×
google news

« Guerre Israël-Hamas: Attaque terrestre, catastrophe humanitaire »

Benyamin Nétanyahou, le premier ministre israélien, a déclaré fermement le jeudi 9 mai que même si Israël doit « se battre seul », il le fera après que les États-Unis ont menacé de suspendre les livraisons d’armes à leur allié de longue date. De plus, Antony Blinken a réitéré l’opposition de Washington aux déplacements forcés de Palestiniens à Gaza en raison de la possible offensive militaire d’Israël à Rafah, au sud de la bande de Gaza, lors d’un appel téléphonique avec son homologue égyptien.

De son côté, l’Egypte, par le biais de son ministère des affaires étrangères, a appelé le Hamas et Israël à montrer plus de « flexibilité » pour parvenir rapidement à une trêve à Gaza, qui serait associée à la libération d’otages.

Cependant, la situation à Gaza devient de plus en plus critique, comme l’a souligné l’ONU. Israël ayant fermé les principaux points d’accès à la bande de Gaza, l’aide, y compris l’approvisionnement en carburant, est pratiquement paralysée, rendant les opérations humanitaires presque impossibles.

L’UNRWA, l’organisme des nations unies pour les réfugiés palestiniens a dû fermer son siège à Jérusalem-Est suite à une tentative d’incendie. Le commissaire général de l’UNRWA, Philippe Lazzarini, a annoncé cette décision jeudi, affirmant le besoin de sécuriser les lieux. L’incident a eu lieu alors que le personnel UNRWA et d’autres entités de l’ONU étaient dans les locaux.

Du côté israélien, trois soldats ont été blessés à Rafah, une région sud de la bande de Gaza, où ils ont conduit des missions depuis mardi.

Par ailleurs, le Hezbollah a lancé des attaques vers le nord d’Israël en représailles à la mort de quatre de ses militants lors d’une frappe israélienne proche de la frontière à Bafliyeh.

Selon le chef de l’ONU, une attaque terrestre à Rafah par Israël pourrait conduire à une catastrophe humanitaire massive. Plus de 110 000 individus ont déjà quitté Rafah depuis l’avancement de l’armée israélienne d’après les informations provenant de l’ONU.

Enfin, le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a insisté sur le fait qu’Israël continuera à se battre, même de manière autonome. Cette affirmation a été faite le 9 mai, au lendemain des avertissements américains de suspendre les livraisons d’armes à Israël.

Antony Blinken a récemment confirmé l’opposition de Washington à tout mouvement forcé de Palestiniens à Gaza, en particulier face à la menace d’une attaque militaire massive d’Israël à Rafah, située au sud de Gaza. Il a fait cette déclaration lors d’un appel téléphonique avec son homologue égyptien.

L’Égypte a exhorté le Hamas et Israël à démontrer de la « flexibilité » pour arriver à une trêve à Gaza le plus rapidement possible. Cette trêve serait en relation avec la libération des otages, comme l’a mentionné le ministère égyptien des Affaires étrangères dans un communiqué.

Lors d’une mise en garde de l’ONU, il a été révélé que l’aide à Gaza est « complètement paralysée ». La fermeture par Israël des points de passage clés vers Gaza a bloqué les canaux principaux d’acheminement de l’aide, notamment le carburant, rendant ainsi les opérations humanitaires quasi irréalisables.

Après une tentative d’incendie, l’UNRWA a fermé son siège à Jérusalem-Est jusqu’à ce que la sécurité soit rétablie. Selon Philippe Lazzarini, le commissaire général de l’UNRWA, des Israéliens ont incendié deux fois le périmètre du Siège de l’UNRWA dans une Jérusalem-Est occupée alors que le personnel de l’UNRWA et d’autres agences de l’ONU y étaient présents.

Israël a déclaré que trois de ses militaires ont subi des blessures suite à un « tunnel piégé » à Rafah, une zone située au sud de la bande de Gaza, où les forces israéliennes ont effectué des incursions depuis mardi. En réponse à la mort de ses quatre combattants due à une attaque israélienne sur une voiture à Bafliyeh près de la frontière israélienne, le Hezbollah a lancé une offensive contre le nord d’Israël, d’après une source sécuritaire.

