×
google news

« JO 2024: Questions pratiques déplacements Paris »

Même si les Jeux Olympiques de Paris n’ouvrent leurs portes qu’en juillet, la préparation de l’événement entrave déjà la circulation dans le centre de la ville. Dès le 17 mai, à Concorde, la ligne 12 ne fait plus halte à la station, et la circulation des véhicules est suspendue dans certaines zones de la place, sur le pont Alexandre-III et l’avenue Gallieni, jusqu’à la fin de septembre. Cette interruption n’est que le début d’une série de restrictions.

Des zones interdites à la circulation des piétons ou des voitures, des stations de métro fermées, des services de bus perturbés… Ces désagréments principalement observés durant l’événement, du 26 juillet au 12 août, peuvent toutefois s’étendre tout l’été, dès les préparations en amont de la cérémonie d’ouverture et jusqu’à la fin des épreuves paralympiques, organisées du 28 août au 8 septembre.

Ces restrictions affectent non seulement les touristes et les résidents de Paris, mais également quiconque doit se déplacer dans la ville, quel que soit le motif. Vous trouverez ci-dessous une liste de questions pratiques, avec une fonction de recherche. Veuillez noter que certaines de ces données peuvent être susceptibles de changer.

Foire aux questions sur les déplacements lors des JO 2024 à Paris

Combien de zones distinctes seront établies pour les Jeux Olympiques à Paris ?
Il y a trois types de zones identifiés par la préfecture de police de Paris : le bleu, qui est le moins restrictif, le rouge, d’un niveau moyen de restriction, et le gris, le plus sévère. Des règles spécifiques ont été fixées en fonction de votre statut (travailleur, résident, spectateur avec billet) ou votre mode de transport (à pied, à vélo ou véhiculé).

Qu’est-ce que la zone bleue précisément ?

Le périmètre bleu, qui est le plus grand, entoure chaque lieu olympique sur de longues distances, parfois des centaines de mètres, dans l’intention de limiter le trafic des véhicules motorisés. Pour y accéder en voiture ou en moto, une preuve écrite « en format libre » sera nécessaire, ce qui diffère du QR code disponible sur le site « Pass jeux ». Des vérifications policières peuvent être faites dans cette zone pour confirmer le motif mentionné. Pour les piétons, les cyclistes et les utilisateurs de trottinettes, électriques ou non, l’entrée dans ce domaine est illimitée.

Que signifie le périmètre rouge?
Le périmètre rouge, plus petit que le bleu, vise à « minimiser le risque de terrorisme » et à « assurer la sécurité des mouvements du public entrant et sortant d’un site ainsi que des résidents locaux », selon le commissariat de police. L’accès à pied, à vélo ou en trottinette est autorisé, comme dans la zone bleue, mais pour y entrer avec un véhicule motorisé, il faut présenter un laissez-passer numérique avec un QR code. La demande doit être faite à l’avance sur le site dédié en fournissant les documents nécessaires.

Que signifie le périmètre gris?

En référence à la loi de 2017 sur la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme, un périmètre de sécurité, appelé « SILT », sera mis en place autour des différentes zones où se dérouleront la cérémonie d’ouverture et diverses épreuves olympiques. À ces endroits précis, les forces de l’ordre effectueront des fouilles et des palpations. L’accès ne sera permis qu’aux détenteurs de billets, aux personnes agrées par le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques (COJOP) ou aux individus possédant un laissez-passer numérique (pour les personnes de plus de 13 ans). Seuls les véhicules ayant reçu une autorisation spéciale auront le droit de franchir ce périmètre de sécurité.

Quand ces mesures de sécurité seront-elles en vigueur? Des périmètres de sécurité seront érigés autour des lieux proches de la Seine dès la semaine précédant l’ouverture des jeux, soit à partir du 18 juillet. En fonction des directives du ministère des transports, pour les autres sites olympiques, la mise en place des périmètres de sécurité se fera deux heures et demie avant la première épreuve du jour et leur levée une heure après la fin de la dernière compétition.

