous originaires de Ben Guerdane, une ville du sud-est tunisien, avaient perdu la vie entre samedi et dimanche.

D’après Radio Monastir, ces derniers se sont rendus en Arabie saoudite via des agences de voyage, avec des visas touristiques, en dehors des voyages officiels. Les autorités saoudiennes les auraient empêchés de se déplacer en bus au Mont Arafat, en raison de non-inscription, les forçant à faire de longues marches sous un soleil brûlant et des températures atteignant parfois les 50 °C.

Ce n’est que le mardi 18 juin que les autorités ont confirmé des décès et des disparus parmi les pèlerins tunisiens, avant qu’un compte officiel de 35 décès ne soit publié par le Ministère des Affaires étrangères.

Tandis que l’inquiétude augmentait, des centaines de photos du ministre des affaires religieuses, qui se trouvait également à La Mecque, ont été postées par son ministère. Ces photos qui présentent le ministre tout sourire accompagné d’autres pèlerins, ont provoqué une vague d’indignation.

Réagissant aux critiques qu’il a reçues lors de la réception du prix saoudien pour « le service exceptionnel aux pèlerins » le 19 juin, le ministre des affaires religieuses a exprimé sa satisfaction quant à l’organisation du hadj cette année. Après son retour à Tunis, il a émis quelques observations, laissant entendre que les membres des familles des pèlerins décédés qui ont opté pour les agences de voyage indépendantes sont en partie responsables de la tragédie, lors d’une interview télévisée à son arrivée à l’aéroport.

Cette année, environ 11 000 Tunisiens ont été choisis pour effectuer le pèlerinage à la Mecque, selon le quota officiel. Cependant, de nombreux autres ont choisi de recourir à des agences de voyage non officielles, qui offrent des expériences similaires mais à un coût moindre. Sans un encadrement adéquat, plusieurs pèlerins, souvent des personnes âgées, ont connu des conditions de vie difficiles, voire insalubres, sous une chaleur étouffante.

Les autorités tunisiennes ont informé que plusieurs pèlerins qui étaient portés disparus ont été retrouvés dans des hôpitaux saoudiens et que les recherches continuent. Les services consulaires ont été sollicités pour certains d’entre eux pour faciliter leur rapatriement en Tunisie.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1082
Actualité

Risques de baignade en eau non autorisée

16 juillet 2024
La question se pose de savoir si le débit et la qualité des eaux de la Seine seront suffisants pour permettre aux athlètes de nager pendant les Jeux olympiques et…