×
google news

« Zelensky en Suisse, 700k Russes en Ukraine »

Ce live a également été animé par Marie Slavicek et Glenn Cloarec. Consultez tous nos articles, nos analyses et nos reportages sur la guerre en Ukraine. Découvrez les analyses, reportages et décryptages du « Monde ». Des graffitis récents et un groupement d’art Ukrainien douteux sont apparus sur la tour Eiffel. La Cour pénale internationale est saisie des discours de haine propagés par les porte-parole du Kremlin concernant la guerre en Ukraine. Emmanuel Macron a franchi une nouvelle étape en soutenant Kiev en Ukraine en envoyant des Mirage. Volodymyr Zelensky a exprimé sa gratitude envers la France pour son soutien lors d’une assemblée nationale dispersée. La France accroît son aide militaire à l’Ukraine malgré les critiques de l’opposition. La bataille de Kharkiv en Ukraine a brisé la soi-disant « ligne rouge » que les Européens et les Américains avaient établie au début de la guerre. Vladimir Poutine menace de fournir des missiles à des groupes hostiles à l’Occident dans le contexte de la guerre en Ukraine. Un an après la destruction du barrage de Kakhovka en Ukraine, un rapport qualifie cet acte de « crime de guerre environnemental ». Comment éviter une escalade en Ukraine ? Nos réponses à vos questions les plus courantes. Comment la Russie et Kiev utilisent-elles des drones ? La guerre des drones entre la Russie et l’Ukraine est en cours depuis plusieurs mois, atteignant une échelle sans précédent. Selon un rapport publié en mai 2023 par un groupe de réflexion britannique spécialisé dans la défense, les Ukrainiens perdent environ 10 000 drones par mois sur le champ de bataille, soit plus de 300 par jour. A titre de comparaison, l’armée française dispose d’un peu plus de 3 000 avions sans pilote dans ses arsenaux.

Les Ukrainiens et les Russes recourent largement à l’usage de petits véhicules aériens sans pilote (UAV) civils qui sont économiques et largement disponibles. Ces drones sont utilisés pour observer le champ de bataille, guider les troupes et coordonner les frappes d’artillerie. Certains de ces appareils sont même modifiés pour porter et lâcher de petites charges explosives sur les tranchées ou les véhicules blindés.

Il y a aussi les drones-kamikazes moins répandus mais néanmoins importants. Dotés d’explosifs, ces UAV sont envoyés au-dessus de la ligne de front sans mission pré-déterminée. Les drones russes Lancet-3 et les Shahed-136 fabriqués en Iran sont fréquemment utilisés par Moscou. En l’absence d’une force navale significative, l’Ukraine défi l’ennemi avec des véhicules maritimes sans équipage, de petits kayaks télécommandés transportant des explosifs (450 kilos de TNT).

En soulignant l’importance cruciale des drones dans leurs opérations, les Ukrainiens et les Russes ont démontré leur pragmatisme en assurant l’approvisionnement de leurs forces non seulement par l’achat massif de drones civils sur le marché, mais aussi via le développement de leurs propres capacités de fabrication. Même si cette industrie était encore à ses débuts lors du déclenchement de la guerre du Donbass il y a dix ans, l’industrie ukrainienne a progressivement évolué. Fin août, le ministre ukrainien de la transformation numérique a annoncé la mise au point d’une réplique du drone russe Lancet, qui sera bientôt lancée sous le nom de Peroun, le dieu slave de la foudre et du tonnerre.

En raison des sanctions imposées par l’Occident, qui restreignent ses acquisition de composants électroniques, la Russie trouve les choses plus laborieuses. Toutefois, selon les informations des agences de renseignement américaines, Moscou aurait entamé la construction d’une fabrique dans la zone spéciale économique d’Alabouga pour produire des drones-kamikazes de création iranienne, comme le modèle Shahed-136.

Concernant le stock de missiles russe, son état actuel est considéré comme très complexe, voire inconnu. Les services de renseignement ukrainien partagent régulièrement des informations à ce sujet, mais leurs évaluations peuvent ne pas être fiables.