Pour les épreuves de route tels que le cyclisme, le triathlon et le marathon, les mesures de sécurité seront mise en place trois heures avant le commencement des courses et seront levées quinze minutes après le passage du dernier participant.

Néanmoins, en dehors de ces créneaux, la circulation, même en voiture, sera autorisée dans ces zones. La question de l’accès aux périmètres de sécurité pour assister à la cérémonie d’ouverture et aux épreuves de route reste cependant ouverte.

Pour la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques qui se tiendra le 26 juillet, et pour les autres épreuves telles que le cyclisme et la course à pied, qui s’étendront à travers toute l’Ile-de-France, un accès sera ouvert aux individus se déplaçant à pied, en vélo ou en trottinette, y compris électrique. Cela comprend les zones marquées en bleu et rouge, et vous n’avez pas besoin d’un ticket d’entrée pour y accéder. Par contre, l’entrée aux zones marquées en gris nécessite un permis spécial.

La question qui se pose alors est de savoir comment obtenir ce permis ? Une plateforme numérique a été mise à disposition dès le lundi 13 mai pour demander un « Pass jeux », un autorisation de déplacement numérique avec un code QR. Selon votre situation, divers documents justificatifs peuvent vous être demandés, comme une pièce d’identité, une preuve de résidence, ou même une lettre de votre employeur. En outre, pour accéder aux zones grises ou SILT, une enquête administrative, qui peut durer quelques jours, sera effectuée par les autorités aux fins de vérification de l’intégrité, incluant un contrôle du casier judiciaire. Une fois que votre demande est approuvée, un code QR vous sera fourni. Cela vous permettra de circuler dans la zone rouge avec un véhicule à moteur ou dans la zone SILT.

Mais qu’en est-il des habitants et travailleurs qui veulent circuler en voiture dans ces zones ? Les résidents et travailleurs qui ont besoin d’accéder aux périmètres de sécurité pourront le faire avec leur voiture, à condition d’avoir un permis. Une simple attestation suffit pour le périmètre bleu, tandis qu’une inscription préalable sur la plate-forme dédiée est nécessaire pour les zones rouges et grises, avec fourniture de divers documents justificatifs (identité, domicile, etc.). De plus, ceux qui doivent travailler dans ces zones devront prouver qu’il n’y a pas d’alternatives autres que l’usage de la voiture et qu’ils disposent d’un parking professionnel.

Est-ce que les visiteurs pourront se rendre aux hôtels en voiture dans les zones sécurisées ?
Comme les habitants locaux et les employés, ceux qui séjournent dans les hôtels devront montrer un permis pour entrer dans les zones sécurisées avec leur véhicule. L’hôtel doit être équipé d’un parking qui n’est pas sur la voie publique. Pour obtenir un code QR, ils devront fournir un document d’identité des passagers et une preuve de la place de parking de l’hôtel sur la plateforme dédiée.
Les taxis et les VTC pourront-ils prendre ou déposer leurs passagers dans les zones sécurisées ?
Un taxi ou un chauffeur VTC peut prendre ou déposer un client dans les zones de sécurité bleue ou rouge. Dans la zone grise, cela n’est possible que pour les personnes handicapées. Ces derniers devront obtenir un permis avec un code QR en fournissant divers documents : un document d’identité, une preuve de résidence ou une attestation d’employeur, et une carte d’inclusion de la mobilité (CMI) ou une carte d’handicap européenne.
Pour venir chercher un client, le chauffeur doit présenter une preuve de réservation.
Les livreurs pourront-ils se déplacer dans les zones sécurisées ?
Si ils sont à vélo, les livreurs peuvent se déplacer librement dans les zones bleues et rouges.
En véhicule à moteur, les livraisons dans les zones bleues ne seront possibles que si la personne peut prouver qu’elle a besoin de recevoir un paquet. Dans la zone rouge, seuls les véhicules utilisés pour approvisionner les magasins et les centres médicaux seront autorisés à circuler, avec un permis.
Les véhicules de déménagement auront-ils accès aux zones sécurisées ?

