×
google news

« Guerre Ukraine: Infos après frappes russes »

Accédez à toutes nos actualités, études et reportages sur le conflit en Ukraine.
Découvrez les articles, les études détaillées et les investigations du « Monde ».
Le Symbole parisien, la Tour Eiffel, est à nouveau la cible de graffitis émanant d’un « groupe artistique » ukrainien qui suscite des doutes.
La Cour Pénale Internationale est interpellée concernant les discours haineux propagés par les porte-paroles du Kremlin au sujet de la guerre en Ukraine.
En envoyant des Mirage en Ukraine, Macron améliore son appui à Kiev.
Zelensky exprime sa gratitude à la France pour son soutien lors d’une session parlementaire qui avait un faible taux de participation.
Zelensky à Paris : l’aide militaire française est renforcée malgré les critiques de l’opposition.
« La bataille de Kharkiv en Ukraine a franchi cette « ligne rouge » que les Européens et les Américains semblaient avoir établie au commencement du conflit ».
Vladimir Poutine émet des menaces pour livrer des missiles à des groupes hostiles à l’Occident en lien avec la guerre en Ukraine.
Un an après la démolition du barrage à Kakhovka en Ukraine, un document critique le « crime de guerre environnemental ».
Faire face à la menace d’escalade en Ukraine.
Nos explications à vos interrogations fréquentes.
Comment se servent Moscou et Kiev des drones?
La bataille des drones entre la Russie et l’Ukraine ne fait qu’escalader. Selon une étude publiée en mai 2023 par un groupe de réflexion britannique spécialisé en défense, les Ukrainiens perdent environ 10 000 drones par mois sur le champ de bataille, soit plus de 300 par jour. En comparant, l’armée française possède un peu plus de 3 000 drones dans ses réserves.

Les Ukrainiens et les Russes recourent principalement à des UAV (véhicules aériens sans pilote) civils, économiques et largement accessibles pour leur usage. Ces drones servent à une surveillance approfondie du terrain de guerre et à diriger les troupes ou le tir d’artillerie. Certains de ces engins sont également modifiés pour transporter des charges explosives de petite taille qui sont ensuite éparpillées sur des tranchées ou des véhicules blindés.

Les drones-kamikazes, quoique moins courants, jouent un rôle crucial. Équipés de charges explosives, ces UAV sont envoyés au-dessus de la ligne de front sans objectif spécifique. Moscou fait usage de drones russes du type Lancet-3 et de Shahed-136 de fabrication iranienne. Dénué d’une véritable flotte de guerre, l’Ukraine nargue son adversaire avec des engins maritimes autopilotés – de petits kayaks commandés à distance et chargés d’explosifs (pouvant aller jusqu’à 450 kg de TNT).

La dépendance des Ukrainiens et des Russes vis-à-vis des drones pour leurs opérations est évidente. Ils s’efforcent continuellement de fournir à leurs troupes des drones à long terme, non seulement en faisant des achats massifs de drones civils sur le marché, mais ils ont aussi mis en place des capacités de production internes. Malgré des débuts hésitants lors du déclenchement de la guerre du Donbass il y a une décennie, l’industrie ukrainienne a connu une forte croissance depuis lors. Fin août, le ministre de la transformation numérique ukrainien a révélé la finalisation d’une réplique du drone russe Lancet, qui serait bientôt déployée sous le nom de Peroun, le dieu slave de la foudre et du tonnerre.

La Russie est confrontée à des défis en raison des sanctions occidentales qui restreignent son accès aux composants électroniques. Néanmoins, les agencies de renseignement américaines ont rapporté que Moscou a commencé à construire une usine dans la zone économique spéciale d’Alabouga pour produire des drones-kamikazes d’origine iranienne, tels que les Shahed-136.

Il est extrêmement difficile, sinon impossible, d’obtenir des informations précises sur l’inventaire actuel des missiles de l’armée russe. Les agences de renseignement ukrainiennes partagent régulièrement des informations à ce sujet, mais leurs données sont souvent remises en question.

Andri Ioussov, porte-parole de la direction du renseignement du ministère de la défense (GUR) de l’Ukraine, a déclaré que l’armée russe avait 2 300 missiles balistiques ou de croisière avant la guerre et plus de 900 restants au début de l’année. De plus, il a ajouté que l’armée possédait des dizaines de milliers de missiles anti-aériens S-300, ayant une portée d’environ 120 kilomètres, en plus d’un stock important de S-400, une version plus récente avec une portée trois fois plus grande. En août, Vadym Skibitsky, numéro deux du GUR, avait avancé le nombre de 585 missiles d’une portée supérieure à 500 kilomètres.