Andri Ioussov, un porte-parole du renseignement du ministère de défense (GUR), cité par Liga.net, a affirmé que l’armée russe avait environ 2 300 missiles balistiques ou de croisière avant la guerre et encore plus de 900 au début de l’année. Selon lui, il faut également ajouter une dizaine de milliers de missiles antiaériens S-300, qui ont une portée d’environ 120 kilomètres, ainsi qu’un stock substantiel de S-400, une version plus récente avec une portée triplée. En août, Vadym Skibitsky, le responsable adjoint du GUR, donnait le chiffre de 585 missiles avec une portée supérieure à 500 kilomètres.

En ce qui concerne la capacité de production, selon plusieurs experts, elle serait de l’ordre de cent missiles balistiques ou de croisière par mois. En octobre, le GUR estimait cette production à 115 unités.

Il semble que la Russie a fait l’acquisition de missiles à courte distance d’Iran et de Corée du Nord, avec un approvisionnement continu. L’agence de presse Reuters rapporte, citant plusieurs sources iraniennes, que 400 missiles iraniens de type Fateh-110 (avec une portée de 300 à 700 km) ont été livrés à la Russie depuis janvier, suite à un accord. Le nombre de missiles nord-coréens obtenus par la Russie est inconnu, cependant, 24 ont été lancés en Ukraine du 30 décembre 2023 au 7 février 2024, d’après le procureur général Andriy Kostin. Les experts qui ont étudié les décombres et les trajectoires pensent qu’il s’agit probablement de missiles KN-23 et KN-24 avec une portée d’environ 400 km.

Et les avions de chasse F-16?
Suite à une requête de longue date du président ukrainien, en août 2023, les États-Unis ont consenti au transfert d’avions de chasse F-16 à l’Ukraine. Bien qu’il y ait potentiellement plus de 300 F-16 dispersés dans neuf pays européens – dont la Belgique, le Danemark, la Grèce, les Pays-Bas et le Portugal, entre autres -, la disponibilité immédiate de ces avions n’est pas garantie par tous les pays.

Volodymyr Zelensky a mentionné un chiffre de 42 F-16 promis à Kiev par les alliés occidentaux, mais ce nombre n’a pas été confirmé. Le Danemark a promis d’en donner 19, avec les 6 premiers devant être livrés d’ici la fin de l’année 2023, 8 suivront en 2024 et 5 en 2025, a déclaré la première ministre danoise, Mette Frederiksen. Les Pays-Bas, qui ont également promis des F-16, en possèdent 42, mais n’ont pas indiqué combien ils envisageaient de transférer.

Les pilotes ukrainiens doivent recevoir une formation spécifique pour les avions de combat américains. L’OTAN a estimé que ces derniers ne seraient prêts à utiliser ces avions en situation de guerre qu’en 2024, bien que certains experts prévoient que cela pourrait être possible dès l’été de cette même année. En plus, onze alliés de l’Ukraine se sont engagés à soutenir la formation des pilotes.

Quel type d’aide militaire les alliés de l’Ukraine apportent-ils? Deux ans après le début de la guerre à grande échelle, on note une diminution de l’engagement de l’Occident à soutenir Kiev. Les aides qui ont été accordées entre août 2023 et janvier 2024 ont en effet diminué par rapport à la même période de l’année précédente, d’après le dernier rapport de l’Institut Kiel publié en février 2024.

De plus, le Sénat américain a du mal à faire voter des aides tandis que l’Union européenne (UE) a eu de grandes difficultés à faire adopter une aide de 50 milliards le 1er février 2024, en raison de l’opposition de la Hongrie. Notons que ces deux colis d’aide ne figurent pas encore dans le dernier bilan de l’Institut Kiel, qui s’arrête en janvier 2024.

Les chiffres de l’institut allemand montrent une diminution et une centralisation du nombre de donateurs autour d’un groupe de pays : les Etats-Unis, l’Allemagne, les pays du nord et de l’est de l’Europe. Ces pays offrent à la fois une forte aide financière et des armes de pointe. En résumé, depuis février 2022, les pays qui soutiennent Kiev se sont engagés à fournir au moins 276 milliards d’euros en aide militaire, financière ou humanitaire.

