×
google news

Maayan Zilberman, une conceptrice de bijoux comestibles

L’artiste Maayan Zilberman, avec ses créations caramélisées mi-punk mi-féeriques et sa marque Sweet Saba, offre un monde de bonbons dépourvu d’affèterie et apprécié dans le domaine de la mode en Amérique. Qu’il s’agisse de rosaires spectaculaires en sucre doré à la feuille, parfumés au champagne pour une soirée Versace, de grottes de cristal noir révélées lors du lancement d’une association entre Riccardo Tisci et Nike, ou de bijoux garnis de fraises appétissantes pour l’inauguration du nouveau magasin Tory Burch à Los Angeles, ses créations sont toutes uniques.

« Je ne suis pas une artiste culinaire, » dit-elle. Elle se dissocie de ce mouvement qui a vu le jour dans les années 1960 et a pris de l’ampleur avec les réseaux sociaux, bien qu’elle soit très présente sur Internet – son compte Instagram compte près de quatre-vingt mille followers. « Je n’aime pas jouer avec la nourriture. Je n’aime pas particulièrement manger, je ne cuisine pas et je n’organise pas des repas pour les autres. Ma pratique est solitaire. »

Son atelier de Dumbo à Brooklyn ressemble plus à un laboratoire de chimie qu’à une cuisine prête à préparer des exploits culinaires. On y trouve un comptoir impeccable, des échantillons soigneusement rangés sous plastique dans des boîtes transparentes ou sur des plateaux en acier : ce sont des sortes de figurines en sucre reproduisant avec réalisme des fruits, des insectes, des fleurs, des animaux hybrides, des accessoires de mode…

Située à proximité d’une fenêtre qui offre une vue panoramique sur l’Empire State Building, tout son outillage se compose simplement d’une plaque à induction de taille réduite, d’une casserole, de plusieurs pincettes et d’un chalumeau. « Mon travail nécessite un minimum d’équipement, cela ressemble presque à la préparation de pâtes. Il y a seulement une recette à apprendre », affirme cette reine des confiseries unconventional qui a puisé l’essence de la confection de bonbons sur YouTube il y a un peu plus d’une décennie. « Je passais mon temps à visionner des tutoriels de mères préparant des bonbons colorés pour des fêtes d’anniversaire. Cependant, j’avais des idées plus élaborées en esprit. »

Autrefois, Maayan Zilberman était créatrice de lingerie depuis plus d’une quinzaine d’années. « Mon entrée dans le monde de la mode s’est faite par accident. J’ai suivi des études de céramique à l’Alfred University, dans l’État de New York, avant d’étudier les arts à Parsons, à New York. Mon ambition était de devenir artiste. Mais je côtoyais nombre de stylistes et l’un d’entre eux m’a proposé de concevoir une ligne de lingerie », raconte-t-elle. Ce qui a commencé comme une aventure est devenu finalement son occupation à temps plein.

Il reste encore 66,2% de ce texte à consulter. La lecture complète est réservée aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1703
Actualité

Groupe armé saisit Thandwe, Birmanie

25 juin 2024
L'Armée d'Arakan (AA), un groupe militaire représentant une minorité ethnique, a réussi à s'emparer de la station balnéaire la plus prisée de Birmanie, Thandwe. Selon des informations reçues par l'Agence…
example 1697
Actualité

Banques séduisent les primo-accédants immobiliers

25 juin 2024
D'après la Banque de France, la majorité des personnes qui contractent un prêt immobilier pour leur habitation principale sont des acquéreurs novices, appelés « primo-accédants ». Cette démarche représente un…
example 1696
Actualité

« Michael Jackson célébré à Krindjabo »

25 juin 2024
RÉCIPIENT DE CÔTE D'IVOIRE Décédé il y a quinze ans, Michael Jackson refait surface en Côte d'Ivoire... en quelque sorte. En effet, c’est l'imitateur de la méga star américaine, le…