×
google news

« SOS Homophobie alerte sur parole LGBTIphobe »

SOS Homophobie a souligné dans son rapport annuel la prévalence inquiétante de la haine envers les personnes LGBTI dans divers domaines, y compris la famille, le lieu de travail et les médias sociaux. Présenté le 15 mai, le rapport a détaillé 2 377 cas de discrimination envers les LGBTI en France en 2023, une augmentation par rapport à l’année précédente. Ces chiffres sont basés sur les 2 085 témoignages recueillis par l’association via diverses plateformes, dont une ligne d’écoute, un chat et un formulaire en ligne.

A l’occasion de son 30e anniversaire, l’association a exprimé son inquiétude face à une dégradation de l’environnement pour les personnes LGBTI et une augmentation du discours de haine. La présidente de SOS Homophobie, Julia Torlet, dit que malgré certaines améliorations, notamment sur le plan législatif, il y a une tendance inquiétante vers des positions plus conservatrices. Elle craint que « des feux de haine, parfois masqués par des arguments intellectuels, ne soient prêts à s’enflammer ».

Il faut cependant noter que l’association, qui publie ce rapport chaque année, ne prétend pas recenser tous les actes contre les personnes LGBTI. En parcourant les 178 pages du document, on peut cependant se faire une idée de la violence endurée par les personnes qui ont contacté l’association. Le rapport illustre aussi la diversité des discriminations et souligne l’existence de ce qu’ils appellent un « harcèlement ciblé ».

L’histoire raconte Karl et Marco, qui ont été attaqués en public par un groupe de jeunes portant une matraque, et leur voiture a été vandalisée lorsqu’ils ont cherché abri en elle. Malgré l’arrestation des auteurs de l’acte, l’homophobie n’a pas été reconnue comme motif de l’attaque lors du procès. Un autre exemple est Joséphine, 16 ans, qui est soumise à des mesures disciplinaires sévères, comme l’interdiction de sortir, la privation de téléphone et de carte bancaire, après que ses parents ont appris son orientation sexuelle. Il y a aussi l’histoire d’Adam, qui a été la cible de harcèlement en ligne après avoir partagé une vidéo de lui et son partenaire, qui a été retransmise et moquée, notamment par un membre du Rassemblement national.

SOS Homophobie, lors de ses trente années d’existence, a constaté une augmentation des discours haineux en ligne. Alors qu’auparavant, internet pouvait être perçu comme un espace sûr pour les personnes LGBTI, il est maintenant utilisé pour diffuser des messages LGBTIphobes et est devenu une extension du harcèlement et des discriminations vécues dans le monde réel », lit-on. En 2023, la haine en ligne est le contexte le plus fréquemment rapporté parmi les LGBTIphobies signalées à l’association. Cette dernière dénonce le « harcèlement ciblé » visant les jeunes LGBTI. Le manque de modération dans de nombreux espaces numériques (le réseau social X est cité comme exemple) alimente un « conspirationnisme réactionnaire », ayant parfois de graves conséquences.

Il reste 46,78% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1284
Actualité

Crise climatique: Jugement historique tribunal maritime

21 mai 2024
La crise climatique impactant les petites îles a été reconnue, marquant une avancée significative dans la lutte contre le réchauffement climatique et la préservation des océans. La juridiction internationale du…
example 1283
Actualité

Justice grecque acquitte neuf Égyptiens naufragés

21 mai 2024
"L’annonce de la libération a été accueillie avec enthousiasme dans la salle d'audience du tribunal de Kalamata, au sud de la Grèce. Neuf égyptiens étaient jugés le mardi 21 mai…
example 1282
Actualité

« Festival de Journalisme à Couthures-sur-Garonne »

21 mai 2024
Êtes-vous au courant du P’tit Monde ? Si non, vous n'avez probablement jamais assisté au Festival international de journalisme qui a lieu chaque été pendant trois jours à Couthures-sur-Garonne, un…