En ce qui concerne la situation du jeudi 9 mai à 20 heures, les délégations du Hamas et d’Israël ont quitté Le Caire. « La médiation de l’Egypte, des États-Unis et le Qatar se poursuit afin de rapprocher les points de vue des deux parties », tel que rapporté par Al-Qahera News, citant une source égyptienne haut placée.

Izzat Al-Risheq, membre du bureau politique du Hamas, a révélé que les opérations israéliennes à Rafah sont destinées « à entraver les efforts des médiateurs » au Caire. Il a réitéré la volonté du Hamas d’accepter la proposition soumise par les médiateurs. Le président américain, Joe Biden a averti qu’il refuserait de fournir certaines armes à Israël en cas d’offensive majeure contre Rafah, situé dans le sud de la bande de Gaza. Cette menace a été jugée « difficile et très décevante » par l’ambassadeur d’Israël à l’ONU jeudi.

Le ministre de la défense israélien, Yoav Gallant a une fois de plus affirmé : « Nous frapperons le Hamas, nous frapperons le Hezbollah et nous obtiendrons la sécurité », ce qui semble être une réponse implicite à Joe Biden.

En réponse à la mort de quatre de leurs combattants dans une attaque israélienne sur un véhicule près de la frontière israélienne, le Hezbollah a lancé des bombardements sur le nord d’Israël, selon une source sécuritaire. Par ailleurs, un bateau américain transportant de l’aide pour Gaza a quitté Chypre. Les secours humanitaires provenant du Royaume-Uni, de Chypre et des États-Unis seront transportés sur un appontement temporaire construit par les États-Unis au large de la bande de Gaza avant d’être acheminés vers le territoire palestinien.

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a exprimé vendredi son inquiétude sur une potentielle attaque terrestre par l’armée israélienne à Rafah, à la suite de l’échec des pourparlers de cessez-le-feu au Caire entre les négociateurs israéliens et du Hamas. Guterres a averti qu’une telle attaque pourrait entraîner une « catastrophe humanitaire colossale ».

En outre, des tirs d’artillerie sur Rafah, la dernière ville du sud de Gaza avant la frontière égyptienne et qui abrite près de 1.4 million de Palestiniens, ont été signalés tôt vendredi par des correspondants de l’Agence France-Presse. Des rapports ont également fait état de frappes aériennes et de combats dans le nord de Gaza. L’armée israélienne a indiqué qu’elle continue son « opération antiterroriste de précision » dans certaines régions de l’est de Rafah, en éliminant « des cellules terroristes lors de combats rapprochés et de frappes aériennes du côté gazaoui du passage frontalier ».

L’Allemagne a exprimé vendredi sa réprobation face à « l’intensification des protestations violentes » contre l’UNRWA à Jérusalem-Est, en demandant à Israël de « garantir la sécurité » de l’agence, suite à la tentative de mise à feu de ses locaux par des manifestants israéliens jeudi dernier. Le Ministère allemand des Affaires étrangères a déclaré sur le réseau social X que, « Nous réprouvons l’intensification des protestations violentes contre l’UNRWA à Jérusalem-Est. Israël se doit de veiller à la sécurité des infrastructures et du personnel de l’ONU dans les territoires palestiniens occupés. L’ONU doit être capable de mener à bien son mandat essentiel à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est ».

L’UNRWA a informé jeudi qu’ils avaient dû fermer leurs bureaux de Jérusalem-Est suite à la tentative d’incendie par des « extrémistes israéliens » qui protestaient devant le bâtiment et avaient « incendié » certaines zones extérieures de l’enceinte. Ces bureaux abritent une station-service utilisée par les véhicules de l’agence des Nations Unies.

Suite à la prise de contrôle du terminal de Rafah par Israël, la majeure partie de l’aide humanitaire à destination de Gaza est bloquée. Les activités humanitaires à Gaza sont au point mort alors que Israël prétend avoir rouvert le point de passage voisin de Kerem Shalom, sur son propre territoire. Ils affirment que des camions y sont passés sans toutefois fournir de chiffres précis.

