×
google news

« Russie et Kazakhstan: Inondations très tendues »

Selon le Kremlin, la situation demeure « extrêmement tendue » dans plusieurs districts de l’Oural et de la Sibérie occidentale, où l’on n’a pas encore atteint le pic de la crue. Affectés par les pires inondations depuis des décennies, ces régions, y compris le Kazakhstan, ont vu plus de 100 000 résidents évacués ces derniers jours, comme l’ont confirmé les autorités de la Russie et du Kazakhstan.

Ces crues résultent de fortes pluies, d’une montée de températures, d’une accélération de la fonte des neiges et du dégel des glaces hivernales qui recouvrent les rivières et fleuves. Bien qu’aucun lien direct avec le changement climatique n’ait été établi, les scientifiques affirment que le réchauffement global pourrait favoriser des phénomènes météorologiques extrêmes, tels que de lourdes précipitations menant à des inondations.

Dmitri Peskov, le porte-parole de la présidence russe, a admis à la presse que la situation est « extrêmement tendue ». Il fait remarquer que l’eau continue de monter et que de grandes quantités d’eau se déversent dans les districts de Kourgan et Tioumen. Cependant, malgré cette situation d’urgence, Vladimir Poutine, le président russe, ne prévoit pas de visiter les régions touchées, a annoncé M. Peskov en réponse à une question récurrente depuis la fin de semaine. Poutine n’avait pas non plus visité les lieux après l’attentat qui a eu lieu près de Moscou au Crocus City Hall, et qui a coûté la vie à plus de 140 personnes.

L’inondation a touché près de 13 000 habitations dans la région d’Orenbourg.

Selon les fonctionnaires régionaux, l’eau à Orenbourg, située dans l’Oural, a atteint une hauteur de 10 mètres mercredi, dépassant largement le « seuil dangereux » fixé à 9,3 mètres. Le précédent record de 9,46 mètres remonte à 1942. Les météorologistes locaux prévoient une hausse continuelle du niveau de l’eau, ayant augmenté de 81 centimètres en seulement 24 heures. Les autorités ont une fois de plus exhorté les résidents situés dans les régions inondables à évacuer leurs foyers immédiatement.

A Orenbourg, près de 13 000 maisons ont été submergées par les inondations, entraînant l’évacuation de plus de 7700 personnes, d’après les informations des autorités régionales. Dans une tournure positive, à Orsk, la deuxième plus grande ville de l’oblast, où une digue a cédé sous la pression de l’eau la semaine dernière, le niveau de l’Oural a baissé de 29 centimètres, ce qui a été accueilli avec soulagement par le conseil municipal.

Cependant, des images fournies par le ministère des Situations d’urgence montrent encore des rues submergées par les eaux brunes. Lundi dernier, des citoyens se sont rassemblés pour exiger des explications des autorités malgré les menaces du procureur régional contre toute manifestation illégale, alors que les manifestations sont sévèrement régulées en Russie.

Dans la région de Kourgan, plus à l’est, 1 600 personnes, dont 280 enfants, ont été évacuées à titre préventif, selon les services de secours. Quant à la région de Tioumen en Sibérie occidentale, elle s’attend à des niveaux d’eau record dans un futur proche.

De nouvelles inondations sont à prévoir au Kazakhstan.

Bien que la Russie ait subi de lourds dégâts, la grande partie des opérations d’évacuation ont été concentrées au Kazakhstan en ces deux dernières semaines, surtout dans les régions du nord et de l’ouest, frontalières avec la Russie. Le ministère des situations d’urgence du Kazakhstan a récemment déclaré avoir sauvé et évacué 96 472 personnes, y compris 31 640 enfants, depuis le début des inondations. La ville de Petropavlovsk, au Kazakhstan, proche des régions russes de Kourgan et Tioumen, est la plus menacée. Environ 200 000 personnes y résident.

Plus de 24 000 membres du ministère des situations d’urgence, du ministère de l’intérieur, du ministère de la défense et des services secrets participent à cet effort de sauvetage, soutenus par des milliers de bénévoles civils. Les autorités météorologiques ont également prévenu que la fonte des neiges en montagne pourrait entraîner de nouvelles inondations dans les régions est et sud du pays.

Le président du Kazakhstan, Kassym-Jomart Tokaïev, a exprimé publiquement sa déception face au manque de préparation des autorités locales, et qualifié ces inondations de « peut-être la plus grande catastrophe naturelle, à la fois en termes de gravité et de conséquences, de ces quatre-vingts dernières années ». L’agence nationale anti-corruption a déclaré mercredi qu’elle enquêtait sur l’utilisation des fonds spécialement alloués pour combattre les inondations, car la corruption continue d’être un problème endémique en Asie centrale.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 1386
Actualité

Gouverneur du Texas gracie meurtrier antiraciste

23 mai 2024
Texte réécrit : "RAPPORT DE NEW YORK En plein été 2020, une paire de mois après le tragique décès de George Floyd, un Afro-Américain, tué par un officier de police…
example 1384
Actualité

« Cauet en vue pour agressions sexuelles »

23 mai 2024
Sébastien Cauet, animateur de renom, est en détention préventive depuis mercredi dans le contexte d'une enquête qui l'accuse de viols et d'agressions sexuelles, des allégations qu'il réfute, nous l'a-t-on révélé…
example 1383
Actualité

Projet de réforme audiovisuelle repoussé

23 mai 2024
Le plan de fusion des médias publics soutenu par Rachida Dati, la ministre de la Culture, est en retard. Son évaluation à l'Assemblée nationale a été différée le jeudi 23…