Dans le cadre d’un déménagement, les véhicules concernés seront autorisés à circuler dans les zones colorées en bleu et rouge, à condition de présentation d’un permis d’accès. Ce permis n’est alloué qu’après preuve de nécessité impérative du déménagement, justificatif de domicile, facture de location du véhicule pour un individu ou une certification professionnelle pour un déménageur.

Qu’en est-il des règles d’accès aux différentes zones pour le public handicapé ?
Les particuliers souffrant de handicaps auront la possibilité de se déplacer ou d’être conduits dans les zones sécurisées (bleues, rouges et grises) munis d’un laissez-passer. Pour accéder à la zone grise, il est impératif de résider ou travailler à l’intérieur. L’obtention du QR code nécessite un justificatif d’identité, la carte grise du véhicule, une preuve de mission et une carte d’inclusion de mobilité (CMI) ou une carte d’invalidité européenne.

Les bus touristiques pourront-ils avoir accès aux zones sécurisées ?
Seule la zone bleue sera accessible aux autocars touristiques et aux bus de voyage.

Comment seront les tarifs des bus, du métro et du RER pendant les Jeux olympiques et paralympiques ?
L’idée de transports publics gratuits lors des Jeux Olympiques a été abandonnée. Au lieu de cela, entre le 20 juillet et le 8 septembre, le prix du ticket T+ individuel, valable pour le métro, le bus, le tramway et le RER à Paris (zones 1-2), passera de 2,15 euros à 4 euros. Cette augmentation a été endossée par la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, pour éviter la surcharge des guichets de vente pendant cette période.
Tandis que les billets achetés à bord des bus verront leur prix habituel de 2,50 euros augmenter à 5 euros.

Pendant les dates spécifiques, le ticket Paris 2024 offrira un transport illimité sur le réseau pour le coût de 16 euros par jour. Les tarifs sont dégressifs selon la durée – pour une semaine, le prix s’élève à 70 euros, plus de deux fois le prix d’une carte Navigo hebdomadaire normale qui coûte 30,75 euros. Cependant, il n’y a pas de modifications pour les titulaires d’abonnements Navigo annuels, mensuels, Senior, Améthyste ou Imagin’R.

Pendant les Jeux Olympiques, le ticket hebdomadaire sera à peu près égal au coût d’un Navigo mensuel. Environ vingt stations de métro seront troublées pendant les Jeux Olympiques et Paralympiques, principalement concentrées autour du centre de Paris, entre le jardin des Tuileries et les Champs-Élysées, où se situeront de nombreux sites olympiques.

Selon le site « Anticiper les Jeux », les lignes de transport public qui seront le plus sollicitées desserviront les grands sites de compétition, comme les lignes de métro 5, 6, 7, 8, 9, 10, 12, 13 et 14, les trams T3a et T3b, les trains ligne J, L, N, P et U et les RER B, C et D. Les voyageurs de la région parisienne sont conseillés d’éviter ces zones, d’ajuster leurs horaires et itinéraires, ou de privilégier d’autres modes de transport comme la marche ou le vélo.

Quelles seront les stations de métro fermées avant et pendant les Jeux Olympiques ?

Avant le coup d’envoi des jeux le 26 juillet, dix-sept stations de métro seront hors service. À partir du 17 mai, la station Concorde ne sera plus desservie par la ligne 12 et sera totalement inaccessible du 17 juin au 21 septembre, tout comme la station Tuileries de la ligne 1. Du 1er juillet au 22 septembre, la station Champs-Elysées-Clemenceau sera également hors d’accès.

D’autres stations comme Alma-Marceau (ligne 9), Iéna (9), Trocadéro (6 et 9), Passy (6), Quai de la Rapée (5), Cité (4) et Javel (10), seront interdites d’accès entre le 18 juillet et le jour de la cérémonie d’ouverture, le 26 juillet.