L’Organisation des Nations Unies (ONU) a exprimé sa déception face à l’incapacité d’accéder à son principal entrepôt de nourriture pour la distribution à Gaza. Andrea De Domenico, le leader du bureau de coordination des affaires humanitaires, a critiqué l’état de la situation. Selon elle, c’est absurde que les Israéliens bombardent la zone est de Rafah et en même temps, ils s’attendent à ce que l’ONU récupère du carburant et des produits de première nécessité.

Selon un article de Louis Imbert, correspondant à Jérusalem, environ 30 000 personnes quittent Rafah quotidiennement d’après l’estimation de l’Organisation des Nations Unies. C’est ce qu’a déclaré Georgios Petropoulos, responsable du bureau des affaires humanitaires de l’ONU pour Gaza. Il a également souligné que la majorité de ces personnes avaient déjà dû se déplacer plusieurs fois depuis le début du conflit entre Israël et le Hamas à Gaza.

Certains se sont dirigés vers Khan Younès, une ville en ruine située à quelques kilomètres au nord, pendant que d’autres s’interrogent sur leur prochaine destination dans ce territoire palestinien surpeuplé.

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) a déclaré qu’environ 110 000 Gazaouis ont quitté Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. « Avec l’intensification des bombardements des forces israéliennes à Rafah, les déplacements de population continuent », telle était la déclaration de l’agence sur un réseau social X.

La vie dans la bande de Gaza est insoutenable et dangereuse, d’après l’UNRWA, qui appelle à un cessez-le-feu immédiat. Les régimes arabes ont exprimé leur dégoût face à l’offensive impulsée par l’Etat hébreu dans la ville de Rafah le lundi 6 mai. Ces derniers jugent que cette attaque, qui a impacté la vie de 1,4 million de personnes à Gaza, est une ligne qui ne devait pas être traversée. Ils craignent qu’une crise humanitaire supplémentaire puisse nuire à leur réputation au sein de leur propre public et compliquer la mise en place d’un plan pour l’avenir.

Cependant, il existe de grandes divergences entre les nations arabes et les États-Unis. Le gouvernement américain est lié par le refus d’Israël de considérer autre chose qu’une occupation militaire de Gaza.

L’analyse de la situation est fournie par Philippe Ricard et Hélène Sallon, correspondante à Beyrouth, dans l’article ci-dessous.

En ce qui concerne la situation du vendredi 10 mai, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, insiste sur le fait qu’Israël continuera à combattre, même seul. Suite aux menaces américaines de suspendre les livraisons d’armes à Israël, Netanyahu, dans un communiqué de son bureau, affirme que si Israël doit se « battre seul », il le fera.

Antony Blinken, dans une conversation téléphonique avec son homologue égyptien, a maintenu la position de rejet exprimée par les États-Unis envers toute tentative de déplacement forcé des Palestiniens à Gaza, dans le contexte potentiel d’une attaque majeure de l’armée israélienne à Rafah, située dans la partie sud de Gaza. Par ailleurs, l’Égypte a encouragé Israël et le Hamas à faire preuve de souplesse dans leur approche pour parvenir à un cessez-le-feu rapide à Gaza, tout en facilitant la libération des otages, comme l’indique une déclaration du ministère égyptien des affaires étrangères.

D’autre côté, l’aide à Gaza est pratiquement bloquée, comme l’a souligné un haut responsable des Nations Unies. La fermeture par Israël des passages stratégiques vers la bande de Gaza a perturbé l’acheminement de l’aide principale, notamment le carburant, rendant les interventions humanitaires presque impossibles.

En outre, suite à une tentative d’incendie, l’UNRWA a décidé de fermer son siège à Jérusalem-Est jusqu’à ce que la sécurité soit rétablie. Philippe Lazzarini, le commissaire général de l’UNRWA, a révélé que des Israéliens ont essayé par deux fois de mettre le feu à l’enceinte du siège de l’UNRWA situé dans le Jérusalem-Est occupée alors que le personnel de l’UNRWA et d’autres membres des agences de l’ONU étaient à l’intérieur.

