×
google news

« Zelensky regrette les restrictions défensives ukrainiennes »

Les animateurs suivants ont également participé à cet évènement en direct: Dorian Jullien, Agnès Gautheron, Romain Del Bello, Gabriel Coutagne, Fatoumata Sillah, Charlotte Herzog, Solène L’Hénoret, Charles Deleare et Audrey Delaporte (qui s’est occupée des photos).
Nous avons plusieurs articles, rapports et analyses sur la guerre en Ukraine à votre disposition pour une lecture approfondie.
Dans la région de Kharkiv, des milliers d’Ukrainiens fuient les villages frontaliers de la Russie alors qu’ils brûlent intensément.
Pour défendre leur pays, les Ukrainiens s’enrôlent dans l’armée après l’âge de 25 ans. A Kiev, devant un centre de recrutement, un sentiment commun est « il faut bien que quelqu’un tienne une arme ».
Des soldats ukrainiens stationnés dans le Donbass attendent avec impatience les munitions venant de l’ouest.
A Kharkiv, la population fait preuve de résilience face à la dernière offensive russe, notant qu’ils se sont finalement habitués à la situation.
L’administration de Kiev fait pression sur les États-Unis pour obtenir l’autorisation d’utiliser des armes américaines afin d’attaquer le sol russe.
La question se pose – l’armée russe peut-elle percer le front en Ukraine?
Les assauts quotidiens venant des russes constituent une réalité difficile à gérer pour les soldats ukrainiens qui stationnent dans le Donbass.
Il semblerait que l’utilisation de drones par Moscou et Kiev ait augmenté au fil des mois. Un rapport publié en mai 2023 par un think tank britannique spécialisé dans les questions de défense, indique que sur le terrain de la bataille, les Ukrainiens perdent environ 10 000 drones par mois, soit plus de 300 par jour. En comparaison, l’armée française n’a qu’un peu plus de 3000 drones dans son inventaire.

Les Ukrainiens et les Russes emploient principalement des drones civils à bas prix et largement disponibles pour superviser le domaine de combat et guider les soldats ou les frappes d’artillerie, certains sont même conçus pour transporter de petites charges explosives qui sont ensuite lâchées sur les tranchées ou les véhicules blindés. Les drones suicides, qui sont porteurs d’explosifs, jouent également un rôle crucial, bien qu’ils soient moins nombreux. Ces drones sont déployés au-dessus de la ligne de front sans qu’un objectif spécifique ne leur soit attribué au préalable. Moscou recourt aux drones russes Lancet-3 ainsi qu’aux drones Shahed-136 fabriqués en Iran. L’Ukraine, ne disposant pas d’une flotte de guerre de qualité, se moque de l’ennemi avec des véhicules maritimes sans équipage, des petits kayaks télécommandés chargés d’explosifs d’un poids de 450 kilos de TNT. En reconnaissance de l’importance vitale des drones pour leurs missions, les Ukrainiens et les Russes ont pris des mesures pour maintenir leurs troupes approvisionnées en drones, non seulement en effectuant des achats massifs de drones civils sur le marché, mais également en établissant des capacités de production locales. L’industrie nationale ukrainienne, qui en était à ses débuts lorsque la guerre du Donbass a éclaté il y a dix ans, s’est depuis lors intensifiée. Fin août, le ministre ukrainien de la transformation numérique a révélé qu’une copie du drone russe Lancet avait été réalisée et serait bientôt mise en service sous le nom de Peroun, le dieu slave de la foudre et du tonnerre.

Les sanctions occidentales qui freinent l’approvisionnement de la Russie en composants électroniques ont entraîné des difficultés pour le pays. Cependant, d’après la communauté du renseignement américaine, la Russie aurait commencé à construire une usine dans la zone économique spéciale d’Alabouga. Cette usine serait dédiée à la fabrication de drones kamikazes iraniens, tels que les Shahed-136.

Il est quasiment impossible de déterminer avec exactitude le stock actuel de missiles de l’armée russe. Les services de renseignement Ukrainiens publient régulièrement des informations à ce sujet, mais la véracité de ces données est sujette à interrogations.