En termes de capacités de production, des experts estiment qu’ils sont passés à la production d’une centaine de missiles balistiques ou de croisière par mois. En octobre, le GUR évaluait cette production à 115 unités.

D’après des informations recueillies, la Russie aurait accumulé des missiles à courte portée depuis l’Iran et la Corée du Nord, poursuivant son approvisionnement. L’agence de presse Reuters a relayé des témoignages iraniens, affirmant que depuis janvier, la Russie a reçu 400 missiles iraniens de type Fateh-110, capable de couvrir 300 à 700 kilomètres, suite à un accord. Le volume de missiles provenant de la Corée du Nord acquis par la Russie reste inconnu, bien que 24 aient été lancés en Ukraine entre décembre 2023 et février 2024, d’après des informations fournies par le procureur général Andriy Kostin. L’analyse des débris et des trajectoires par des spécialistes suggère qu’il pourrait s’agir de missiles KN-23 et KN-24, ayant une portée approximative de 400 kilomètres.

Concernant la question des avions de combat F-16, les États-Unis ont consenti, en août 2023, à transférer ces appareils à l’Ukraine, conformément à une demande de longue date du président ukrainien. Même s’il y a potentiellement plus de 300 F-16 répartis dans neuf pays européens – dont la Belgique, le Danemark, la Grèce, les Pays-Bas et le Portugal –, tous ne peuvent pas céder ces avions instantanément.

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a fait mention de 42 F-16 promis par les alliés occidentaux à Kiev, une information non encore confirmée. Le Danemark a promis d’en fournir 19, avec une livraison planifiée de 6 avions avant la fin de 2023, 8 supplémentaires en 2024 et les 5 derniers en 2025, comme annoncé par la première ministre danoise, Mette Frederiksen. Les Pays-Bas qui ont aussi fait la promesse d’en céder un certain nombre disposent de 42 unités, mais n’ont pas encore précisé combien ils prévoyaient d’en transférer.

D’après le contexte, la formation des pilotes ukrainiens sur les avions de combat américains est en cours. Selon l’OTAN, l’Ukraine ne sera apte à l’utilisation de ces avions sur le champ de bataille qu’en 2024, certains experts prévoyant pour l’été de cette même année. Durant cette période, onze pays alliés de l’Ukraine se sont portés volontaires pour former les pilotes.

Quelle aide militaire est fournie à Kiev par ses alliés ?
En deux ans depuis l’escalade de la guerre, le soutien occidental à Kiev semble s’essouffler. Les rapports de l’Institut Kiel de février 2024 indiquent un déclin significatif des aides nouvellement accordées pour la période d’août 2023 à janvier 2024, comparativement à la même période de l’année précédente. Ce déclin pourrait perdurer, avec l’impédance du Sénat américain pour adopter de nouvelles aides et les difficultés rencontrées par l’UE qui ont retardé l’adoption d’une aide de 50 milliards le 1er février 2024, freinée notamment par un blocage hongrois. Il convient de noter ici que ces deux aides n’ont pas été comptabilisées dans le dernier bilan de l’Institut Kiel, qui prend en compte seulement jusqu’à janvier 2024.

Les statistiques de l’Institut Kiel révèlent une diminution du nombre de donateurs, qui tendent à se restreindre autour de quelques pays spécifiques, dont les États-Unis, l’Allemagne et les pays nordiques et d’Europe de l’Est, qui promettent une aide financière conséquente et du matériel militaire de qualité. Depuis février 2022, les pays alliés à Kiev se sont engagés militairement, financièrement et humanitairement à hauteur d’au moins 276 milliards d’euros.

En termes absolus, les nations les plus prospères ont démontré la plus grande générosité. Les États-Unis se distinguent comme les plus grands donateurs, ayant annoncé plus de 75 milliards d’euros d’aide, dont 46,3 milliards sont dédiés à l’aide militaire. Les pays de l’Union européenne ont promis à la fois des aides bilatérales, atteignant 64,86 milliards d’euros, et des aides collectives tirées des fonds de l’UE, s’élevant à 93,25 milliards d’euros, totalisant 158,1 milliards d’euros.