Selon une annonce d’Israël, trois de leurs militaires ont été blessés dans un « piège souterrain » à Rafah, une ville située dans le sud de la bande de Gaza. Des incursions israéliennes sont en cours dans la région depuis mardi. En représailles à la mort d’attaquants, le Hezbollah a lancé des bombardements sur le nord d’Israël. Auparavant, une attaque israélienne avait tué quatre membres du Hezbollah dans une voiture à Bafliyeh, près de la frontière israélienne, selon une source de la sécurité.

L’Egypte a exhorté le Hamas et Israël à se montrer « flexibles » pour instaurer un cessez-le-feu à Gaza le plus rapidement possible, en relation avec la libération de captifs, selon un communiqué du ministère égyptien des affaires étrangères. Au cours d’un appel téléphonique avec Antony Blinken, le secrétaire d’Etat américain, le chef de la diplomatie égyptienne, Sameh Choukri, a insisté sur « l’importance d’encourager les parties à être flexibles et à faire tout ce qui est nécessaire pour parvenir à un accord de cessez-le-feu, afin de mettre fin à la tragédie humanitaire » à Gaza, a déclaré le ministère.

Antony Blinken a réitéré l’opposition de Washington à tout déplacement forcé de Palestiniens à Gaza, suite à la menace d’une importante offensive militaire d’Israël à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. Blinken a fait cette déclaration lors d’un appel téléphonique avec son homologue égyptien, le jeudi 9 mai.

Matthew Miller, le porte-parole du secrétaire d’Etat américain, a déclaré que les États-Unis, sous l’administration de Joe Biden, ne soutiennent pas une possible offensive militaire massive à Rafah et s’opposent à tout déplacement forcé de Palestiniens de Gaza. Lors d’un appel téléphonique avec Sameh Choukri, le ministre égyptien des affaires étrangères, M. Blinken a réitéré cet accord.

De plus, Blinken a exprimé le soutien des États-Unis pour la réouverture du point de passage à Rafah et la continuation de l’aide humanitaire à Gaza. Cela survient à un moment où l’armée israélienne a lancé des frappes aériennes contre la bande de Gaza et déployé des chars à Rafah, contrôlant le passage frontalier avec l’Égypte et bloquant l’entrée principale pour les convois humanitaires vers la Palestine.

Blinken a également exprimé sa gratitude envers l’Égypte pour son rôle de médiateur dans les négociations pour un cessez-le-feu en échange de libération d’otages détenus par le Hamas. Cependant, malgré des efforts soutenus avec l’implication du directeur de la CIA, William Burns, qui rentre aux États-Unis ce vendredi, les parties n’ont pas réussi à résoudre leurs différences. Malgré cela, un porte-parole de la Maison Blanche, John Kirby, affirme que les États-Unis n’ont pas perdu espoir d’un accord.

L’armée d’Israël a fait savoir que trois soldats ont subi des blessures légères suite à un « tunnel piégé » sur l’agglomération de Rafah située au sud de Gaza, où des incursions israéliennes sont en cours depuis mardi. Les soldats blessés ont été évacués pour recevoir des soins, d’après le rapport communiqué.

Le Premier ministre Benyamin Netanyahu a exprimé jeudi, via une vidéo, son soutien à Eden Golan, représentante israélienne lors du télé-crochet de l’Eurovision. Netanyahu a souhaité bonne chance à la candidate, louant son courage face à la vague montante de l’antisémitisme, tout en lui assurant, qu’elle a déjà gagné.

L’UNRWA, l’agence onusienne s’occupant des réfugiés palestiniens, a révélé jeudi soir sur X, qu’elle a fermé provisoirement son siège à Jérusalem-Est après qu’une tentative d’incendie fut commise par des Israéliens. Cela s’est produit pendant que des employés de l’organisation y étaient présents. Le QG restera fermé jusqu’au rétablissement de la sécurité, a expliqué Philippe Lazzarini.

Dans un récent débat, il a été évoqué un « deuxième épisode répréhensible en moins d’une semaine » perpétré, à son avis, par des « fanatiques ». Ce fait a mis gravement en péril la vie des fonctionnaires de l’ONU. Malgré l’absence de victimes parmi le personnel, le feu a infligé des dommages considérables aux lieux extérieurs, selon le communiqué. Comme force occupante, la responsabilité de protéger les employés et les installations de l’ONU revient à l’État israélien, rappelle-t-on.