D’après Andri Ioussov, représentant de l’agence de renseignement du ministère de la Défense, cité par Liga.net, l’armée russe avait à sa disposition 2300 missiles balistiques ou de croisière avant le conflit, et environ 900 au début de cette année. Selon le porte-parole, on peut ajouter à cela environ dix mille missiles antiaériens S-300, ayant une portée d’environ 120 kilomètres, et une quantité significative de S-400, une variante plus récente avec une portée près de trois fois supérieure. Vadym Skibitsky, le deuxième en commandement de l’agence de renseignement, a estimé en août que la Russie possédait 585 missiles avec une portée supérieure à 500 kilomètres.

Concernant la capacité de production, selon plusieurs experts, elle serait de l’ordre d’une centaine de missiles balistiques ou de croisière par mois. L’évaluation de cette production était de 115 exemplaires en octobre, selon l’agence de renseignement.

Le rapport suggère que la Russie a acquis des missiles à courte portée de l’Iran et de la Corée du Nord, et continue d’en acquérir. L’agence de presse Reuters, citant plusieurs sources iraniennes, rapporte que 400 missiles iraniens de type Fateh-110 (d’une portée de 300 à 700 kilomètres) lui ont été expédiés depuis janvier, suite à un accord. On ne sait pas precisement combien de missiles de la Corée du Nord ont été acheté par la Russie, mais on sait qu’il y a eu 24 lancements en Ukraine entre le 30 décembre 2023 et le 7 février 2024, selon le procureur général Andriy Kostin. Selon une analyse des débris et des trajectoires par des experts, il s’agirait probablement de missiles KN-23 et KN-24, d’une portée approximative de 400 kilomètres.
Concernant les avions de combat F-16, suite à une requête de longue date par le président de l’Ukraine, les États-Unis ont approuvé le transfert de ces avions de chasse à la l’Ukraine en août 2023. Bien que plus de 300 F-16 soient potentiellement disponibles dans neuf pays d’Europe – notamment en Belgique, au Danemark, en Grèce, aux Pays-Bas et au Portugal – tous les pays possédant ces avions ne sont pas en capacité de les céder sur le champ.
Président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a mentionné le chiffre de 42 F-16 promis par les alliés occidentaux à Kiev, mais cette information n’a pas été vérifiée. Le Danemark en a promis 19. Les six premiers ne devraient pas être livrés avant fin 2023, avec 8 autres prévus pour 2024 et les 5 restants pour 2025, selon la première ministre danoise, Mette Frederiksen. Les Pays-Bas, qui ont également promis des F-16, disposent de 42 unités, mais n’ont pas indiqué combien ils prévoient d’en céder.

L’entraînement des pilotes ukrainiens à manœuvrer les avions de chasse américains est nécessaire, et onzième nations alliées à Kiev ont promis de se charger de cette tâche. Selon les prévisions de l’OTAN, les soldats ukrainiens seront aptes à utiliser ces avions en combat dès le début de 2024, tandis que d’autres spécialistes estiment que cela se produira plutôt à l’été de la même année.

Quelle aide militaire est fournie à Kiev par ses alliés ?

La guerre à grande échelle a commencé depuis deux ans, et on assiste à un ralentissement du soutien occidental apporté à Kiev. Des rapports indiquent une diminution des aides engagées entre août 2023 et janvier 2024 par rapport à la même période de l’année antérieure, comme le montre le dernier rapport publié par l’Institut Kiel en février 2024. Le Sénat américain lutte pour obtenir l’approbation des aides, et l’UE a eu du mal à adopter une aide de 50 milliards le 1er février 2024, en raison de l’impasse avec la Hongrie. Il convient de noter que ces deux paquets d’aide ne sont pas encore inclus dans le dernier bilan de l’Institut Kiel, qui s’arrête en janvier 2024.

Selon les informations de l’institut allemand, le nombre de donateurs diminue et se centralise autour d’un groupe de pays, notamment les États-Unis, l’Allemagne, ainsi que les pays du nord et de l’est de l’Europe. Ces derniers offrent à la fois une importante aide financière et des armements modernes. Au total, depuis février 2022, les pays qui appuient Kiev se sont engagés à fournir un soutien d’au moins 276 milliards d’euros sur le plan militaire, financier et humanitaire.

