×
google news

Critiques Brèves: Arenz, Assouline, Malabou, Szablowski

Voici des critiques succinctes de dix livres notables publiés lors de la quinzième semaine de l’année. Ces travaux comprennent deux romans, deux beaux livres, un livre pour enfants, un recueil de récits journalistiques, un ouvrage de poésie, une analyse littéraire, une étude historique sur l’art et un travail philosophique.

Prenons par exemple le bel ouvrage « L’Esprit grec » de Nikos Aliagas. Elevé avec la croyance que l’homme qui parle et pense en grec est un homme libre – attribué à Démosthène – Aliagas offre une interprétation profonde de ce concept. Ce livre personnel et sensible est une création de l’âme de son pays. Il utilise des phrases puissantes tirées de diverses sources, de Pindar à Yannis Ritsos et de Sophocles à Georges Séféris, et les associe à ses propres photographies du peuple et des paysages de Grèce, autant dans les îles que dans les villes. Les mots et les images se mélangent pour donner une expérience charnelle de l’ « esprit grec », à la fois sérieux et joyeux, lucide et libre. Aliagas, connu depuis longtemps comme animateur, chanteur, acteur et journaliste, et plus récemment comme photographe, continue de surprendre.

Une autre suggestion de lecture est le roman « L’Eté où tout a commencé » d’Ewald Arenz.

Frieder, un adolescent de 16 ans, envisage un été sombre après la fin de l’école, en raison de ses mauvaises performances scolaires, qui pourraient le forcer à redoubler s’il n’arrive pas à réussir un examen de rattrapage. Sa famille le contraint à passer les vacances d’été avec ses grands-parents, où il devra se concentrer sur ses études de latin et de mathématiques. Frieder a une affection particulière pour sa grand-mère, mais il abhorre son grand-père, un homme strict et froid qui insiste pour être adressé formellement. Cependant, Frieder peut compter sur le soutien de son meilleur ami, Johann, et de sa sœur Alma, qui travaille dans une maison de retraite de leur petite ville bavaroise. Malgré l’observation constante de son grand-père, Frieder parvient à se livrer à des aventures rocambolesques avec Johann, Alma et une belle jeune fille nommée Beate. C’est précisément après une soirée passée à vandaliser une pelle mécanique sur un chantier de construction que Frieder réalise que son grand-père n’est pas aussi insensible qu’il le pensait. Il découvre alors une part cachée de l’histoire de ses grands-parents, qui ont été expulsés de Prusse-Orientale par les Russes après la guerre. Le reste de cet article est accessible uniquement aux abonnés.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1389
Actualité

« Baisse de 9% des loups en France »

23 mai 2024
Selon un communiqué de diverses associations environnementales, l'année 2023 a connu un déclin de 9 % dans la population de loups en France, fixant le nombre total à 1 003…
example 1386
Actualité

Gouverneur du Texas gracie meurtrier antiraciste

23 mai 2024
Texte réécrit : "RAPPORT DE NEW YORK En plein été 2020, une paire de mois après le tragique décès de George Floyd, un Afro-Américain, tué par un officier de police…
example 1384
Actualité

« Cauet en vue pour agressions sexuelles »

23 mai 2024
Sébastien Cauet, animateur de renom, est en détention préventive depuis mercredi dans le contexte d'une enquête qui l'accuse de viols et d'agressions sexuelles, des allégations qu'il réfute, nous l'a-t-on révélé…