À Gaza, l’aide humanitaire est « totalement stagnante », prévient l’ONU. Selon un haut fonctionnaire de l’ONU interrogé par l’Agence France-Presse, la fermeture des points de passage vitaux vers la bande de Gaza, notamment par Israël, a interrompu le principal canal d’acheminement de l’aide, en particulier de carburant, rendant les interventions humanitaires pratiquement inenvisageables.

Bien qu’Israel prétende avoir rouvert Kerem Shalom mercredi, Andrea De Domenico, qui dirige le bureau de l’agence humanitaire de l’ONU (OCHA) dans les régions palestiniennes occupées, soutient que la distribution de l’aide reste « extrêmement compliquée ». « C’est absurde » selon De Domenico : les israéliens « déploient des chars partout, des troupes au sol, bombardent la région à l’est de Rafah, et ils s’attendent à ce que nous allions collecter du carburant ou des fournitures essentielles » dans ces zones de conflit ? « Ils savent pertinemment que nous ne pouvons pas y aller », conclut M. De Domenico.

L’accès à Gaza par le point de passage de Rafah est bloqué, ce qui interrompt toutes les livraisons de carburant à la région. M. De Domenico a souligné qu’il n’y a pas de réserves de carburant à Gaza, ce qui met un terme à toute activité et perturbe grandement les opérations humanitaires.

Le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a déclaré que si Israël était contraint de se battre « seul », alors il le ferait. Cette déclaration fait suite à des menaces américaines de stopper les livraisons d’armes à leur allié. « Si nous devons résister seuls, nous résisterons seuls. Je l’ai déjà dit, si nécessaire, nous nous battrons jusqu’au bout », a ajouté Nétanyahou.

D’autre part, le porte-parole de l’armée, le contre-amiral Daniel Hagari, a affirmé que l’armée israélienne possède suffisamment d’armes pour mener à bien sa mission à Rafah.

Dans le même temps, les délégations du Hamas et d’Israël ont quitté Le Caire. Toutefois, les efforts de médiation de l’Egypte, du Qatar et des États-Unis continuent pour réconcilier les positions des deux parties, selon une source égyptienne haut placée citée par Al-Qahera News.

Izzat Al-Risheq, membre du bureau politique du Hamas, a accusé les opérations israéliennes à Rafah de vouloir entraver les efforts des médiateurs au Caire. Il a cependant réaffirmé l’engagement du Hamas à accepter la proposition présentée par les médiateurs.

Mercredi soir, Joe Biden a mis en garde, indiquant qu’il « ne fournirait pas » certaines armatures à Israël en cas d’une attaque majeure sur Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. Le diplomate israélien à l’ONU a exprimé jeudi que les propos récents du président américain étaient « dur à écouter et très décevants ».
Le ministre israélien de la défense, Yoav Gallant, a déclaré explicitement qu’Israël « frappera le Hamas et le Hezbollah et garantira la sécurité », semble-t-il en réponse à Biden.
En réponse à la mort de leurs combattants, le Hezbollah a lancé des attaques contre le nord d’Israël. Une source de sécurité a confirmé que quatre combattants du Hezbollah ont été tués lors d’une attaque israélienne à Bafliyeh, près de la frontière israélienne.
Un navire américain transportant de l’aide pour Gaza a quitté Chypre. Les secours humanitaires en provenance du Royaume-Uni, de Chypre et des États-Unis doivent être transférés à une jetée temporaire construite par les États-Unis au large de Gaza avant d’être envoyés en territoire palestinien.
Le gouvernement du Hamas à Gaza a appelé à l’arrêt des largages par air d’aide humanitaire après la mort de deux personnes, portant le nombre total de victimes de ces opérations à 21.
« Il est clair que les largages humanitaires par avion représentent un danger réel pour la population et ne représentent pas une solution à la crise alimentaire dans le nord de la bande de Gaza » déclare Salama Marouf, chef de presse du gouvernement de la bande de Gaza, dans un communiqué, les qualifiant de « inefficaces ».