Quatre autres stations, à savoir Châtelet, Pont-Marie, Pont-Neuf, et Sully-Morland sur la ligne 7, seront également fermées du 18 au 26 juillet. Même en ce qui concerne la ligne 11, l’arrêt Châtelet ne sera pas desservi.

Durant les Jeux olympiques et paralympiques, les stations Tuileries (lignes 1, 8 et 12), Concorde (1), et Champs-Elysée-Clemenceau (1 et 13), localisées au centre et à l’ouest de Paris, seront les seules à être totalement fermées. Ces stations seront remises en service le 22 septembre.

Des fermetures partielles toucheront plusieurs stations sur les lignes 7, 9 et 10. Entre fin juillet et mi-août, les stations Pont-Marie (7), Exelmans (9), Michel-Ange-Auteuil (9 et 10), Michel-Ange-Molitor (9 et 10), Boulogne-Jean-Jaurès (10) et Boulogne-Pont de Saint-Cloud (10) seront inaccessibles à certains moments.

Il ne sera pas envisageable d’effectuer des changements de ligne à partir des stations de métro qui demeurent fermées au public. Il faudra donc opter pour un parcours différent pour arriver à votre destination. L’application Transport public Paris 2024, mis en place par la région Ile-de-France, devrait aider les voyageurs à trouver la meilleure solution alternative.

Pour contourner les stations saturées ou fermées, l’application mobile Transport public Paris 2024 propose des trajets alternatifs et les plus rapides. Elle devrait également pouvoir indiquer la répartition des voyageurs en temps réel à Paris, selon la région Ile-de-France.

Pour visualiser l’impact des Jeux olympiques et paralympiques sur la circulation en transports en commun, le ministère des transports a conçu une carte interactive. En indiquant une date et une heure précises, le site « Anticiper les Jeux » révèle les lignes et arrêts de métro, tramway et RER à éviter ou favoriser.

Quant aux lignes de tramway qui seront fermées lors des Jeux olympiques et paralympiques, trois d’entre elles seront touchées par les compétitions.

Dans le texte original, il est mentionné que la ligne T2 du tramway dans le sud-ouest de Paris, près du Parc des expositions olympiques, n’offrira pas de services aux arrêts Porte de Versailles et Porte d’Issy du 25 juillet au 11 août puis du 29 août au 7 septembre. De même pour le tramway T3a qui ne s’arrêtera pas non plus à la Porte de Versailles pendant la même période. Quant au tramway T3b, il ne s’arrêtera pas à l’arrêt Colette Besson du 27 juillet au 10 août et du 29 août au 8 septembre.

Devant la mise en place des infrastructures pour les Jeux olympiques et paralympiques, de nombreuses lignes de bus ont déjà été déviées depuis le mois de mars autour du Champ-de-Mars, de la place du Trocadéro, des Invalides et du Grand Palais. Un ajout de quinze autres lignes qui modifieront leurs trajets pour les mêmes raisons est prévu pour les mois de mai et juin.

La RATP a également spécifié que durant cet été et lors des Jeux olympiques et paralympiques, près de 80 lignes seraient affectées. Les détails concernant ces lignes ne sont pas encore disponibles mais seront partagés ultérieurement, confirme l’organisme de gestion des transports.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1683
Actualité

« Bardella rompt avec 40 ans politiques scolaires »

25 juin 2024
Le Premier Ministre Gabriel Attal a exercé un "sursaut d'autorité" à l'école le 18 avril, tandis que Jordan Bardella propose une révolution majeure pour garantir le respect de l'autorité, un…
example 1682
Actualité

Retour à la vie des captifs à Sheba

25 juin 2024
D'après les souvenirs d'Aviram Meir, le samedi 8 juin fut un jour de contradictions aiguës. Tout semblait s'entrelacer de manière chaotique : naissance et décès, euphorie et chagrin, triomphe et…
example 1679
Actualité

« Assange conclut un accord de plaider-coupable »

25 juin 2024
Selon des documents judiciaires dévoilés du lundi 24 au mardi 25 juin, Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, a passé un accord de plaider coupable avec le gouvernement américain qui…