Toutefois, si on compare ces contributions avec le produit intérieur brut (PIB) de chaque pays donateur, la liste est réorganisée. Les États-Unis chutent au vingtième rang, représentant 0,32% de leur PIB, se situant bien en dessous de certains pays limitrophes de l’Ukraine ou d’anciennes républiques soviétiques amies. L’Estonie arrive en tête en termes d’aide en proportion du PIB à 3,55%, suivie de près par le Danemark à 2,41%, puis la Norvège à 1,72%. La Lituanie et la Lettonie complètent le top cinq avec 1,54% et 1,15% respectivement. Les trois États baltes, tous partageant une frontière avec la Russie ou son alliée la Biélorussie, font partie des donateurs les plus généreux depuis le début du conflit.

Sur le plan du pourcentage du PIB, la France occupe la vingt-septième place, ayant consacré 0,07% de son PIB, juste après la Grèce à 0,09%. L’assistance offerte par Paris a continué de diminuer depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie – la France était vingt-quatrième en avril 2023 et treizième à l’été 2022.

Que savons-nous des tensions à la frontière entre l’Ukraine et la Pologne ?

Depuis quelque temps, la Pologne et l’Ukraine ont connu une relation orageuse, principalement à cause des confrontations concernant l’importation des céréales ukrainiennes. Au début de l’année 2022, l’Union européenne avait instauré des « voies de solidarité », permettant la vente sans taxes de produits agricoles ukrainiens vers l’Afrique et le Moyen-Orient. Néanmoins, il est à noter que près de la moitié des céréales de l’Ukraine transitent ou terminent leur voyage au sein de l’Union Européenne, d’après les conclusions de la Fondation Farm, un centre de discussion axé sur les problèmes agricoles mondiaux. Ces céréales sont plus affordable que le blé de l’Union européenne, en particulier celui provenant des pays d’Europe centrale.

Prétendant que l’importation de ces céréales bouleverse leur marché local et, par conséquent, affecte le revenu de leurs agriculteurs, la Slovaquie, la Pologne, la Bulgarie, la Roumanie et la Hongrie avaient unanimement stoppé leurs importations en avril 2023. Néanmoins, l’Union européenne avait consenti à cet embargo, à condition qu’il ne limite pas le transit vers d’autres nations et qu’il ne dépasse pas une durée de quatre mois. En revanche, Varsovie a décidé de maintenir ses frontières fermées aux céréales ukrainiennes après la fin de l’été, insistant sur le fait que la question n’a pas été correctement résolue. Cette décision a été prise malgré l’affirmation de Bruxelles que l’embargo n’était plus nécessaire, leurs analyses indiquant qu’il n’y avait plus de déstabilisation des marchés nationaux en ce qui concerne les céréales.

Les exploitants agricoles en Pologne ont instauré un blocus le long de la frontière polono-ukrainienne, empêchant ainsi l’entrée des camions en provenance d’Ukraine sur le sol polonais. Ils revendiquent une mise en oeuvre d’un « embargo total » sur les produits agroalimentaires ukrainiens. Les manifestants décrient une hausse significative de leurs frais de production, tandis que leurs silos et entrepôts sont pleins à ras bord et les coûts sont à leur niveau le plus bas. Le dirigeant ukrainien a jugé au début de l’année 2024 que ce blocus de la frontière de la Pologne indiquait une « détérioration de la solidarité » envers son pays et a sollicité des discussions avec la Pologne. « Seule Moscou se délecte » de ces tensions a-t-il ajouté, condamnant « l’émergence de slogans franchement favorables à Poutine ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1595
Actualité

Attaques en Russie : Sept morts au Caucase

23 juin 2024
Le Comité national antiterroriste et la police de la république russe du Daghestan ont révélé que dimanche 23 juin, des hommes armés ont lancé une série d'attaques contre une synagogue…
example 1594
Actualité

« Sara Mesa, une auteure et fille d’un despote familial »

23 juin 2024
La sensation d'être interrogée rend nerveuse, Sara Mesa, l'éminente écrivaine espagnole, tout comme feu David Foster Wallace, le romancier américain célèbre. "Les entrevues me posent problème. Elles sont rares pour…
example 1593
Actualité

« Rod Stewart: Football, Passion, Whisky »

23 juin 2024
À l'âge de 79 ans, le chanteur et guitariste Sir Rod Stewart fait son grand retour sur la scène parisienne, après une pause de cinq ans. Le 30 juin, la…