D’après le récent communiqué, un paquet inexpédié a endommagé un entrepôt dont l’emplacement n’a pas été communiqué, causant l’effondrement du toit sur les personnes qui attentaient à l’intérieur pour obtenir de l’aide. Cet incident tragique a causé la mort de deux individus et blessé quatre autres personnes. L’Unicef exprime son inquiétude quant à l’aggravation de la crise humanitaire à Gaza.

La directrice exécutive de l’Unicef, Catherine Russell, a déclaré jeudi que les conditions sont alarmantes. Elle a prévenu que si les passages de Kerem Shalom et Rafah ne sont pas rétablis pour le ravitaillement en carburant et l’aide humanitaire, les répercussions seront immédiates. Les dispositifs de soins intensifs pour les nourrissons prématurés seront affectés, les enfants et les familles souffriront de déshydratation ou consommeront de l’eau non potable, et les égouts déborderont entrainant des épidémies. En résumé, elle indique que les retards se transformeront bientôt en vies perdues.

Le Sagamore, un navire américain chargé de secours pour Gaza, a quitté le port de Larnaka à Chypre, testant un nouveau corridor maritime pour le transport de l’aide au territoire palestinien assiégé. L’aide humanitaire provenant du Royaume-Uni, de Chypre et des États-Unis devra être transférée sur une jetée temporaire construite par les États-Unis au large de Gaza avant d’être acheminée vers le territoire palestinien.

Yiannis Antoniou, porte-parole du gouvernement chypriote, a assuré à l’agence de presse Cyprus News Agency (CNA) que la plate-forme sera prête lorsque le navire arrivera pour permettre le déchargement et la distribution de l’aide aux Palestiniens.

En Suède, un vaste rassemblement a eu lieu jeudi dans la ville de Malmö, où des milliers de personnes ont exprimé leur désapprobation à l’inclusion d’Israël dans le concours de l’Eurovision, d’après l’équipe de l’Agence France-Presse présente. La participation d’Israël au célèbre concours de chant européen, dont la finale se déroulera le samedi suivant à Malmö, a suscité des controverses en raison du conflit en cours avec le Hamas à Gaza. Plusieurs pétitions ont été lancées pour demander l’exclusion de ce pays, en provenance de toute l’Europe. Fin mars, des artistes de neuf nations, y compris le favori suisse Nemo, ont également appelé à un cessez-le-feu durable.

Il ne vous est pas interdit de vous connecter à votre compte depuis un nombre illimité d’appareils, cependant, ceux-ci doivent être utilisés à différents moments. Si vous ne savez pas qui est l’autre utilisateur, nous vous recommandons de changer votre mot de passe. Noter qu’avec le type d’abonnement que vous avez souscrit, la lecture de cet article n’est pas autorisée. Pour tout renseignement supplémentaire, n’hésitez pas à joindre notre équipe commerciale.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1370
Actualité

OpenAI signe accord avec News Corp

23 mai 2024
Un nouvel arrangement a été conclu pour OpenAI. Le 22 mai, News Corp, le groupe de médias de la famille Murdoch, a dévoilé qu'ils donneraient accès à OpenAI aux contenus…
example 1369
Actualité

« Nos Suggestions de Lecture Raccourcies »

23 mai 2024
Cette semaine, le monde littéraire se trouve dans une vision hallucinatoire. Nous explorons le chef-d'œuvre de l'écrivain iranien Sâdeq Hedâyat (1903-1951), une transe opiacée rehaussée par une traduction rafraîchie ;…
example 1366
Actualité

« Canicule sévère écrase New Delhi, Inde »

23 mai 2024
Les températures dans la capitale indienne, New Delhi, et le nord du pays, fluctuent entre 45 et 47 degrés Celsius, rendant les parcs populaires vides, à l'exception des chiens qui…
example 1363
Actualité

Hôpital Enfants Tours Évite Surchauffe Été

23 mai 2024
Le 23 mai marque un tournant significatif pour Clocheville. Un des quatre systèmes de refroidissement défectueux de l'hôpital pédiatrique de Tours (Indre-et-Loire) devait dès lors être remplacé. Cette nouvelle machine,…