×
google news

« Gnassingbé renforcé après élections législatives Togo »

Le président togolais, Faure Gnassingbé, et son parti, l’Union pour la République (Unir), ont remporté une victoire écrasante lors des élections législatives qui ont eu lieu lundi dernier, tel qu’annoncé par le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Dago Yabré, le 4 mai. Il est prévu que le président reste au pouvoir grâce à une nouvelle Constitution adoptée en avril.

Sur les 113 sièges à pourvoir, le parti présidentiel, Unir, en a sécurisé 108, d’après les résultats préliminaires divulgués à Lomé. Le taux de participation s’élevait à 61%, selon la Ceni.

Bien que ces résultats doivent encore être ratifiés par la Cour constitutionnelle, ils traduisent une victoire écrasante pour le président Faure Gnassingbé, qui dirige le pays depuis 2005, succédant à son père, qui a été au pouvoir pendant près de 38 ans. Ce succès devrait lui permettre de continuer à diriger le Togo pour au moins six ans supplémentaires.

La nouvelle Constitution, adoptée le 19 avril par les députés sortants, a transformé la gouvernance du Togo d’un système présidentiel à un système parlementaire. Le pouvoir est désormais détenu par un président du conseil des ministres, qui est automatiquement le chef du parti majoritaire à l’Assemblée nationale, ce qui est le cas de Faure Gnassingbé, le président d’Unir.

La réforme constitutionnelle récente a subi des attaques sévères de l’opposition togolaise et de diverses associations de la société civile, qui la considèrent comme un « putsch institutionnel », et suspectent Faure Gnassingbé d’utiliser cette occasion pour prolonger indéfiniment son règne. D’après l’ancienne Constitution, M. Gnassingbé aurait eu la possibilité de se présenter une dernière fois en 2025. L’opposition soutient que l’élimination du vote direct lors de l’élection présidentielle offrirait à ce dernier la chance de se renouveler sans restrictions tant que son parti domine les élections législatives.

Néanmoins, pour le parti au pouvoir, la réforme constitutionnelle offre plus de représentativité. Selon la nouvelle Constitution, les députés désignent le président de la République pour un mandat de quatre ans, qui a maintenant une fonction honorifique.

Les élections se sont déroulées paisiblement lundi malgré des tensions politiques. Au cours des jours suivants, plusieurs entités internationales ont exprimé leur satisfaction quant à la conduite du vote.

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union africaine (UA) et l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) ont félicité mercredi « la mise en place d’un espace de consultation permanent » de même que « le bon déroulement de la campagne électorale », tout en saluant « la conduite sereine des élections ». La veille, une mission électorale de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD) établissait que la procédure du vote avait été « libre, équitable et transparente ».

Certaines figures de l’opposition ont commencé à exprimer leur mécontentement vis-à-vis du processus électoral. Nathaniel Olympio, à la tête du Parti des Togolais (PT, opposition), a exprimé sa déception sur X, reprochant aux organismes internationaux d’avoir approuvé les élections, qu’il juge frauduleuses, de lundi. Il se plaint que moins de 70 observateurs ont été déployés dans tout le pays.

La Dynamique pour la Majorité du Peuple (DMP), un regroupement de partis d’opposition et d’organisations civiles, a déclaré qu’elle avait remarqué durant toute la journée électorale un excès de votes dans plusieurs centres, des retards dans le commencement des votes et des listes électorales non affichées.

En avril, 13 partis politiques et organisations civiles au Togo ont déposé une plainte devant la Cour de Justice de la Cedeao, exigeant l’abrogation de la nouvelle constitution du pays. Les tentatives de l’opposition de manifester pour protester contre la nouvelle constitution ont échoué, les autorités ayant empêché les leaders de l’opposition de se rassembler. Au Togo, les manifestations sont interdites depuis 2022, suite à une attaque sur le grand marché de Lomé dans laquelle un gendarme a perdu la vie.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1537
Actualité

Remaniement surprise en Tunisie: Ministre écarté

26 mai 2024
Le chef d'État tunisien, Kais Saïed, a surpris tout le monde en opérant un remaniement gouvernemental inattendu ce samedi 25 mai. Un communiqué de la présidence tunisienne, publié sans justification,…
example 1535
Actualité

« Le chien, le nouvel enfant familial »

26 mai 2024
"« Prenez soin de notre bébé, il risque surement de se mettre à pleurer. Voici son jouet préféré... », ce sont les consignes que reçoit habituellement Laetitia Lacote, âgée de…