×
google news

« Encadrement des loyers: dépassements courants »

Dans le premier trimestre de 2024, plus de 25% des annonces de location parisiennes proposaient des loyers supérieurs aux limites fixées par la réglementation des loyers. Cette statistique est basée sur une analyse de 1 500 annonces publiées sur huit plateformes immobilières, dont SeLoger, Orpi, PAP et Leboncoin. Cette analyse a été réalisée par le biais de l’application Encadrement, disponible gratuitement sur Encadrement-loyers. En naviguant, l’application indique avec une étiquette verte si l’annonce respecte l’encadrement des loyers ou avec une rouge si elle ne le respecte pas.

L’application a été mise en place en 2019 par Aymeric Dominique et Thomas Legrand, deux ingénieurs confrontés aux défis du marché immobilier parisien lors de leur recherche de logement. Depuis lors, l’application a analysé 60 000 annonces, dont 40 000 à Paris. Selon les données recueillies par l’application, 40% des annonces dans le marché locatif privé de Paris dépassaient les plafonds de location en 2020, un chiffre qui a diminué mais se maintient aux alentours de 30% en 2023.

Il convient de noter que ce pourcentage peut inclure des loyers autorisés à dépasser le plafond, cependant, les annonces ne précisent pas toujours les conditions pour cette allowance. Néanmoins, les statistiques de l’Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne (OLAP) corroborent ces chiffres, indiquant un taux d’irrégularité de 28% à Paris en 2022, comparé à 29% d’après l’application Encadrement.

Selon Geneviève Prandi, directrice de l’OLAP, la légère différence pourrait s’expliquer par le fait que les biens les plus coûteux, ceux qui ont du mal à se louer, sont généralement ceux qui sont annoncés. Les échantillons examinés par les observatoires comprennent une grande proportion de biens qui sont loués sans intermédiaires.

Il y a une divergence plus significative en ce qui concerne le montant moyen des dépassements. L’OLAP évalue ce montant à 160 euros par mois, un niveau qui est resté stable depuis 2016. La directrice de l’OLAP précise qu’en prenant en compte l’inflation, on peut considérer que ce montant diminue en euros constants. Cependant, les données de l’extension indiquent que le montant médian a nettement augmenté, passant de 137 euros par mois en 2020 à près de 190 euros en 2023.

En ce qui concerne la question de savoir qui, des professionnels de la location ou des particuliers, est le moins respectueux de l’encadrement des loyers, il y a parfois un décalage entre les observations officielles et les données des utilisateurs. L’outil Encadrement identifie une tendance forte à la surévaluation sur les sites sans médiation, comme Leboncoin et PAP. Cependant, un analyste d’un des observatoires trouve une répartition identique entre les locations avec ou sans intermédiaire, à la fois dans l’ensemble du groupe et dans la partie où le loyer n’est pas conforme.

L’article reste encore partiellement à lire, la suite est réservée aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1392
Actualité

« Guerre Ukraine: Kiev confirme drones navals »

23 mai 2024
Cet événement en direct a été animé par plusieurs personnalités, dont Dorian Jullien, Agnès Gautheron, Gabriel Coutagne, Fatoumata Sillah, Charlotte Herzog, Charles Deleare et Audrey Delaporte, qui était responsable des…
example 1389
Actualité

« Baisse de 9% des loups en France »

23 mai 2024
Selon un communiqué de diverses associations environnementales, l'année 2023 a connu un déclin de 9 % dans la population de loups en France, fixant le nombre total à 1 003…