×
google news

« Milei Face aux Réalités Économiques Argentine »

En février 2019, à un rassemblement de cosplay, Javier Milei, un économiste peu respecté et controversé à l’époque, attirait l’attention avec son alter ego de super-héros, le « général Ancap », une abréviation d’anarcho-capitaliste. À cette période, il n’était pas encore impliqué en politique, et le Partido Libertario, où il est désormais une figure marquante, avait été créé seulement quatre mois plus tôt.

Cinq années ont passé, et Milei, un partisan d’un libéralisme désinvolte de l’école autrichienne et admirateur des lauréats néolibéraux du Nobel d’économie Friedrich Hayek (1974) et Milton Friedman (1976), se retrouve à la barre de l’Argentine. Le 10 décembre 2023, il a lancé sa tronçonneuse de campagne, un symbole de ses promesses de réduire les dépenses publiques et de remodeler l’état. « Aucune alternative à l’austérité. Aucune alternative au choc, » a-t-il affirmé à ses supporters.

Peu après, Milei a révélé un gouvernement réduit de 18 à 9 ministères, une dévaluation de plus de 50% du peso argentin, et a signé un décret le 20 décembre déréglementant plusieurs secteurs économiques du pays. Il a ainsi entamé sa mission pour restaurer l’économie argentine ravagée par une inflation atteignant 160% en un an (de novembre 2022 à novembre 2023).

Cinq mois après son accession au pouvoir, Javier Milei a-t-il été forcé d’abandonner les principes du général Ancap ? « Le marché ne connaît pas d’échec », a-t-il déclaré à Davos (Suisse) le 17 janvier, en accord avec sa philosophie qui prône une intervention minimale de l’Etat. Cependant, le président argentin a déjà dû modifier son approche sur plusieurs points.

Combat principal

Un exemple de ceci est son choix de déréglementer le marché de la santé privée, qui était jusqu’alors dominé par des cartels. Dans ce marché, dix entreprises contrôlaient 83% des assurés, mais suite à la dérégulation, ces entreprises se sont entendues pour augmenter les tarifs bien au-delà de l’inflation. Ceci a contraint de nombreuses familles de la classe moyenne à renoncer à leurs assurances santé privées.

Le 5 avril, Luis Caputo, le ministre de l’économie, admettait publiquement lors d’une interview sur la chaîne TN que les compagnies d’assurance avaient abusé de leur pouvoir. Quelques jours plus tard, il annonçait que le marché serait à nouveau régulé par l’Etat et exigait des entreprises qu’elles reviennent sur leurs décisions.

Une situation similaire s’est produite en ce qui concerne l’énergie, où une augmentation des tarifs, initialement prévue début mai, a dû être retardée pour ne pas aggraver l’inflation.

L’article complet est accessible aux abonnés. Il reste à lire encore 56.59% de cette analyse.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1389
Actualité

« Baisse de 9% des loups en France »

23 mai 2024
Selon un communiqué de diverses associations environnementales, l'année 2023 a connu un déclin de 9 % dans la population de loups en France, fixant le nombre total à 1 003…
example 1386
Actualité

Gouverneur du Texas gracie meurtrier antiraciste

23 mai 2024
Texte réécrit : "RAPPORT DE NEW YORK En plein été 2020, une paire de mois après le tragique décès de George Floyd, un Afro-Américain, tué par un officier de police…
example 1384
Actualité

« Cauet en vue pour agressions sexuelles »

23 mai 2024
Sébastien Cauet, animateur de renom, est en détention préventive depuis mercredi dans le contexte d'une enquête qui l'accuse de viols et d'agressions sexuelles, des allégations qu'il réfute, nous l'a-t-on révélé…