En termes de chiffres, les nations les plus aisées se révèlent être les plus altruistes. Les États-Unis surpassent tous les autres en termes de donation, ayant promis plus de 75 milliards d’euros, dont 46,3 milliards spécifiquement pour le soutien militaire. Les pays de l’Union européenne, pour leur part, ont promis à la fois des contributions bilatérales (64,86 milliards d’euros) et des fonds communs émanant de l’Union européenne (93,25 milliards d’euros), atteignant un montant cumulé de 158,1 milliards d’euros.

Cependant, lorsque l’on considère ces dons en relation avec le produit intérieur brut (PIB) de chaque pays donateur, la situation se modifie. Les États-Unis descendent à la vingtième position (0,32 % de leur PIB), très loin derrière des pays limitrophes de l’Ukraine ou d’anciennes républiques soviétiques alliées. L’Estonie mène le classement des dons en proportion du PIB avec 3,55 %, suivie par le Danemark (2,41 %) et la Norvège (1,72 %). La Lituanie (1,54 %) et la Lettonie (1,15 %) complètent le top 5. Les trois États baltes, tous ayant des frontières avec la Russie ou son alliée la Biélorussie, figurent parmi les donateurs les plus altruistes depuis l’éruption du conflit.

En ce qui concerne le pourcentage du PIB, la France se positionne en vingt-septième place, ayant promis 0,07 % de son PIB, juste après la Grèce (0,09 %). L’aide offerte par la France est en déclin constant depuis le début de l’invasion russe en Ukraine – la France se trouvait en vingt-quatrième position en avril 2023, et en treizième au cours de l’été 2022.

Qu’en est-il des tensions à la frontière entre l’Ukraine et la Pologne ?

Depuis quelques temps, l’Ukraine et la Pologne connaissent des difficultés relationnelles. Le point de tension majeur est le transit des graines qui viennent d’Ukraine. Pour faciliter le déplacement et la vente des produits agricoles ukrainiens sans tarif douanier vers l’Afrique et le Moyen-Orient, l’Union européenne avait instauré des « couloirs de solidarité » au printemps 2022. Cependant, la moitié des grains ukrainiens sont transportés ou terminent leur voyage au sein de l’UE, d’après la Fondation Farm, un groupe de réflexion sur les problèmes agricoles internationaux. Ces grains ont un coût beaucoup moins élevé que le blé produit au sein de l’UE, surtout dans les pays d’Europe centrale.

Insistant que ces grains déstabilisent le marché local et donc les revenus des agriculteurs, l’importation des grains a été bloquée unilatéralement par la Pologne, la Slovaquie, la Bulgarie, la Hongrie et la Roumanie en avril 2023. Pourtant, l’UE a approuvé cette décision à la condition que cela ne stoppe pas le transit vers d’autres pays et que cela dure seulement quatre mois. Comme le problème central n’a pas été résolu, la Pologne a décidé de garder sa frontière fermée aux grains ukrainiens à la fin de l’été. Pourtant, selon l’UE, il n’y avait plus de raison de maintenir l’embargo car ses investigations ont indiqué que « il n’y avait plus de déstabilisation des marchés nationaux pour les grains ».

Des agriculteurs en Pologne ont mis en place un blocage à la frontière ukrainienne pour stopper l’entrée de camions ukrainiens sur leur sol national. Leur demande est simple : un embargo total sur les produits ukrainiens, agricoles et alimentaires. Ils se plaignent notamment d’une augmentation significative de leurs coûts de production à cause de la saturation des silos et entrepôts, alors que les prix sont au plus bas. Le dirigeant ukrainien constatait en début d’année 2024 que ce blocus à la frontière polonaise est un signe de « l’affaiblissement de la solidarité » envers l’Ukraine et a donc demandé à entamer des discussions avec la Pologne. « Seul Moscou se réjouit » de ce conflit, assurait-il, condamnant « l’émergence de slogans clairement pro-Poutine ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1424
Actualité

Campagne contre l’AfD allemand intensifie

21 juin 2024
La question de savoir si le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD) doit être interdit a été soulevée depuis longtemps. Cependant, les élections européennes ont ravivé cette question. L'AfD…
example 1423
Actualité

Sheinbaum forme gouvernement, rassure marchés mexicains

21 juin 2024
La présidente élue du Mexique, Claudia Sheinbaum, qui assumera ses responsabilités le premier du mois d'octobre, a dévoilé jeudi 20 juin les six premiers noms qui composeront son cabinet. Trois…