Dans le domaine absolu, les nations les plus prospères se sont révélées les plus charitables. Avec un soutien annoncé de plus de 75 milliards d’euros, dont 46,3 milliards pour des aides militaires, les États-Unis sont les principaux donateurs. L’Union européenne a promis tant d’aides bilatérales (64,86 milliards d’euros) que d’aides collectives issues des fonds européens (93,25 milliards d’euros), soient 158,1 milliards d’euros en total.

Cependant, le classement change quand on compare ces contributions au produit intérieur brut (PIB) de chaque pays donateur. Les États-Unis chutent alors à la vingtième place (0,32 % de leur PIB), loin derrière certains voisins de l’Ukraine ou anciennes républiques soviétiques alliées. L’Estonie devient le pays le plus généreux en termes de PIB avec un taux de 3,55%, suivie du Danemark (2,41%) et de la Norvège (1,72%). La Lituanie (1,54%) et la Lettonie (1,15%) complètent le top 5. Les trois pays baltes, ayant tous des frontières avec la Russie ou son partenaire la Biélorussie, sont parmi les donneurs les plus généreux depuis le début du conflit.

Selon le pourcentage du PIB, la France est à la vingt-septième place, ayant investi à peine 0,07 % de son PIB, juste après la Grèce (0,09 %). Depuis le début de l’agression russe en Ukraine, l’aide offerte par la France diminue sans cesse – la France était vingt-quatrième en avril 2023, puis est descendue à treizième au cours de l’été 2022.
Qu’en est-il des tensions le long de la frontière entre l’Ukraine et la Pologne ?

Pour plusieurs mois maintenant, l’Ukraine et la Pologne sont en désaccord. Le point central du désaccord est le transit des grains venant de l’Ukraine. Au printemps 2022, l’Union Européenne a instauré des « chemins de solidarité » pour faciliter l’expédition et la vente des produits agricoles ukrainiens sans taxes douanières vers l’Afrique et le Moyen-Orient. Cependant, « depuis le commencement du conflit, environ 50% des grains ukrainiens transite ou termine leur voyage dans l’Union Européenne (UE) », d’après la Fondation Farm, un think tank centré sur les questions agricoles mondiales. Or, ces grains sont commercialisés à un prix largement inférieur au blé produit en UE, surtout dans les pays de l’Europe centrale.

La Pologne, la Bulgarie, la Hongrie, la Roumanie et la Slovaquie ont argumenté que ces grains déstabilisent leur marché local et affectent les revenus de leurs agriculteurs et ont donc arrêté leurs imports en avril 2023. Bruxelles a accepté cet embargo sous condition qu’il ne bloque pas le transit vers d’autres pays et qu’il ne dure que quatre mois. Seulement, Varsovie a refusé de rouvrir sa frontière aux grains ukrainiens à la fin de l’été, malgré Bruxelles considérant que l’embargo était sans fondement comme leurs analyses prouvaient « qu’il n’y avait plus de distorsion des marchés nationaux pour les grains ».

Les cultivateurs de Pologne ont instauré un barrage à la limite territoriale avec l’Ukraine, en protestation contre les camions en provenance d’Ukraine. Ils demandent l’application d’un « embargo total » sur les denrées agricoles et nourritures ukrainiennes, se plaignant de l’augmentation de leurs débours de fabrication pendant que leurs dépôts et silos sont surchargés et les tarifs sont au plus bas. Le dirigeant ukrainien avait dit au début de 2024 que ce siège à la frontière polonaise montrait une « diminution de l’unité » envers son nation et a demandé des négociations avec la Pologne. Il a également affirmé que « seulement Moscou se félicite » de ces conflits, critiquant « l’apparition de phrases franchement en faveur de Poutine ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 867
Actualité

« Direct: Dernières Nouvelles Guerre Ukraine »

13 juillet 2024
C'est avec l'aide de Minh Dréan, Pierre Bouvier, Cécile Bouanchaud, Anna Villechenon, Glenn Cloarec et Agnès Gautheron que cette émission en direct a été animée. Nous vous invitons à lire…
example 865
Actualité

Shin Bet admet violation conventions internationales

13 juillet 2024
Les abus subis par les prisonniers Palestiniens dans les établissements pénitentiaires israéliens, avec un surplus de 6 500 détenus par rapport à la capacité standard de 14 500, sont devenus…