×
google news

« Chambre des représentants menace TikTok »

La législature américaine a posé un ultimatum à TikTok, le samedi 20 avril, en votant une loi qui pourrait interdire l’application de médias sociaux aux États-Unis, à moins qu’elle ne rompe ses liens avec sa société mère, ByteDance, et plus généralement, avec la Chine. La plateforme de partage de vidéos est soupçonnée par les autorités américaines d’accorder à Pékin des facilités pour espionner et influencer ses 170 millions d’abonnés aux États-Unis.

Cet acte législatif, qui pourrait aboutir à une exceptionnelle interdiction d’accès au marché américain, est maintenant à l’étude par le Sénat, dont le vote est prévu pour la semaine prochaine. Le texte a été adopté par un vote de 360 contre 58, avec le soutien des démocrates et des républicains.

Le président Joe Biden a déjà exprimé sa volonté de signer la loi. Le président démocrate a renouvelé ses préoccupations concernant TikTok lors d’une conversation avec son homologue chinois, Xi Jinping, en avril.

Ce projet de loi fait partie d’un texte législatif plus large qui inclut un plan d’assistance pour l’Ukraine, Israël et Taïwan, ainsi que des dispositions spécifiques concernant TikTok.

En réaction, l’application phénoménale a immédiatement contesté l’interdiction en déclarant qu’elle « violait la liberté d’expression » de 170 millions d’Américains. Un porte-parole de la plateforme a souligné que cette loi d’interdiction « dévasterait sept millions d’entreprises et fermerait une plate-forme qui génère annuellement 24 milliards de dollars pour l’économie américaine ». Le porte-parole a regretté que la Chambre des Représentants utilise le prétexte d’une aide étrangère et humanitaire significative pour faire passer une loi d’interdiction.

Un texte similaire a déjà été adopté en mars.

Si elle est mise en application, la nouvelle réglementation obligera ByteDance, la société mère chinoise de TikTok, à céder l’application dans un délai d’un an, sous peine d’être retirée des magasins d’applications d’Apple et de Google aux États-Unis.

Déjà en mi-mars, une régulation semblable avait été adoptée par les représentants, imposant un délai de six mois pour trouver un acquéreur non-chinois. Cependant, la proposition de loi est restée en suspens dans le parlement. Steven Mnuchin, l’ancien secrétaire au Trésor sous Donald Trump, avait exprimé son intérêt à acquérir TikTok aux États-Unis, en formant un groupe d’investisseurs.

TikTok subit le contrôle des autorités américaines depuis longtemps, car de nombreux dirigeants croient que cette plateforme de vidéos courtes et divertissantes est un outil d’espionnage pour Pékin aux États-Unis.

Cependant, une telle loi pourrait rencontrer des oppositions légales. Elle fournirait notamment au président américain le pouvoir de stigmatiser d’autres applications comme des menaces à la sécurité nationale, si elles sont dirigées par un pays considéré hostile aux États-Unis.

Elon Musk, le propriétaire de X, a déjà exprimé son opposition à l’interdiction de TikTok aux États-Unis, évoquant la « liberté d’expression ». Il a déclaré : « Selon moi, TikTok ne devrait pas être banni aux États-Unis, même si une telle interdiction pourrait bénéficier à la plateforme X. Cela irait à l’encontre de la liberté de parole et d’expression. Ce n’est pas ce que l’Amérique symbolise ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1384
Actualité

« Cauet en vue pour agressions sexuelles »

23 mai 2024
Sébastien Cauet, animateur de renom, est en détention préventive depuis mercredi dans le contexte d'une enquête qui l'accuse de viols et d'agressions sexuelles, des allégations qu'il réfute, nous l'a-t-on révélé…
example 1383
Actualité

Projet de réforme audiovisuelle repoussé

23 mai 2024
Le plan de fusion des médias publics soutenu par Rachida Dati, la ministre de la Culture, est en retard. Son évaluation à l'Assemblée nationale a été différée le jeudi 23…