×
google news

« Europe, Pré-guerre et Impensé Transatlantique »

Une des images en noir et blanc affichées dans une allée du gigantesque quartier général de l’OTAN à Bruxelles nous ramène à des jours plus heureux. Le clic de l’objectif avait capturé un moment en mars 1991 où Vaclav Havel, l’ex-dissident tchécoslovaque devenu président, s’entretenait avec Manfred Wörner, à l’époque secrétaire général de l’OTAN. Havel avait été le premier dirigeant d’un des nouveaux États démocratiques postcommunistes à prendre la parole devant le Conseil de l’Atlantique Nord. Huit ans après, la République tchèque, la Hongrie et la Pologne ont officiellement rejoint l’OTAN, suivies par treize autres nations européennes.

L’OTAN, créée le 4 avril 1949 à Washington, fera la fête à son 75ème anniversaire à Washington lors d’un sommet qui rassemblera ses trente-deux membres en juillet. L’atmosphère devrait être plus tendue qu’aux jours où Havel était reçu en héros.

Le traité de l’Atlantique Nord de 1949 a officialisé la forte présence militaire américaine en Europe de l’Ouest. En 1999, les nations d’Europe centrale et orientale libérées du joug soviétique avaient pour principal objectif de chercher protection auprès des États-Unis en rejoignant l’OTAN. A présent, l’État protecteur américain vacille parmi ses multiples priorités tandis qu’une nouvelle menace émerge de l’Est. Ce sont les « nouveaux » membres européens qui prennent les devants, au sein d’un environnement d’activisme diplomatique.

Sous la direction de Petr Pavel, l’ancien général et actuel président de la République tchèque qui a eu d’importantes fonctions à l’OTAN, une nouvelle initiative a été lancée pour aider l’armée ukrainienne à éviter une potentielle catastrophe. Confrontées à un manque criant de munitions sur le front face à des forces russes mieux ravitaillées, les unités ukrainiennes peuvent avoir une lueur d’espoir grâce à l’initiative tchèque. La république centre-européenne a effectué une recherche mondiale pour identifier 800 000 unités de munitions d’artillerie prêtes à être vendues. Cependant, le financement de ces munitions est un défi, étant donné que l’aide de 60 milliards de dollars (55,7 milliards d’euros) promise par les États-Unis à l’Ukraine est suspendue depuis novembre 2023 en raison de désaccords politiques au sein du Congrès américain.

Petr Pavel a rapporté cette initiative lors de la conférence sur la sécurité à Munich qui a eu lieu en février. Au jour d’aujourd’hui, 18 pays membres de l’OTAN ont décidé de soutenir cette initiative et de financer ces précieuses munitions, dont 300 000 devraient atterrir en Ukraine au début de l’été. De plus, la République tchèque a repéré 700 000 autres unités de munitions qui pourraient être potentiellement achetées. Envisaegablement, cela signifie que ces munitions seraient retirées du marché mondial et donc ne pourraient pas être acquises par la Russie pour complémenter son propre stock. Cependant, la Russie pourra toujours compter sur la Corée du Nord qui lui a déjà fourni 1 million de munitions en 2023.

L’article continue pour les abonnés avec 50.74% du contenu restant à lire.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire aussi

example 809
Actualité

« Dealeurs de Christiania expulsés à Copenhague »

14 avril 2024
Le 6 avril, une atmosphère joyeuse régnait sous un ciel clair, alors que les résidents du quartier autogéré de Christiania à Copenhague, ont arraché les pavés de la célèbre Pusher…
example 806
Actualité

« Direct: Point sur guerre Ukraine »

14 avril 2024
Lisez tous nos articles, reportages et analyses sur la situation conflictuelle en Ukraine. "Le Monde" vous offre des décryptages et analyses. Alors que l'Ukraine est en crise, Washington hésite. La…